Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 05:06

Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l'homme, mais pas assez pour assouvir son avidité. Mohandas Karamchand Gandhi. 

  http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/P1060934

Hier samedi, 200 personnes se sont rassemblées dans le cloître du Bon Sauveur devant les caméras de TF1 (diffusion lundi 7 Juin dans le journal de 13 heures), les oreilles de la radio Hérouvillaise TSF 98 (sur 98FM), les yeux de Ouest-France, de Tendance Ouest… et du « Caennais déchaîné », pour y former une immense croix rouge humaine (faisant écho à la croix rouge « peinte » en 1944 sur des draps avec du sang humain pour signaler aux Alliés de ne pas bombarder l’édifice), afin de dénoncer la magouille immobilière, qui, depuis de longues années déjà, vandalise l’immense site, véritable havre de paix, verdoyant et réconfortant (dans la mesure du possible) pour ceux qui y sont soignés. La mobilisation est bien là, et elle ne s’arrêtera pas en si bon chemin, puisque une association est sur le point de voir le jour, s’alliant les compétences, la détermination et la bonne volonté des uns et des autres. Et croyez-moi, il va y avoir du remue-ménage sous les lambris dorés de certains !

         Grande absente, la Municipalité (qui peut encore s’en étonner?) à l’exception de l’épanouie Sonia de la Provôté, et du toujours hilare Ludwig Willaume, tous deux s’empressant de conter à qui voulait l’entendre qu’ils étaient de l’opposition ! On a bien rigolé, surtout quand on a appris (tandis qu'eux-mêmes officiaient sous le règne de Brigitte Lebrethon), que cette dernière n'hésita pas à laisser dézinguer une bonne partie de Saint-Vincent de Paul, rue de Bayeux... sans oublier le labourage du sous-sol du Château à coups de pelleteuses - pour la construction de la navrante Salle des Remparts - entraînant de fait la destruction irréversible de nombreuses traces du passé ! (Si aujourd'hui la moitié du Bon Sauveur est entrain de passer sous les roues des bulldozer c'est, ni plus ni moins, grâce à Brigitte Lebrethon qui aurait usé de son influence auprès des religieuses du Bon Sauveur à seule fin d'en limiter le périmètre classé en 2006 ! ) NDLR 

Pour en revenir à l'actuelle équipe, que voulez-vous, cela n'aurait pas été raisonnable (prudent?) que le Maire Philippe Duron - autoproclamé « Reconstructeur » de la ville dans son discours d’intronisation du 28 mars 2008 (il croit tant à ses mensonges, que c'en est touchant) - montrât le bout de son nez, ou encore moins son irrésistible Gai-Luron de service : Xavier Le Coutour, chargé de l’urbanisme, du logement, et du renouvellement urbain. Tu parles Charles, et Charles attend ! Le premier Magistrat eût été mieux inspiré en adoptant le titre de Déconstructeur : la belle maison bourgeoise du plus pur XIXe siècle, sise rue Fred Scamaroni, flinguée pour parachever l’immonde Espace Gardin ; une bonne partie des pavillons en meulière de la Haie Vigné ou ceux du Clos Joli près de l’avenue Clémenceau, et bien d’autres encore… 

Caennais notre ville est en grand danger ! Réagissons vite ! 

                                                        Germain de Colandon P1060937

               Phillipe Cléris écrit au « Caennais déchaîné » :

 

Voici un reportage photo à propos d'un des sites les plus méconnus du patrimoine caennais chargé de mémoire humaine puisque niché au coeur de l'ancien hôpital psychiatrique du Bon Sauveur. Le quartier a servi d'hôpital de secours pour les sinistrés et les blessés de la bataille de Caen...

           Le Bon Sauveur a vendu récemment son immobilier et les charognards du mètre carré étaient à l'affût de la bonne affaire...

 

Le cloître (deux galeries subsistantes avec une rare enfilade de colonnes en bois) avec deux oratoires néogothiques, son jardin en friche avec de beaux cèdres et platanes. Suite à la vente des premiers bâtiments du site et leur transformation (réussie) en résidence (ancien lycée Jeanne d'Arc devenu la résidence "de Villers") la chapelle des années 1950 et son avant-corps du XIXe siècle en style néogothique ont été classés Monuments Historiques en 2006... mais pas le cloître dont l'architecture n'avait pas lieu de plaire à ces messieurs de la DRAC pourtant logés à ... 30 mètres derrière ledit cloître dans l'ensemble le plus ancien du complexe immobilier du Bon Sauveur.

           Les lieux sont donc à l'abandon depuis 3 ANS ou plus et le jardin en friche, secrètement caché par l'architecture, est l'un des lieux les plus romantiques de Caen.

 

           Un lieu chargé de toute la mémoire de cette ville de Caen ayant souffert des bombardements de 1944 et qui en avait par miracle réchappé !

         

           Mais ce n'était pas sans compter avec l'âpreté au gain de ces assassins de villes que sont, en temps de paix, les promoteurs immobiliers...

 

L'Eiffage * Air Force s'apprête à raser tout le secteur devant et sur les côtés de la chapelle qui est classée, et le collabo Bienvenu, architecte que l'on devrait étrangler avec son compas, nous prépare un enfer cubique de béton et de bal-cons pour petits couples et un enfant, ou pour célibataires divorcés : l'enfer, ce sont bel et bien les paradis sans imagination...

           L'âme des lieux sera, définitivement asphaltée, normalisée, banalisée, et Caen s'éloigne de plus en plus des résidents qui n'ont plus les moyens d'en être les habitants en liant, dans le quotidien du présent, le passé et l'avenir...

 

Doit- on parler de crime contre un lieu au même titre que les crimes contre les personnes?

          J'assume : les massacreurs d'Eiffage * sont des criminels car ils vont faire mourir un lieu ! Criminels doublés de charlatans, car leur bureau de vente promet le bonheur au mètre carré...

 

          Le permis de construire a été affiché en juillet 2009 : les Caennais sont à la mer ou plus loin au soleil. En Septembre le permis de démolir a été discrètement affiché rue Saint Ouen, loin de la rue Caponière trop passante et du bureau de vente de la future résidence du Carel...

         Tout le monde n'y voit que du feu d'autant que la première tranche de la "réhabilitation" en logements fut saluée comme une réussite ; or c'est précisément un certain nombre de nouveaux résidents désireux d'être habitants du quartier en organisant un pique nique de voisins dans les herbes folles du vieux cloître que le « poteau » rose est découvert... Eh oui - le français abscons et en petits caractères du panneau incongru en bas de la rue Saint Ouen, juste devant la ravissante petite église - annonçait bel et bien une "déconstruction" du cloître non classé !

 

          Les services de la Ville de Caen interviennent pour que le futur parking soit ombragé par deux cèdres centenaires : l'enfer est toujours pavé de bonnes intentions !

          Les riverains de la nouvelle résidence "De Villers" se mobilisent donc, car ils ne veulent pas d'un vulgaire parking et d'un vis-à-vis de balcons... cons devant leurs fenêtres : ils auraient souhaité la transformation du cloître en square d'un nouveau quartier à construire avec la mémoire de l'hôpital psychiatrique du Bon Sauveur...

 

Les fous ne sont pas ceux que l'on croit !

          La FNAC de Caen organise un "safari photo" dans les rues de Caen le 12 juin prochain : faites un tour vers le cloître du Bon Sauveur car la biodiversité est menacée !

                                                                                                           

                                                                    Philippe CLERIS   P1060922  

 

 

P1060939

 P1060924

 

P1060955P1060941.jpeg

 P1060925P1060926P1060932.jpegP1060930.jpeg

 

P1060963 - Copie

Photos : Marie-Noëlle Duros & Philippe Cléris, membres du collectif Bienvenue En Normandie. 

Pour joindre l'association qui lutte pour la sauvegarde du cloître du Bon Sauveur : sauvegardecloitre@hotmail.fr

N'hésitez pas aussi à nous contacter.

D'autres renseignements ultérieurement.

Voir aussi : http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-cloitre-du-bon-sauveur-a-caen-2e-episode-51996413.html 

*Eiffage, que du beau linge ! Appréciez plutôt : 

  • Béatrice BRÉNÉOL, Président de la SICAVAS Eiffage 2000 (Salariés Actionnaires)
  • Jean-Louis CHARLES, Directeur financements et investissements chez Groupama
  • Anne DUTHILLEUL, Présidente de l'ERAP
  • Bruno FLICHY, Président d'Honneur et Administrateur du Crédit du Nord
  • Jean-Claude KERBOEUF, Président d'EIFFAIME
  • Dominique MARCEL, Président du Directoire de la Compagnie des Alpes
  • Serge MICHEL, Président de Soficot
  • Alain QUINET, Directeur des finances et de la stratégie, membre du Comité de Direction de la Caisse des Dépôts
  • Demetrio ULLASTRES, Président d'Abertis Airport 

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Caennais déchaîné - dans Vie caennaise
commenter cet article

commentaires

Deterville Gilles 15/06/2010 12:18


Je viens de lire avec attention les divers commentaires suite à l'après midi portes ouvertes du cloitre du B S. Comme l'immense majorité des caennais j'ai découvert cette partie du B S .je suis
venu par courtoisie car lorsque des caennais s'intéressent à leur ville et son devenir je me sent concerné.Faut il rappeler encore une fois que ce projet a été lancé par la municipalité de droite
précédente. L'actuelle municipalité a cherché a influencer ce projet vers le construction d'une part de social si peu présent dans ce quartier et faire ouvrit le parc u public ce qui n'a pas été
fait par exemple contrairement aux promesses pour le résidence de luxe rue de Bayeux il y a quelques années.
J'ai fait ce que j'avais promis : sensibiliser le maire et mon collègue en charge de ces questions ce qui a permis un bon débat au conseil municipal du 7 Juin et doit déboucher sur un rendez vous
de travail avec les divers protagonistes de ce dossier. Peut en encore sauver le cloître ? c'est l'une des questions en effet qui se pose mais pour moi la préservation et l'ouverture du jardin est
elle aussi importante Gilles DETERVILLE Maire adjoint de CAEN


Le Caennais déchaîné 15/06/2010 12:27



Contrairement à vous qui êtes venu par "courtoisie", nous, nous sommes venus par solidarité, et parce que nous sommes outrés du manque de "courtoisie" généré par certains (Elus, promoteurs etc.) qui se fichent complètement de l'avis, de la sensibilité des Caennaises et
des Caennais depuis de longues décennies.



Ludwig 15/06/2010 10:38


@phenix14 : si mon parti stigmatise, vous vous faites dans le cliché… pour vous un jeune UMP doit sortir d’une grande école… et bien désolé mais ce n’est pas mon cas.. si vous voulez tout savoir
j’ai mon BAC point final.. Je suis serveur de formation… l’école de la vie est la seule « grande école » que je connaisse…

Concernant mon engagement : si je me suis engagé en politique, c’est peut être justement parce que ce qui se fait ne me plait pas ( OUI même dans mon parti)… on s’engage pour faire changer les
choses… vous voyez je ne suis pas si conservateur.. D’ailleurs je vous invite à retrouver sur le net mon point de vue sur le CPE

Je ne m’étendrai pas sur les raisons de mon engagement sauf si vous insistez… mais dans ce cas, il serait préférable de se rencontrer…

Concernant vos « critiques », je ne suis en aucun cas pour l’excès de censure, cependant le droit de réponse de « vos modèles » ne doit pas vous heurter. Celui-ci semble normal…

Ce que je ne supporte c’est la lâcheté de certains qui se cachent derrière des pseudos… il serait bon d’avoir le courage de vos opinions Messieurs et d’assumer vos propos en vous présentant..
Surtout lorsque l’on est présent sur les lieux… cela s’appelle même de la politesse… n’est ce pas M. Mesrine (vous devriez d’ailleurs renouveler vos boutades)

Je ne dis pas ça pour vous Monsieur De Colandon, même si il est vrai je préférerai vous connaître afin de mieux apprécier votre sens de l’humour…

Pour revenir au sujet qui nous préoccupe et nous rassemble, j’ai suggéré lors du dernier conseil municipal au Maire de faire de cet endroit un mémorial des victimes civiles caennaises de la seconde
guerre mondiale. Depuis le début de ce mandat, Duron dit vouloir honorer les victimes civiles. Il a d’ailleurs baptisé un rond point.

J’ai, de plus, contacté la DRAC pour avoir plus d’informations. Le Conservateur Régional m’a donc confirmé qu’il n’avait pas retenu le classement du cloitre car aucun motif architectural, ni
l’histoire des lieux ne permettaient ce classement. Cherchez l’erreur !!!



Cordialement,


christophe 14/06/2010 22:33


Bah alors Ludwig, vous ne savez-pas utiliser internet?
ah ces pseudos intellos de l'UMP ! ils se noient dans un verre d'eau


ludwig willaume 14/06/2010 12:01


Bonjour,

Pourquoi n'affichez vous pas tous les commentaires???


Le Caennais déchaîné 14/06/2010 17:07



Tous les commentaires sont affichés. Pour les lire, il faut cliquer en bas de l'article sur "voir le(s) commentaires(s)", ou encore sur la première page du blogue où vous avez le
début du dit article. C'est aussi simple que ça. Alors, bonne lecture



christophe 13/06/2010 22:32


C'est important de publier tous les commentaires sans aucune censure, nous sommes reconnaissant a la redaction en chef de ce blog


Le Caennais déchaîné 14/06/2010 10:38



Merci !



Christophe 12/06/2010 23:43


Je suis profondément déçu et accablé de désolation de ne pouvoir lire les réponses de l'amie Sonia et son fidèle écuyer .
La polémique se termine ainsi, quelle tristesse !


Philippe CLERIS 10/06/2010 00:08


Revenons à l'essentiel...

En mars 2006 la CRPS (commission régionale patrimoine et site) délibère sur un classement du site à la demande de la municipalité d'alors: est alors proposé le classement de la chapelle, de la
flèche de la façade néo-gothique et du promenoir (cloître) avec ses deux galeries et son jardin.

C'est la mère supérieure de la congrégation des filles du Bon Sauveur, inquiète de la marge de manoeuvre à laisser au groupe Eiffage qui exige que ce périmètre de classement trop large soit
reconsidéré: la congrégation souhaite vendre au plus offrant et au plus vite... Le directeur de la DRAC de l'époque pensait quant à lui que cet élément non exceptionnel du patrimoine ne méritait
pas une protection puisqu'il manquait d'intégrité (deux galeries subsistantes au lieu des trois: l'une d'entre elle a, en effet disparu, lorsque la cour de récréation du lycée Jeanne d'Arc avait
été créée sur le site...

Ces éléments ont donc pesé lourds dans la décision finale de classement de 2006, décision, a minima qui a consisté à classer MH la chapelle (intérieur et extérieur) la flèche et la façade
néo-gothique: le cloître était donc sacrifié...

Un premier permis de construire était déposé en 2007 et le projet a eu beaucoup d'évolution dès lors que la contrainte de préserver le cloître et son jardin a été levée: c'est vers un véritable
"curetage" du site et à son optimisation marchande que le projet semble vouloir aller au nom de la construction d'un "nouveau morceau de ville" et de la réintégration de la "cité interdite" de
l'ancien HP du Bon Sauveur dans la normalité urbaine: une normalité banalisée, standardisée, médiocrement stimulée par les seuls enjeux mercantiles de payer moins d'impôts en acceptant des
locataires (loi Scellier dont les avantages seront réduits sérieusement en septembre prochain: les promoteurs s'excitent et veulent aller vite)

Seules concessions arrachées à l'appétit d'Eiphage (qui porte bien son nom!) la conservation de quelques alignements d'arbres et la transformation en porche d'entrée du bâtiment jouxtant l'enclos
de l'église St Ouen alors qu'il devait être abattu...

C'est un véritable bombardement qui se prépare sur la parcelle de l'ancien HP cédé par la congrégation des Filles du BS au groupe Eiffage: outre le cloître et son jardin, disparaissent les
bâtiments de la cour d'entrée donnant sur la rue Caponière, le grand bâtiment situé au fond à gauche de la place Villers (derrière le mur) avec une jolie série d'arcades en pierres taillées, le
bâtiment en aile de retour de la première chapelle du site et qui appartient aujourd'hui à la DRAC: ça ne s'invente pas! Eiffage va même démolir une partie de la Cour intérieure de la DRAC avec la
contrainte de reconstruire un immeuble neuf pastichant la continuité architecturale de la cour... Sont démolis aussi les bâtiments du flanc nord de la chapelle avec leurs cours intérieures et le
cloître 1950 en pierre de Caen intégré à la chapelle d'Après Guerre servira de hall d'entrée du nouveau pâté indigeste pondu par les ordinateurs du "cabinet" (mot polysémique: soulagez vous!) de
l'archi Bienvenu (sans "e")

La dimension mémorielle (mémoire de la folie et mémoire des réfugiés de la Bataille de Caen) est bafouée: ce lieu est un lieu courageux et un lieu majeur de la mémoire caennaise: le bombardement
va-t-il continuer?

J'ai écrit à Fatoumi et Lamoureux, ainsi qu'à l'administrateur du Centre Chorégraphique National de Caen Basse Normandie pour les sensibiliser sur le sort que l'on réserve à leur futur écrin voire
pour leur demander s'ils accepteraient qu'une assemblée générale des co-propriétaires de la future résidence les "jardins de Tartempion avec bals cons" décide finalement de leur travail!

Car, il faut le savoir, la transformation du Bon Sauveur en "résidence des jardins du Carel" avec digicodes, bals-cons surplombants, parking au pied des immeubles et en dessous, immeubles trop
hauts ou trop près, circulation "douce" (avec une bite qui monte et qui descend...) avec la dégradation d'un vrai jardin avec vrais grands arbres (cèdres) en un carré d'espace vert dont on ne sait
pas s'il s'agira d'un cache sexe privé, ou public ou les deux à la fois, bref! s'oppose concrètement et idéologiquement à ce que la chapelle du Bon Sauveur soit l'écrin de la danse contemporaine à
Caen:

à défaut de jardin et de promenoir, nos chorégraphes devront travailler pour des balcons...

CONSTERNANT!


lephoenix14 09/06/2010 22:12


cher petit UMPISTE de base,

sacrément inquiet pour cette ville tu te vantes d'être conseiller municipal mais vu le nombre de fautes faites à l'aide de ta plus belle plume toi prétendant sortir des grandes écoles bah retourne
sur leurs bancs, et si "défendre" pour toi c'est venir et regarder avec ton air ébahi je ne m'étonne plus du tout de la tournure que prend cette ville.

Cordialement Le phoenix 14


René Desplechin 09/06/2010 21:30


IL FAUT PRESERVER LES HAVRES DE PAIX....ET FAIRE DE CET ENDROIT UN JARDIN OUVERT AU PUBLIC.....
JE SAIS QUE L'ANCIENNE MUNICIPALITE A OSE FLÊCHER....LE CIRCUIT DES PARKINGS......IL EÛT FALLU FAIRE LE CIRCUIT DES JARDINS


Ludwig WILLAUME 09/06/2010 13:29


Que vous vous moquiez des personnes à la limite si vous n'avez que ça à faire.. pourquoi pas... ca vous occupe..
Que vous critiquiez la demarche d'élus municipaux venus en soutien aux habitants.. j'avoue ne pas pas comprendre.
je tiens à vous rappeler que je suis élu depuis Mars 2008 à la Mairie, que je prends ce mandat avec beaucoup de sérieux. Ne vous en déplaise.
Il me parait logique qu'un élu se déplace lors d'une manifestation visant à defendre l'un des élèments de notre patriomoine municipale, je pense que nous avons été elu pour cela.

Ce cloitre est l'un des derniers élèments de notre histoire, il faut tout faire pour le conserver. Au delà de l'interet architectural, il en va aussi d'un interet ecologique, comment cautionner
d'abattre un cédre d'au moins 200 ou 300 ans.

Donc oui, je m'engage pour la sauvegarde de ce cloite et bien plus que vous le pensez.

Enfin,la prochaine fois presentez-vous que l'on sache au moins à qui nous avons à faire.

quand à ma joie de vivre, en effet je prends la vie du bon côté.. ce qui n'est a priori pas votre cas vu vos commentaires qui envahissent le net et qui ne font que dénigrer et critiquer les élus..
mais vous que faites vous...


Le Caennais déchaîné 09/06/2010 20:25



Cher Ludwig


 


Merci pour vos encouragements en ce qui concerne ma propension à la moquerie. C'est chic de votre part, on voit que vous êtes doté d'un esprit sportif, du reste, votre billet d'humeur noire le
confirme au-delà de mes espérances.


 


Dites, entre nous, comme ça, là, où c'est-y que vous voyez que je critique la présence - "et la logique de celle-ci", pour reprendre vos propres termes - de votre avenante consoeur Sonia
DLP, et la vôtre dans l'enceinte du Bon Sauveur ? Je ne la critique point, je la souligne... Si, si, je vous assure... Arthur. Et où ai-je mis en doute, votre sérieux que je sais
sincère, dans votre mandat de Conseiller Municipal ? Ben voyons, faut pas penser des choses pareilles ! Vous allez vous faire du mal. Et puis vous allez me faire passer pour un monstre !
Mériterais-je donc une telle appellation ? Brrr...


 


Ah, et qui vous dit que vous n'êtes pas un modèle de joie de vivre ? Puisque je l'écris, je le signe, je le réécris, et je le contresigne : vous êtes hilare, que vous faut-il de plus ? (Cliquez
sur le lien en fin de réponse pour vous le prouver à VOUS, mais moi, nous tous, en étions intimement convaincus.


 


Dénigrer les Elus, comme vous me le reprochez, n'est ni une preuve d'une quelconque morosité en mon for intérieur, ni un début d'âme noircie par "les heures qui passent et qui
blessent"... c'est une hygiène de l'esprit. Rappelez vous notre devise : "Peu de gens sont assez sages pour préférer le blâme qui leur est utile, à la louange qui les trahit
".


 


Au demeurant, si la majorité des Elus, des Politiques - grassement payés - faisaient correctement leur boulot, je ne vous entretiendrais que de petits oiseaux, de petites fleurs, et de
jolies petites libellules... Si, si.


 


Pour conclure, ne tombez plus dans le piège comme de tenter de brider les libertés d'opinion et d'expression. Nos aînés ont déjà payé très cher leur écot dans ce domaine. Merci bien.


 


Allez, sans rancune mon petit Lulu, et bonjour à vot'dame.


 


Germain de Colandon (une des plus anciennes familles de Normandie)


 


Lien rigolo (où vous êtes irresistiblement drôle) dans lequel vous parlez des jeunes, alors  que votre parti UMP les stigmatise à tout propos : http://www.youtube.com/watch?v=jJQ6AteGRG0



sonia de La provôté 09/06/2010 09:07


bonjour,cher Germain,
je ne vais pas faire comme d'autres et utiliser une faux nez (ou plusieurs) pour parler en mon nom et vanter au passage mes mérites...quant à mon épanouissement il va effectivement bien merci!
si j'étais là c'est évidemment pour défendre ce que d'autres qualifient de banal ou de peu d'intérêt ! il y a eu deux permis de construire un en 2006 et un en octobre 2009... Autant vous dire que
tous les élus de Caen tous bords confondus sont complices dans cette affaire! certains volontairement, d'autres par méconnaissance ou non information... Toujours est t'il qu'il serait injuste d'en
vouloir à ceux qui soutiennent la défense du cloître, même élus de la ville, et qui de ce fait ne devraient pas agir?! De toute façon je pense que la présence de chaque élu prêt à défendre ce
cloître est utile et tout procès d'intention est bien sûr en l'état nul et non avenu...même si cela peut faire du bien à ceux qui en raffolent!!! Quant à réduire tout cela à une défense du bobo et
du Bourgeois, franchement il faut avoir peu d'amour pour la ville de Caen pour ériger ce seul argumentaire en rempart contre la contestation actuelle!
je défends donc le cloître et suis prête à continuer le combat; c'est tout! Une fois le cloître sauvé, ceux que cela intéresse pourront solder les comptes, pas avant.
bien amicalement
sonia de la Provôté


Le Caennais déchaîné 09/06/2010 10:43



Chère Sonia,


 


L'épanouissement qui vous sied tant est un compliment, non un reproche. De nos jours, les visages souriants, joyeux, et plein d'entrain, ne sont plus légion.


 


Nous deux, nous savons que notre combat personnel contre la magouille immobilière, au détriment du patrimoine Caennais, est sincère et totalement apolitique. Je ne pense pas qu'il en soit ainsi
pour tous les défenseurs du site, chacun voyant midi à sa porte.


 


Mais qu'importe, si les différents points de vue de chacun peuvent - doivent - aboutir à l'essentiel (on y croit fort, il existe des jurisprudences) : arrêter le massacre !


 


Ce fut un plaisir de vous lire et de vous répondre.


 


Cordialement


 


Germain de Colandon (tout sourire)



Laurent de Venoix 08/06/2010 19:58


Ce que ne dit pas Germain de Colandon (mais je sais qu'il le pense) dans sa réponse à son ami Etienne Marcel : le jardin sauvage magnifique qu'il faut préserver!


Etienne Marcel, communard 08/06/2010 15:22


Mon cher Germain,
Te voilà gravement atteint de confusion mentale pour te faire le défenseur des bourges de la résidence Villers qui ne veulent pas de manants dans leur quartier, ni de cubes staliniens à l'image de
ce peuple méprisé.
Je connais pour avoir fréquenté le BS, au moment où c'était un HP bien peu reluisant, ce fameux cloitre objet de l'admiration de tes auteurs : pour moi c'est le symbole de la réaction cléricale(
genre la sainte meringue de Lisieux) et je ne pleurerai pas sa disparition.
Ce qu'il y a de vraiment scandaleux, c'est que ces espaces soient livrés à des promoteurs qui vont en faire des résidences de luxe réservées.
Un seul mot d'ordre démolissons le cloitre et construisons sur cet emplacement des HLM!
Ils sentiront dans peu, nom de dieu, qu'la Commune n'est pas morte!


Le Caennais déchaîné 08/06/2010 17:54



A ce sacré bon communard d'Etienne Marcel,


 


Je ne défends ni les bobos de la place Villers (poil à la marche arrière), ni les cléricaux (poil aux vitraux).


 


Féru, entres autres, d'architecture - d'époque ou "néo"(bien évidemment quand celui-ci est satisfaisant) - je fais toujours abstraction de la fonctionnalité passée (ou présente)
d'un monument qu'il soit : église, caserne, prison, usine, repaire de brigands, édifices liés au(x) pouvoir(s) et tutti quanti... Trop long à développer ici.


 


Ceci dit, l'existant (en plus de celui de la place Villers effectivement "boboïsé"), s'il est réhabilité, peut faire largement office de logement dit "social". Rien ne
nous oblige à dorer une fois de plus les bijoux de famille de Bouygues et consorts ! Faisons travailler les artisans menuisiers, charpentiers, maçons etc., bref, perdurons le
compagnonnage, encourageons les jeunes qui se lancent dans ces métiers "artistiques"  ! N'est-il pas ?


 


Bonjour chez toi mon ami !


 


G d C


 


PS : Sois rassuré, ma confusion mentale, ces derniers temps, reste tout ce qu'il y a de plus stable.



CLERIS Philippe 07/06/2010 10:46


Une précision: Gilles DETERVILLE est venu dans l'après midi découvrir le site qu'il ne connaissait pas comme beaucoup de Caennais car le HP du Bon Sauveur a longtemps été un site clos. Il a été
impressionné par l'ampleur architecturale des lieux: il a pris de nombreuses photos et a promis d'en faire état auprès du maire et auprès de son adjoint à l'urbanisme...

Après la précision, une idée:

si le centre chorégraphique national de Caen BNormandie doit venir sur ce site, il faut donc exiger le maintien de la cohérence chapelle avant-corps classé + jardin cloître pour que la danse à Caen
ait enfin son écrin: on n'aurait pas idée d'implanter une ressucée de l'ESPACE GARDIN sous le nez du futur CCNCBN-"Bon Sauveur"! D'ailleurs le nom propre des lieux disparait au profit de la
nouvelle référence immobilière "Tartempion" alias "résidence du Carel": à croire qu'ils ont peur de la folie au point de perdre tout bon sens architectural ou urbanistique!

Un projet culturel de qualité, à la hauteur de l'esprit des lieux, exige par conséquent un projet architectural et urbanistique de qualité: EIFFAGE ne doit pas ignorer l'arrivée du CCNBN dans la
chapelle, juste derrière le béton qu'ils vont déverser et l'agglo Caen la Mer doit négocier avec EIFFAGE qui n'a qu'une approche SOVIETIQUE et QUANTITATIVE de l'architecture, une conception plus
QUALITATIVE du projet: moins de mètres carrés de planchers proposés dans le projet mais en contre partie,intégrer l'arrivée du CCNCBN dans les lieux qui oblige à préserver l'écrin du cloître et son
jardin...

Le problème c'est qu'une fois de plus, faute d'anticipation politique, le projet n'a pas été pensé de façon globale: on risque de créer, comme d'habitude, une erreur coûteuse alors qu'il faut
sauver la ville de Caen, en tant qu'agglomération rayonnante et attractive à l'échelle de toute la Normandie!

Ce n'est pas en banalisant, aseptisant et en asphaltant une ville détruite à plus de 70% il y a 60 ans qu'on y arrivera!!!


Le Caennais déchaîné 07/06/2010 12:12



Gilles d'Eterville était présent ? Eh bien, il fut très discret ! Ou peut-être a-t-il eu peur de croiser les regards consternés de Germain de Colandon, des riverains, des amoureux du "beau",
des respectueux de la Mémoire... en débarquant une fois que tout ce monde s'en fut allé. En tout cas, on n'a pas vu les "Verts", ni les autres... sûrement entrain de pavoiser dans des
manifestations plus médiatisées et plus flatteuses pour leur ego !



Hugo Mesrine 06/06/2010 22:57


Choses vues :

Moi non plus, je ne connaissais pas ce cloître du Bon-Sauveur. En fait, qui pouvait le connaître ? Enfoncé dans le no man’s land clinique, personne n’ose franchir le seuil de cet « hôpital » dans
l’appréhension qu’on a du malade psychiatrique et de la sécurité autour de lui et donc du bâtiment.
Ainsi le seuil « permis » (je souligne) pour accéder à ce cloître est donc celui de ces immeubles « grand standing » place Villers (les sociaux sont en face), d’habitude fermés par le digicode et
la grille pour les voitures, ce jour ouverts par leurs habitants pour faire connaître le cloître et dénoncer sa destruction.

Mais avant de voir ce cloître lui-même, je me décide à visiter les bâtiments plus loin, d’aller plus loin que de tourner direct, dépasser le cloître après avoir franchi la fine barrière grillagée
de chantier. Ceux d’en face le grillage sont des bâtisses du XIXe, typiques du développement du Bon-Sauveur. Je regarde par la fenêtre poussiéreuse d’une de celles qui ont gradé son nom de baptême,
je crois Saint Jean-Baptiste, pour voir le vide de celle-ci.
Je continue à longer le mur pour errer dans la périphérie du BS et croise un patient à la blouse bleue ciel accompagné d’un infirmier à la blouse blanche qui me regarde du coin de l’œil et ne dit
rien à mon grand étonnement. Mais je me rendrais compte alors que je n’étais pas le seul « visiteur » ce jour-là. En remontant, j’aperçois un patient crier par sa maladie assis sous un préau
derrière une barrière puis passe devant un grand bâtiment cette fois rénové et utilisé et vois par les fenêtres ces mêmes patients à la blouse bleue ciel complètement « stones » pour ne pas dire «
stabilisés à coup de cachetons (médicaments pour les incultes de l’argot) » et en face dans un plus petit dans un carré de pelouse une mémère me voit passer. Enfin je remonte vers la sortie rue
Caponière pour enfin visiter cet arrière de chapelle que j’entrevois derrière la grand huis en bois à chaque fois que je passe dans la rue Caponière mais dont jamais je ne trouverai jamais
l’entrée.

Alors venons-en au cloître. Il était vers 16h15-16h30. Je suis surpris par les mauvaises herbes et les canettes de bières qui traînent par terre. Comment a-t-on pu accéder à ce cloître sans une
mauvaise sécurité du BS ? Je vois les vitraux banaux, le statuaire qui trouvera preneur de toute façon ; je n’ai pas l’envie de croire ces promoteurs immobiliers d’aussi iconoclastes barbares que
les Talibans pour ne pas récupérer et revendre ces sculptures. Notamment un bronze de Catherine d’Alexandrie sise à cet avant-corps.
Mais je regarde plus loin encore, derrière les portes, ou plutôt les seuils. Et on se rend compte alors que ce cloître abritait des salles et des douches du BS qui sont donc aussi des ruines. Que
va-t-on faire alors de ces salles, de ces douches ?
Mais je m’en vais de finir de faire le tour du cloître et me retrouve avec le groupe de « manifestants » restant à discuter avec Gilles Déterville, le maire-adjoint PS chargé des affaires sociales,
donc concerné par ces patients du BS que de l’urbanisme, et conseiller départemental pour le canton Caen IX réunissant les quartiers de Vaucelles, Sainte-Thérèse, boulevard Leroy et de la
Guérinière. J’arrive à un moment où celui-ci, en chemise blanche, seul, le dos contre le Christ, défend l’intérêt de la mairie pour les monuments historiques, notamment le château d’eau de la
Guérinière, dont l’architecte Guillaume Gillet* aura une rue à son nom dans le quartier. Là une bourgeoise en noir se tourne vers moi pour me prendre à propos : « On lui parle du cloître, il nous
parle de la Guérinière. Mais décidément nous n’avons vraiment pas les mêmes valeurs. » Sic ! Je lui réponds tout de go : « Méfiez-vous, cela tourne dans une sauce aigre, vinaigré que je n’aime,
qu’on n’aime pas du tout. » avec un geste du menton vers Ludwig Willaume, le pauvre jeune UMP qui n’a pas encore compris qu’à chercher la réplique bébête avec sa bouche en cul de poule qui fait
croire que le sex-appeal et la fertilité de Valéry Giscard d’Estaing seraient plus miraculeux que ce lieu, il en est d’autant plus ridicule.
Ce que je voulais faire comprendre à cette dame, c’était que cette manifestation ne doit pas tourner à la défense des bourgeois et de leurs beaux quartiers, et ce d’autant plus si cela prend une
tournure politicienne (la guéguerre gauche-droite)
Mais quand on en revient à cette histoire de situation des panneaux de construction et de démolition, évidemment cela renvoyait au maire-adjoint chargé de l’urbanisme, du logement et du
renouvellement urbain, Xavier Le Coutour, dont Déterville dit qu’il sera disponible pour un rendez-vous et en discuter. Cela après avoir évoqué l’idée de projet de faire du cloître les nouveaux
locaux du Centre Chorégraphique, de la danse quoi.

Puis une femme en rouge prend parole pour présenter son cas : Comme elle habite le haut de la rue Caponière (soit aussi le Nice Caennais, quartier avec Venoix, le plus bourgeois et à droite de la
cité) elle a découvert ce cloître en voulant traverser le BS plutôt que la dangereuse rue en question ; seulement un policier l’a verbalisée car c’était plus dangereux de traverser le BS que la rue
Caponière. (En regardant sur des cartes de Caen, c’est la rue de la Blanchisserie que ces cartes coupent contre l’établissement alors que Google Street View franchit allègrement)
Gilles Déterville défend la politique des pistes cyclables, notamment à contre-sens, les gens approuvent, ce qui noie encore plus un bégaiement de Ludwig Willaume. Le maire-adjoint lui demande si
elle fait partie du conseil de quartier. Elle répond non et le regrette, elle aurait mieux fait de s’inscrire au conseil du quartier de la Grâce de Dieu parce qu’elle se rend en vélo à son travail
à Mondeville (2 sic !)

Voyant qu’on y parlerait de tout autre chose, bien ridicule, je décide de partir, non avant d’aider une vieille dame et lui montrer l’entrebâillement du grillage de chantier.

Et je me pose désormais la question suivante : A quoi sert-il de conserver ce cloître puisque pour qui sera-t-il disponible, sera-t-il ouvert ? (En particulier, quand on voit ce magnifique jardin
dans ce qui était Saint-Vincent-de-Paul et qu’on ne peut s’arrêter aux grilles rues de Bayeux et de Bretagne car il est réservé aux habitants de ces immeubles.)

* Guillaume Gillet est lauréat du grand prix de Rome d’architecture en 1946 comme l’a précisé Gilles Déterville. Le château d’eau de la Guérinière est sa première œuvre qui précédera l’église
Notre-Dame de Royan, des zones d’urbanisme à Roubaix et Marseille, la ZAC de la Folie-Couvrechef à Caen, l’aéroport de Lyon mais aussi les prisons de Gradignan et de Fleury-Mérogis.


sokal-bricmont 06/06/2010 22:01


Bonsoir à tous

La salle des remparts du château est tout sauf une aberration. Elle s'inscrit dans une refonte complète du château (signalétique, flèche en bois de Saint-Georges restituée dans un avenir
proche...).

Les quelques vestiges trouvés après les creusements avaient peu de valeurs archéo.

Pour le reste de l'article, rien à ajouter, je plussoie. :)


bERNARD dENIS 06/06/2010 07:20


Démolition du cloître
DENIS Bernard
Bonjour

Empêché de venir à la manifestation,je vous assure de mon total soutien ,et serai très heureux de participer à vos initiatives sur ce point précis.

Cordialement.
B.D.


Présentation

  • : Le Caennais déchaîné
  • Le Caennais déchaîné
  • : Actualités sans concession sur Caen et ailleurs...
  • Contact

Profils

  • Le Caennais déchaîné
  • Ecrivains, Photographes, Correspondants, Membres de la Société Civile...
  • Ecrivains, Photographes, Correspondants, Membres de la Société Civile...

Rechercher

Archives