Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 12:22

« Partisan du tout à l’ego, le mégalomane a souvent des fins de moi difficiles ». Bruno Masure

  http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/mo3.jpgMonet, Gare Saint-Lazare 

 

Le train de l’illusion

Les économistes – dignes de ce nom – affirment que l’effet du TGV ou LGV (Ligne à Grande Vitesse) sur la croissance d’une région est proprement surestimé. Que, si le train rapide accentue celle-ci, en aucun cas il ne la crée. Que, s’il est un élément déclencheur, il est loin d’être la panacée. Pour faire court, si la région est dynamique, la croissance, la prospérité, peuvent effectivement être prometteuses. Dans le cas contraire, ce sont les difficultés qui finissent par prendre le pas sur le développement espéré.

Un TGV – mais également une ligne de métro ou de tram – peut faire ostensiblement grimper le foncier, transformer une cité en un centre de congrès attrayant, développer des services sans équivalent ailleurs, faire la nique au transport aérien etc.

Les métropoles rouennaise et havraise, dynamiques, investisseuses, audacieuses, peuvent raisonnablement tirer des avantages non négligeables pour améliorer, accélérer, étendre, tant économiquement - que culturellement, au sens large du terme - l’influence de leurs aires urbaines totalisant plus d’un million d’habitants.

Le train de la désillusion

Tel ne sera pas le cas d’une ville moyenne comme Caen - belle endormie vivant frileusement à l’ombre de Guillaume, agrémentée d’un Mémorial en perte de vitesse, plombée par une classe politique inepte - qui verra s’étioler sa force vive au profit des deux métropoles haut-normandes précitées. Et que penser des autres cités à l’instar de Lisieux - déjà bien sinistrée - de Bayeux, de Cherbourg, pour ne citer que celles-ci ?

Pas de train-train au TGV Club

Quand hier, il fut question d’entreprendre les tracés Rhin-Rhône, il fut créé à l’initiative de la SNCF un « club TGV ». On en fera de même prochainement pour la Bretagne. Qu’est-ce donc ?

Un club TGV est composé d’organismes consulaires, de chefs d’entreprises, d’universitaires, d’offices du tourisme, de chambres de commerce, chambres des métiers et de l’artisanat, d’associations culturelles, sportives, d’hommes et de femmes politiques, à seule fin de préparer l’arrivée du TGV aux conditions les plus optimales. A ce jour, où en sommes-nous pour le TGV Normand ? Difficile d’en obtenir une idée précise, tant sont divergentes, selon l’interlocuteur du moment, les réponses à nos questions.

Le train de vie de nos chers Elus

L’Elu Normand réclame à cor et à cri le TGV ou LGV. Pourquoi ? Parce que c’est avant tout pour immortaliser son nom dans une réalisation tape-à-l’œil, orgueilleuse, savamment enfumée avec des soi-disant intérêts pour le territoire. C’est ce qui s’appelle de la malhonnêteté intellectuelle.

Il faut bien réaliser qu’un TGV ou LGV sert d’abord et avant tout l’Elu : il peut faire promptement la navette entre sa Mairie, ses Conseils Général et Régional, ici, et la Chambre des Députés, le Sénat, un Ministère, une quelconque Institution de la République, là, à Paris, centralisme jacobin oblige. Un Paris où ses horribles habitants n’ont que mépris pour la « basse » Normandie...  

Un train peut en chasser un autre

Egalement, il convient de rappeler que l’Elu - probablement pas assez défrayé à son goût - voyage automatiquement aux frais… du contribuable. Ce dernier sachant pertinemment que pour une ligne de TGV ouverte, ce sont - sans concertation aucune - des fermetures de gares, des suppressions de trains classiques, une explosion du prix du billet, en un mot une vraie gabegie. Seule consolation, les vaches ne seront plus les seules indigènes à regarder les trains passer. Ne pas oublier les travaux pharaoniques, les paysages dévastés, les norias de camions, la pollution en tout genre... et le coût astronomique afférent au gaspillage.

Somme toute, il est assez comique de s’entendre dire qu’il n’y a pas de budget pour maintenir et moderniser les lignes normandes existantes - voire, pour oser rouvrir d’anciennes lignes comme : l’axe Thury-Clécy-Pont-d’Ouilly ; ou les axes Caen-Ouistreham ; Caen-Courseulles ; Caen-Cabourg  - quand on entrevoit ce que des technocrates et des politicards - véritables petits vassaux d’un autre temps - nous préparent comme gâchis au nom d’une mégalomanie mal placée.

L'on rétorquera que le jeu en vaut la chandelle, puisque Caen "ne sera plus qu'à" 1 h 15 de Paris. Petite anecdote : un jour, à la fin des années 70, le légendaire turbotrain qui reliait Caen à Paris en 1 h 50 partit de Saint-Lazare avec 15 minutes de retard... pour parvenir à l'heure pile à Caen. Faisons un rapide calcul : 1 h 50 moins 15 minutes... et l'on arrive à 1 h 35, soient 20 minutes de plus hier que le TGV demain ! Précisons qu'à cette époque, les voies n'avaient pas été remaniées en profondeur comme elles le sont aujourd'hui pour des "Corail" supposés rouler à 200 km/h. Par quelle malédiction - à moins que ce ne soit un complot - ne renouvelle-t-on pas quotidiennement "l'exploit" du passé ?    

" Brazil " : terminus du train

Après les gares TGV en plein champ, vivent les gares TGV en pleine banlieue ! Exit la gare Saint-Lazare et ses vénérables marquises ! La nouvelle « gare Normande » sera rivée à la Défense située à plus de dix kilomètres à l’ouest du cœur de Paris, qu’on ne pourra atteindre que si l’on s’enfourne dans des transports en commun au bord de l'asphyxie – l’une des grandes fiertés de la Défense étant ses 500 000 voyageurs, dont 180 000 salariés, transitant chaque jour de la semaine, en RER, métro, tram, bus, taxis, et voitures particulières. 

D'après nos propres calculs, il faudrait proportionnellement plus de temps pour parcourir Mantes-La-Jolie-La Défense (60 kms), que Caen-Mantes-La-Jolie (180 kms) au vu de l'incroyable trafic - 130 millions de voyageurs/an - qui emprunte le réseau de la Gare Saint-Lazare, troisième gare d'Europe.  Que de belles retrouvailles en perspective entre la proviiiince, Paris, et sa banlieue… ! 

Camille Syssaëns-Moinzin

 

  http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Caennais déchaîné - dans Opinion
commenter cet article

commentaires

Noémie à Hérouville 01/03/2012 18:11


Vous parlez des clubs TGV. Ceux qui ont été créés pour Rhin-Rhône n'ont pas empêché le flop monumental pour Strasbourg qui n'est pourtant pas n'importe quelle ville. Comme quoi...

Aexandre 01/03/2012 12:51


Et à cette époque, au moins les trains savaient rattrapper leur retard !!!

Joelle 28/02/2012 15:52


Et encore une fois ce sont les plus riches qui en profiteront

Présentation

  • : Le Caennais déchaîné
  • Le Caennais déchaîné
  • : Actualités sans concession sur Caen et ailleurs...
  • Contact

Profils

  • Le Caennais déchaîné
  • Ecrivains, Photographes, Correspondants, Membres de la Société Civile...
  • Ecrivains, Photographes, Correspondants, Membres de la Société Civile...

Rechercher

Archives