Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 20:25

(Photo : Anonyme)

Le Vern nous dit qu’il existe en Europe des plus petites régions que la Haute Normandie, que la vraie question n’est pas celle de la taille de la région mais celle de ses compétences et de son budget, que la Haute Normandie n’a rien à voir avec la Basse Normandie et que les gens s’en foutent de la réunification avant de hurler à la « tambouille électorale » d’une droite revancharde qui voudrait fusionner deux régions de gauche pour n’en faire qu’une seule de droite...

Mauvaise foi assez habile mais que l’on peut facilement dissiper :

 

Des régions plus petites que la Haute Normandie en Europe ? Mais oui bien sûr  il en existe sauf que l’île de Malte n’est pas ... coupée en deux !

Bien évidemment qu’il est urgent de préciser enfin les compétences et les financements de collectivités territoriales compétentes sur tout et n’importe quoi avec des budgets largement abondés par l’Etat central ; mais face aux problématiques d’aménagement du territoire en Haute Normandie,  Le Vern a beau se démener comme un beau diable face à la SNCF ou face à la crise, il ne pourra prendre que des demi-mesures ou ne proposer qu’un demi-plan de relance car il feint d’ignorer, sciemment d’ailleurs, que la Haute Normandie n’est que la partie orientale de la Normandie : sortir la Haute Normandie de son statut de banlieue de la banlieue ouest de Paris est l’une des priorités de Le Vern mais comment pourra-t-il y arriver s’il persiste à ignorer la Basse Normandie ?

Face à la puissance parisienne, Le Vern est trop intelligent pour croire qu’un « pacs » a minima entre les deux actuelles moitiés de Normandie suffirait à la défense de nos intérêts : c’est pourtant ce qu’il dit, c’est donc de la mauvaise foi car derrière la question urgente des compétences et des moyens d’un conseil régional il y a surtout la question du projet territorial pour lequel ce conseil régional doit travailler. Il faut avoir l’honnêteté intellectuelle de reconnaître l’absurdité ridicule de continuer à défendre un projet territorial « haut » normand ignorant superbement un projet territorial « bas » normand...

En période de crise économique et déjà sociale, ce qui était jusque là ridicule pourrait devenir... indécent ! De là à dire que ces subtiles questions institutionnelles n’intéressent pas le bon peuple menacé par la baisse du pouvoir d’achat ou le chômage, il y a là un mépris social étonnant dans la bouche d’un « socialiste » !

   

Les trois erreurs de Monsieur Le Vern :

 

Justement, passons de la mauvaise foi au mensonge le plus éhonté :

Quand Le Vern dit que Haute et Basse Normandie divergent ou n’ont rien à voir entre elles, c’est à la fois faux et ... inepte !

Rappelons que le rapport EDATER sur les avantages et inconvénients de la fusion régionale en Normandie met au titre des éléments favorables la convergence sinon la complémentarité économique entre Basse et Haute Normandie, parties différentes d’un seul tout ; chose inconcevable pour Le Vern qui a poussé la malhonnêteté jusqu’à commettre avec ce rapport EDATER une navrante maladresse : celle de faire réécrire le paragraphe, trop positif à son goût, où il était question des différences entre les deux demi-régions normandes  pour en faire un problème coûteux et difficilement surmontable... Nul n’est dupe de cette basse manœuvre d’un élu qui aimerait tant que l’on confondît les conséquences de 38 ans de division avec les éventuelles conséquences négatives d’une réunification pas encore réalisée et qui est jugée largement positive par ce fameux rapport EDATER ... L’actuelle fusion des CCI autour de l’estuaire de la Seine est le meilleur démenti que l’on puisse opposer aux contre vérités proférées par Le Vern...

 

Rappelons encore que la première maladresse de Le Vern fut d’avoir commandé avec Philippe Duron, son collègue bas normand d’alors, ce rapport avec lequel il avait cru pouvoir enterrer de façon définitive la question de la réunification normande : il avait tout prévu sauf un rapport très positif sur la réunification !

Histoire navrante de l’arroseur arrosé qui commet aujourd’hui une troisième erreur qui lui sera fatale : celle de se positionner contre la réunification normande en prétextant une magouille électorale de la droite pour voler deux régions à la gauche...

Ne soyons pas naïfs, derrière l’actuelle réforme des collectivités territoriales en cours, le gouvernement UMP est tenté par la cuisine électorale : mal lui en prendra car rien n’interdit, par les temps qui courent, qu’un Nicolas Sarkozy impopulaire soit contraint de tirer les marrons de la réunification normande du feu de la crise sociale pour le plus grand profit de la gauche... quel que soit le mode de scrutin retenu pour les prochaines régionales...

 

On notera la position dynamique et ouverte de Laurent Beauvais, le président socialiste bas normand sur le dossier de la réunification, position qui tranche crûment avec la mesquinerie du politicien Le Vern qui est pourtant du même parti : Beauvais, à la grande colère de Le Vern a été reçu par la commission Balladur et y a défendu le principe de la réunification de la Normandie sous condition d’avoir une méthode, une feuille de route et le temps d’en faire un vrai projet régional décidé par et pour les Normands... C’est quand même plus intelligent !

Et puis Le Vern, qui veut a tout prix se présenter pour un troisième mandat, sait que Laurent Fabius, actuellement occupé à la mise en oeuvre d’une communauté urbaine à Rouen, s’intéresse aussi à la Normandie : pour l’instant, il ne s’agit que de tableaux de peinture, mais un beau tableau dans un beau bureau... ou mieux encore, un bon fauteuil de président régional pour admirer un beau ciel de Boudin...

Qui sait ?

 

Un argument capital...

 

Bref ! Vous l’aurez compris, la question régionale normande n’a jamais été aussi ouverte depuis 38 ans et les élus anti-réunificateurs qui bloquent finalement toute solution de cette question n’osent plus, pour la plupart d’entre eux dire qu’ils sont contre, sauf nos deux pieds nickelés Le Vern et Legrand : la mauvaise foi de leurs arguments n’a d’égal que leur profond désarroi en tant que professionnels d’eux-mêmes déstabilisés en leur fin de carrière par une question qui finit par leur exploser à la figure comme ces vieilles munitions que l’on trouve encore dans la terre normande 60 ans après la Libération...

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Caennais déchaîné - dans Opinion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Caennais déchaîné
  • Le Caennais déchaîné
  • : Actualités sans concession sur Caen et ailleurs...
  • Contact

Profils

  • Le Caennais déchaîné
  • Ecrivains, Photographes, Correspondants, Membres de la Société Civile...
  • Ecrivains, Photographes, Correspondants, Membres de la Société Civile...

Rechercher

Archives