Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 18:38

"Les villes sont la nature façonnée par l'homme, à son image et à sa ressemblance." Jacques Godbout
                            http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

Pour beaucoup, la rentrée aura été difficile ! La faute aux impôts fonciers et taxes d'habitation prédestinés à financer, entre autres, les Elus de l'Agglo qui se sont royalement octroyés + 35 % d'augmentation ! En période de crise, ça fait doucettement rigoler. Et les bonnes vaches (normandes) à lait que nous sommes sont bien utiles pour extirper le peu de sous qui restent dans poches, tirelires, et comptes en banque ! Le quotidien des Caennais s'est-il amélioré pour autant ? Que nenni !


D'année en année, lentement mais sûrement, c'est une attirance vers le bas qui prédomine dans la "Capitale Régionale", expression ronflante lancée par quelque pécore surexcité(e), à l'idée qu'un jour il (elle) (re)deviendra Calife à la place du Calife... pardon, "Député-Maire-Président-Adjoint-à-la-Culture-Chef-touche-à-tout-je-me-mêle-de-tout-en-même-temps-partout", en lieu et place du "Député-Maire-Président-Adjoint-à-la-Culture-Chef-touche-à-tout-je-me-mêle-de-tout-en-même-temps-partout" alias Philippe Duron.

Parlons de Culture. Une véritable Bérésina ! Anéantie la Parade "A Caen la Paix", pour soi-disant "y réfléchir" . On ne peut pas "y réfléchir" pendant que ça existe déjà ? Malmené Nördik Impact, avec l'impression qu'il n'y avait pas autant de godelureaux que les années précédentes... Affadies "Les Boréales *", l'un des SEULS festivals (avec Nördik Impact) dont Caen pouvait, jusqu'à cette année, être fière. 

L'on nous rétorquera : "les Boréales *, c'est la Région !" Certes. Seulement... qui donc était à la Région avant de se glisser dans la peau d'un Député-Maire-Président etc. etc. ? Et ce dernier de tirer des plans sur la comète pour les 30 ou 50 ans à venir, (d'ici là, les poules auront éventuellement des dents, et les footballeurs peut-être un cerveau, mais ça c'est nettement moins évident), plutôt que d'entretenir et développer ce qui a le mérite d'exister à ce jour, de laisser libre cours à l'extraordinaire vivier intellectuel abondant d'idées, d'énergie, de vitalité, mais qui, las, s'expatrie, faute de reconnaissance et d'encouragement. Nous en avons pris l'habitude, la précédente Municipalité ne faisait pas mieux. De plus, elle avait ses têtes.

Quelques coupes sombres dans les subventions, et les associations de se retrouver au bord du gouffre, les troupes de théâtre "amateur" de naviguer en eaux troubles, (Espace Puzzle), la danse de flageoler sur ses planches, peu ou presque pas d'animations musicales.

Pourtant, ce ne sont ni les répertoires ni les phalanges intra-muros qui font défaut : Orchestre Symphonique du Théâtre, (qui ne sort jamais de ses murs, a contrario de Lille, Toulouse et ailleurs), Harmonie la Fraternelle, (très peu de concerts et d'animations dans le cadre d'évènements, festifs, sportifs et autres), Orchestre régional Basse-Normandie, (qui commence - timidement - à se dérider), les Arts Florissants, animés par William Christie, (incapable de faire la promotion de Caen - sa généreuse créancière - lorsqu'il est en tournée), la Maîtrise, l'Orchestre du Conservatoire etc.

Qu'avons-nous en échange ? Concerts ou productions d'Opéra planplans, classiques, gentillets. De surcroît, il manque une véritable salle de concerts. Aussi, ce n'est pas demain que les caennais apprécieront leurs propres musiciens ou les prestigieux Orchestres et Chefs de cette planète.

En regard de ceci, Notre "Multiplénipotentiaire" Maire nous impose une de ses lubies, et non des moindres. Dispendieuse, corrompue d'avance : l'implantation d'un Pôle d'Art Contemporain "façon Fondation Guggenheim de Bilbao", sur l'ancien site de la SMN à Colombelles... chamboulé en un quartier dévolu au tertiaire, déserté le soir, et ravitaillé par les corbeaux. Ridicule ! Il existe un exemple de ce type avec le FRAC (Fonds Régional d'Art Contemporain). Situé au fin fond du parc de l'Abbaye aux Dames, à l'abri des regards, à l'écart des transports, seuls les initiés hantent son rez-de-chaussée, son premier étage, et sa bibliothèque consultable sur place.

En ce qui concerne le futur Pôle d'Art Contemporain, pour l'heure, nous ne possédons ni créateurs, ni collections capables d'attirer le grand public, ni budget et/ou mécène. Et si tel était le cas, il semblerait plus opportun de domicilier l'orgueilleux projet du côté de la presqu'île à l'accès plus aisé ; opportun et judicieux, puisque l'Ecole des Beaux-Arts, le Cargö, et la future Bibliothèque Médiathèque à Vocation Régionale, "favoriseraient de fructueuses synergies", comme le souligne avec justesse Eric Eydoux, ancien Maire-Adjoint à la Culture.

Paradoxe. Un jour, la ville affiche des prétentions immodérées, le lendemain elle joue les timorées. Elle s'effraye devant la moindre transgression, se méfie de ce qui est inédit, inouï. Plus grave, elle tend à un asservissement maladif envers Paris et ses jacobins.

Avec obstination, elle se complaît dans son passé. Guillaume le Conquérant et François de Malherbe mis à part, elle revendique rarement ses autres enfants illustres - originaires ou adoptifs. Qui connaît, à part les érudits, Jacques de Cahaigne, Jean Régnault de Segrais, Pierre de Varignon, Daniel François Esprit Auber, George Bryan Brummel, Eugène Poubelle, Marie-Pierre Koenig, et aujourd'hui, Yvan Messac, Catherine Rihoit,  Christophe Coin, Eric Tanguy, pour ne citer que ceux-là ?

Redevenons prosaïques. Les transports en commun sont largement en deçà des besoins vitaux des habitants, c'est incontestable. Quant au port de plaisance, il ne demande qu'à être développé grâce aux nouveaux bassins du nord-est. Il est impératif de relier le centre de Caen... la Mer au Port de Ouistreham, en réhabilitant la voie ferrée qui longe le canal par un VRAI tramway cadencé toutes les quinze minutes. Ainsi, ce même centre serait également à portée... de celui du Havre (sans oublier Honfleur, devenu son satellite) par des liaisons maritimes expresses. Dorénavant, quand entre deux petits fours, nos politiques évoqueront Normandie-Métropole (Caen-Le Havre-Rouen), au moins, y aura-t-il deux villes sur trois d'effectives.  


L'acuité de la ville dans son regard architectural, dans sa vision urbanistique, est sous-évaluée : ruelles, passages, impasses, placettes, façades, berges de l'Orne, sont dépréciés, voire méprisés. La Reconstruction plutôt réussie, exemplaire - à quelques dommageables  exceptions près - attend que, légitimement, on la nomine aux prestigieux patrimoine mondial de l'UNESCO. (Université, Eglises, bâtiments administratifs, Poste centrale, ancienne CCI, immeubles d'habitations de l'hypercentre, etc.) 

Alors ? Alors rien. Tant que carriéristes, opportunistes, arrivistes, affairistes... et défaitistes ( de tous bords ) seront aux commandes du paquebot caennais, confusion, frustration et exaspération règneront sans partage.

 
                   Luc de Normandie, Germain de Colandon

* Décidément, à l'instar du Salon du Livre 2009, ou de la Foire Internationale, la municipalité aime bien trafiquer les chiffres ! 50 000 visiteurs "estimés" pour les Boréales cette année... alors que de l'avis général, 2009 est plutôt un très mauvais crû. 

(re)lire :
http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-32743898.html

En partant du haut vers le bas : photos 2,5, aimablement prêtées par Germain de Colandon
                  
                            http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Caennais déchaîné - dans Culture(s)
commenter cet article

commentaires

sokal-bricmont 17/05/2010 17:17


You're welcome^^

Je vais rebondir sur certains commentaires de Mr Cléris

"Place de la Résistance? Un désert urbain"

Un désert que rien malheureusement ne semble infirmer à moyen terme. Sa forme est bizarre, les premiers plans de Brillaud étaient bien plus cohérents et puis le centre ville avait depuis longtemps
migré vers la vielle ville

"Place de la République? Un fantôme urbain sauf pour les caniches"

Je dirai illisible plutôt : des entrées latérales peu commodes, une fontaine (d'une laideur sans nom) accolée sur son flanc sud, une agora dédiée au capsules de bières.

Je milite pour ma part pour un marché couvert (intact après 44 et détruit par la suite) sur l'emplacement de l'ancien hôtel de ville : monumentalité de la place recouvrée et pôle de vie
soutenu...reste l'épineux problème du stationnement

"Place Saint Pierre? Une gare minérale et stérile pour les bus et le "tramway" alors que l'eau qui est toujours en dessous aurait pu tendre à nouveau un miroir de beauté au miracle d'architecture
presqu'indécent du chevet de l'église St Pierre."

Je ne saurai dire mieux...des idées similaires entendus au musée de Normandie...Caen ville d'eau...ah oui ? Mise à part la prairie, rien ne le laisse deviner. Un petit bras d'eau à ciel ouvert qui
vient se lover près du chevet Renaissance...un must

"La rue Saint Pierre côté Quatrans: la bêtise urbanistique crasse d'avoir pétrifié dans le béton un alignement de barraques commerciales des années 1945-1955: sur ce rez de chaussée sans
imagination, on pourrait pourtant tout imaginer!"

Enorme soupir...cent fois, mille fois oui, je pense qu'il s'agit là d'une priorité absolue pour la ville. On envisage une sorte de couvremment pour la rue Bellivet alors que l'entrée de la rue St
Pierre, offerte aux bourrasque et à la laideur dans son entame est désespérante...alignons enfin le côté pair !!

"La plus belle fontaine de Caen avant guerre (les Trois grâces) attend toujours son retour: elle dort au fond du parc public de la mairie de Langrune! "

Embrassons-nous !


Le Caennais déchaîné 17/05/2010 17:59



Il faut vous mettre en rapport avec notre ami Philippe Cléris, vous avez des milliers de choses - très intéressantes - à partager et à nous faire partager !



sokal-bricmont 17/05/2010 10:23


Bonjour,

Sur la reconstruction le travail à faire est immense.

J'ai pour ma part tenter petitement d'ouvrir les yeux des édiles de la ville en publiant avec le CAUE ce dépliant sur l'avenue du 6 juin (ça plus mes études consacrées à la reconstruction).

http://www.caue14.fr/upload/editeur/avenue-du-6-juin-2.pdf

Aujourd'hui, les stocks sont à sec, cette brochure a eu son petit succès. Le musée de Normandie à aussi dépoussiéré sur demande de l'hôtel de ville l'expo de 94 mais sans suite véritablement
porteuse de projets (ce qui devait être le cas pour expliquer le raccord avec les projets urbains futurs mais passons).

L'héritage de Brillaud de Laujardière n'est pas celui de Perret, la ville du Havre étant LE monument. A Caen, la ville reconstruite reste un faire valoir des grands anciens : architecture sage,
linéaire, lisible, sans aspérité ni outrage mais manquant un peu de sel c'est évident.

Toujours est-il que de l'abbaye-au-Dames jusqu'à St Etienne, un mur invisible semble se dresser entre les axes est-ouest et nord-sud pour la découverte de la capitale bas-normande.

Un classement à 'l'UNESCO me semble irrecevable, rien dans la ville des années 50 ne justifie ce label en revanche, la négation de la mise en valeur de ce bâti me laisse perplexe.

On peut toujours agiter le chiffon du traumatisme, de la ville martyre mais plus de 60 ans après, il serait bienvenue de tourner la page.

Pour avoir fait quelques visites guidées de la ville je peux vous assurer que les touristes de passage en ville sont surpris : un vieux Caen splendide, facile à "vendre" car sertit de monuments
prestigieux et une Ile Saint-Jean, qui, abordée sous un angle urbanistique novateur, rassemble les suffrages.

Ha si, un bon point, dans le cadre des OPAH, beaucoup d'immeubles de la reconstruction laissent réapparaîtrent les façades en pierre de Caen ou de Saint-Maximin...on peut enfin lever le nez et
admirer ces sexagénaires qui ne manquent pas de cachets


Le Caennais déchaîné 17/05/2010 10:55



Merci pour votre témoignage, et votre travail remarquable que nous rappellons ici :


http://www.caue14.fr/upload/editeur/avenue-du-6-juin-2.pdf



Ludovic 10/03/2010 22:54


La reconstruction de Caen n'à rien à voir en monumentalité et en qualité avec la reconstruction du Havre. On ne peut pas comparer. La ville du Havre à été classée car son centre représente un
exemple "historique" de la reconstruction européene de l'après guerre, qui plus est sous la houlette d'un prestigieux architecte. Des monuments entiers comme l'Hotel de Ville, le théatres,
plusieurs églises ont marqué l'architecture du XXeme siècle
Le problème de Caen c'est son architecture indéfinissable, moderne ou régional qui finalement la rend un peut fade avec le recul des années. Pour y habiter je dois dire que la qualité de mon
appartement du centre de Caen est loin d'être celle de l'appart de mes amis qui habitent dans les immeubles Perret au Havre.

Si Caen ne peut visiblement pas mettre en avant sa reconstruction, elle à d'autres atouts comme le chateau et sa proximité avec la mer. Allons, un peut d'idée messieurs les politiques pour que je
sois enfin fier de ma ville natale.


Ivan Messac 12/02/2010 18:40


Je serais en effet très heureux de présenter "dignement" mon travail dans ma ville natale. j'en profite pour vous communiquer l'adresse de mon site :
www.ivanmessac.com


Le Caennais déchaîné 12/02/2010 19:16


Nous sommes honorés d'avoir un lecteur tel que vous, et impressionnés par vos biographie et cursus. Maintenant, il faudrait qu'il en soit de même de la part de la Ville de Caen. Au vu des
critiques sévissant dans nos colonnes égratignant les Ediles  - dans l'intérêt du plus grand nombre - nous ne pouvons pas intercéder en votre faveur. Par contre, nous vous
conseillons de prendre contact auprès de Samia Chehab Maire-Adjoint à "l'innovation culturelle", peut-être aurez-vous quelques pistes pour,
effectivement, vous faire reconnaître dans votre patrie. (Tenez-nous au courant !)
Cordialement,

Germain de Colandon


Philippe CLERIS 05/12/2009 18:34


Dans la liste des inconnus célèbres de la littérature à Caen tu oublies de citer Moysan de BRIEU, poète du XVIIe ami de Segrais et inventeur de l'art de contempler la mer et ses tempêtes, 150 ans
avant les Romantiques...

Manque d'ambition et de vision pendant 30 ans à Caen: l'avenir c'est pour quand?

Une ville ni belle ni moche, "agréable à vivre" qui n'aime pas qu'on parle d'elle en mal mais en bien aussi...

Discrète, Caen toujours dans son Après Guerre n'aime pas qu'on parle d'elle.

Capitale régionale?

Capitale de la plaine de Caen plutôt!

Le coche a été loupé dans les années 1970: Une petite Basse Normandie trop pauvre, enclavée subissant la géographie des autres (le nucléaire sans l'électrification, sans les routes, sans les
grandes écoles et sans les cadres supérieurs).

1971: Caen ville universitaire, technopole de l'ouest
2009: bourg à vaches du finistère oriental du Grand ouest ligéro-breton...

L'avenir de Caen fout le camp à Rennes, Nantes, Paris...

Caen mal relié à son territoire n'attire pas et son attractivité propre reste médiocre.

Le progrès à Caen s'est arrêté aux années 1970, la Reconstruction c'était moderne il y a 40 ans!

Caen a une voirie (30% de la ville détruite en 1944 n'a pas été reconstruite pour la voirie)
Mais Caen n'a pas d'espaces publics en son centre: des espaces vides ou des friches de qualité médiocre en tiennent lieu.

La périphérie s'est développée au détriment du centre dans les années 1980 - 1990: les centres commerciaux et le Mémorial (centre commercial de la mémoire historique) se sont développés au
détriment du centre.

Les logements ont vieilli et la Reconstruction vieillit parfois mal: toutes les fenêtres et portes du quartier entier à refaire quand ce ne sont pas les rebords de fenêtres qui tombent car dans les
années 1950, le sable du béton armé vient des plages du Débarquement...

Place de la Résistance? Un désert urbain
Place de la République? Un fantôme urbain sauf pour les caniches
Place Saint Pierre? Une gare minérale et stérile pour les bus et le "tramway" alors que l'eau qui est toujours en dessous aurait pu tendre à nouveau un miroir de beauté au miracle d'architecture
presqu'indécent du chevet de l'église St Pierre.

La rue Saint Pierre côté Quatrans: la bêtise urbanistique crasse d'avoir pétrifié dans le béton un alignement de barraques commerciales des années 1945-1955: sur ce rez de chaussée sans
imagination, on pourrait pourtant tout imaginer!

La plus belle fontaine de Caen avant guerre (les Trois grâces) attend toujours son retour: elle dort au fond du parc public de la mairie de Langrune!


Rosalie 05/12/2009 11:19


Cette municipalité va dans le mur et nous avec ! Consternant


potiron 04/12/2009 19:39


C'ES'EST NORMAL NOUS NE CONNAISSONS PAS ENCORE LE "MINISTRE DE LA CULTURE" DE CAEN AUCUNNE "FOLIE" DECOUVERTE AH SI ILS ONT REMIS LES SEMPITERNELS SAPINS AVEC NEIGE ARTIFICIELLE QUE NOUS AVONS
DEPUIS DIX ANS SOUS CETTE MUNICIPALITE CONSERVATRICE...........POURQUOI PAS UN PAS UN PEU D'AUDACE ET DE FANTAISIE..........ET INVERTIR LE FRIC DANS L'INAUGURATION D'UNE BELLE SCULPTURE,
FONTAINE,
OU UN DECOR UN PEU PLUS POETIQUE ET FARFELU....L'AUDACE SVP DE L'audace


Présentation

  • : Le Caennais déchaîné
  • Le Caennais déchaîné
  • : Actualités sans concession sur Caen et ailleurs...
  • Contact

Profils

  • Le Caennais déchaîné
  • Ecrivains, Photographes, Correspondants, Membres de la Société Civile...
  • Ecrivains, Photographes, Correspondants, Membres de la Société Civile...

Rechercher

Archives