Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 18:00

" La garantie des Droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : Cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée. " Déclaration des Droits de l’Homme, 1789, Article 12.

" Ceux qui solliciteraient, expédieraient, exécuteraient ou feraient exécuter des actes arbitraires, sont coupables et doivent être punis. " Déclaration des Droits de l’Homme, 1793, Article 12.

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

Caen, 12 octobre 2010. Un jeune gravement blessé au visage, des volontaires accourus pour lui prodiguer les premiers secours, visés à leur tour par des tirs, tandis qu’un autre manifestant, quelques secondes plus, tard était sérieusement blessé à la tempe. L’un des deux blessés a écopé d'une fracture du crâne assortie de nombreux points de suture. lien article du 14 octobre 2010.

_________

 

"Ne généralisons pas, mais…"

 

A de nombreuses reprises, la France fut condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour des violences policières - qualifiées de « torture ou de traitements inhumains et dégradants », dixit la dite Cour - commises au cours d’arrestations ou de gardes à vue.

En 2012, Dominique Baudis, rapporteur du « Défenseur des droits », remettait un rapport accablant au « Président normal » François Hollande, le soi-disant « Président des jeunes » : + 96 % de plaintes - toutes générations confondues - pour des violences policières récurrentes !

En 2013, 2 416 sanctions furent prononcées contre des policiers incriminés. Sanctions qui chuteraient de 7% en 1 an, selon la police des polices (IGPN) !

 

"Deux poids, deux mesures"

 

« J’me-prends-pas-pour-de-la-merde » alias Bernard Cazeneuve, tels ses prédécesseurs, (Guéant, Hortefeux, Alliot-Marie, Sarkozy, Pasqua-Pandraud) couvre, légitime la délinquance légale, la délinquance d’Etat, la pseudo-police républicaine qui, chaque jour, ressemble plus à une milice au service de l’ultra-libéralisme et de ses valets, qu’un corps d’état garant de la paix civile.

Rappelons qu’à cette heure, l’assassin, le tireur fou, le franc-tireur, le snipper patenté de la Ve République moribonde, continue de couler des jours heureux dans sa famille, tandis que celle du martyr pleure son enfant chéri, sans pour autant susciter auprès du Président de la République française en faillite, le devoir, la décence, la délicatesse de mettre les drapeaux en berne. N’est pas reconnu « martyr » le premier quidam venu ! Avis aux futurs empêcheurs de tourner en rond.

Mesdames, messieurs les politiques qui nous gavaient avec votre fameux « exemple Allemand », en voici un qui devrait vous faire réfléchir : quelques années plus tôt, un ministre d’Angela Merkel eut la riche idée d’utiliser sa voiture de fonction pour partir en vacances… À son retour, il fut viré manu militari.

En France, on tue, vole, on escroque, on ment, on parjure, on caracole, en continuant de montrer son cul de piètre homme politique sur les remparts de l’infamie. Bref, on démissionne  rarement. On reste en place en attendant que l’orage passe.

« Mais, c’est une révolte ? Non Sire, c’est une révolution ». « Mais, ce sont des casseurs ? « Non Président, ce sont vos sans-dents ».

Rappelons, également, au Sinistre foutriquet de l’Intérieur de la Place Beauvau, pourtant ancien juge titulaire à la Haute Cour de Justice et à la Cour de Justice de la République, que dissimuler, cacher, ne pas dénoncer un criminel - en l’occurrence, l’assassin en titre de Rémi Fraisse - est passible de peine de prison et de fortes amendes.

D’ailleurs, voyons ce que confirme le « Dictionnaire de Droit Criminel », du Professeur Jean-Paul Doucet : « Le recel de malfaiteur consiste à cacher sciemment l’auteur d’une ou de plusieurs infractions, ou même à lui apporter une assistance quelconque, afin de l’aider à échapper aux recherches de la force publique ».

 

"Vers la criminalisation des mouvements citoyens"

 

Mais, bon. Pourquoi l’ancien maire de Cherbourg - ville ô combien sinistrée, dangereuse, sale, qui n’est plus que l’ombre d’elle-même, qui laisse pourrir ses clandestins à quelques minutes de son centre-ville - aurait-il des complexes, puisque les enquêtes - sur les violences « légales » indignes d’un prétendu Etat de droit, d’un pays autoproclamé des Droits de l’Homme - quand elles sont diligentées, sont étouffées par certains juges d’instruction rechignant à prononcer les mises en examen contre les policiers auteurs de violence ?

A contrario, ces mêmes juges, soit par zèle, soit sous la pression de la Chancellerie, pourraient bien être tentés de cataloguer un syndicaliste, un manifestant pacifiste, un citoyen avide de liberté et de justice, un libre-penseur, un anarchiste, non plus en « casseur » comme encore aujourd’hui, mais en « terroriste » demain. Appellation qui, on le rappelle, fut institutionnalisée par les régimes fascistes et nazis des temps passés.

Pour en revenir à la police française, cette dernière ne se comporte pas uniquement comme une criminelle. Elle protège aussi les criminels, et pas n’importe qui, bien évidemment. (lien) 

La « Justice », sous l’égide de Christine Taubira, sotte Garde des Sceaux, n’est pas en reste non plus. (lien)

Qu’on ne s’étonne plus que les jeunes de banlieues, les jeunes tout court, et tous les autres, vous, moi, aient le mauvais œil à l’encontre de la police, de la justice, de la Nation. (Video)

Lectrices, lecteurs, quand vous croiserez un policier, au nom du principe de précaution, changez de trottoir ! Et si par malheur, vous vous êtes trouvés au mauvais endroit, au mauvais moment, cliquez vite sur ce lien .

 

Eddie Torial

 

Là, moins violent, mais tout aussi... exaspérant :

http://caennaissivoussaviez.hautetfort.com/archive/2014/08/29/conceptions-du-droit-en-usage-sous-un-gouvernement-dit-de-ga-5436565.html

 

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

Repost 0
Publié par Le Caennais déchaîné - dans Humeur
commenter cet article
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 17:24

« Le nazisme tombé en désuétude en 1945 – excellente année pour les bordeaux rouges, encore qu’on puisse lui préférer 1947 -, prônait le racisme, le militarisme, le progrès social et l’assiduité aux carnavals métalliques avec flambeaux et oriflammes à grelots ». Pierre Desproges

 

 
Surtout, ne haussez pas les épaules, François Rebsamen est un brave type. Contrairement aux apparences, il ne s’en prend pas aux chômeurs comme certains voudraient nous le faire croire. Pas plus qu’il ne s’’en prend à tous les tire-au-flanc qui pullulent dans son ministère. De plus, c’est un franc-maçon, et c’est bien connu, les francs-maçons nous veulent que du bien.
 
Non, bien au contraire. Des chômeurs, il se fait du souci uniquement pour leur misérable condition de pauvres-types-incapables-de-retrouver-un-boulot-même-mal-payé-parce-que-tout-cons-qu’ils-sont-et-surtout-tout-faignants-qu’ils-sont-ces-salopards. Quel scandale !
 
François Rebsamen avait un beau projet formidable. Seulement, des esprits chagrins (syndicalistes, politiques, progressistes, etc.) en ont décidé autrement. Bande de malappris !
 
Ce projet formidable, c’était la mise en place d’un programme formidable qui aurait transformé le chômeur minable en travailleur formidable : le S.T.O.
 
Oui, S.T.O. : Socialisme Taré Obsolète, rien à voir avec son homonyme Allemand S.T.O. : Service du Travail Obligatoire, institué et développé chez nous en France dès 1940 par nos gentils cousins germains, pour permettre à nos parents et grands-parents de découvrir outre-rhin de riantes contrées, tout en travaillant, tout en fredonnant de bons vieux chants du philanthropique IIIe REICH ! A vos souhaits.
 

Le S.T.O. de François Rebsamen était encore bien plus génial que le déjà génial S.T.O. de nos géni(t)aux cousins germains, (tout de même, reconnaissons qu’ils bouffaient un peu trop de choucroute, et ça c’était déjà pas bon pour les gaz à effet de serre, poil à Wagner !)


Dessin de Pierre Echevin

 

Or, donc, notre chômeur restait en France. Or, donc, il devait accepter un boulot qui n’existe pas, (rien qu’en Basse-Normandie il existe une offre d’emploi pour 160 demandeurs) ; ou alors un boulot qui n’a rien à voir avec ses compétences ; ou alors un stage bidon dispensé par des centres de formation pourris qui coûtent à la collectivité 31 milliards d’euros pour rien ; ou alors se faire radier avec les plus mauvaises raisons (pointage oublié, arrivée en retard à l’entretien, maladie, grèves de transports etc.) ; ou alors s’immoler dans, ou, devant une agence de Pôle Emploi ; ou alors occire son conseiller et de fait se retrouver en prison (mais ça, c’est pas bon pour les prisons surpeuplées). Avouons quand même que le plan avait du chien (un... berger allemand ?).

 

Sans ôter son mérite à François Rebsamen, il faut préciser que le génie des carpettes (de ministère) a de qui tenir. Papa Rebsamen, autrement dit Erich Rebsamen, francisé en Eric Rebsamen, aurait été un authentique Nazi (à l’esprit d’entreprise, lui aussi). Même qu’il aurait été un fier-à-bras de la Gestapo (poil au collabo).

 

 
Cerise sur le gâteau, une autre révélation sur l’irrésistible Manuel Valls et son copain Terry Cooper, autre Nazi de derrière les kapos. Mais, ne soyez pas tant surpris !
 

 

Depuis que Bobard-Nanard alias Bernard Henri-Levy et Fafa, fils d’antiquaire alias Laurent Fabius, sont allés à Kiev, l’hiver dernier, soutenir et saluer les Nazis Ukrainiens sur le Maïdan (poil aux sans-dents), tout ça est d’une telle banalité...
 
Et dire qu’on cherche des noises à tous ceux qui se tapent des quenelles, sous prétexte qu’ils exécutent un prétendu salut nazi. Mais, il y a encore plus grave.
 
 
Quand on pense qu’à la télé ils nous ont sucré Derrick alias Horst Tappert, sous prétexte qu’il avait été affecté (bon gré ? mal gré ?) dans la Waffen-SS à l’âge de 19 ans comme simple soldat, alors qu’aujourd’hui on est susceptible de bouffer du nazillon à tous les étages des ministères !
 
Nous ne pardonnerons jamais. Eh oui, au Caennais déchaîné, on aimait bien notre Derrick…
 
Auf wiedersehen kameraden !
 
Fraülein Cora von Asse,
alias Cora d’Asse
 
 Liens marrants à ne pas rater :
 
 
 
 
Repost 0
Publié par Le Caennais déchaîné - dans Humeur
commenter cet article
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 19:39

« L'an dernier j'étais encore un peu prétentieux, cette année je suis parfait ».  Frédéric Dard 

 http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/arc4 

Vous n’avez pas aimé 2012 ? Eh bien, toute la Rédaction du « Caennais déchaîné » parie que vous regretterez tout de même ce millésime. Non ? Si… Pourquoi ?

Parce que vous ne cessez de dire : « les temps sont durs, c’était mieux avant, etc. ». Ne dites pas le contraire ! Il est vrai que plus on progresse dans le temps… et plus on régresse dans notre manière d’appréhender le quotidien sous toutes ses formes. La faute à qui ? À tout le monde ! À nos oppresseurs, à nos tourmenteurs, aux réactionnaires…

…Aux lâches qui nous entourent, à notre propre lâcheté ou encore à notre déficience pour nous rebeller contre un petit groupe de nantis, d’illuminés, et de malfaiteurs qui nous font marcher sur la tête.arc5aarc5arc9aarc9Ça y est, vous écrierez-vous ! Le « Caennais déchaîné » persiste et signe dans le conspirationnisme ! Combien d’entre vous, parmi les 994 000 internautes qui ont visité notre site depuis sa création, en seront-ils encore étonnés ?!

Rappelez-vous pourtant ce qu’écrivait Alaa Al-Aswany : « Selon certaines définitions, l’occupation ne se limite pas à la présence de forces étrangères, mais peut également être le fait d’un groupe qui exerce sa domination en accaparant pouvoir et richesses. »arc11Et puisque nous l’évoquons, nous reviendrons dans le courant 2013 sur le conspirationnisme, le complotisme, le soucoupisme, appelons ça comme le font nos détracteurs. Ô lecteurs, ô amis, ô candides, vous ne serez pas au bout de vos surprises, faites-nous confiance… !

Il est temps maintenant de laisser la place aux... manipulateurs du verbe. Bon vent à toutes et tous ! 

Eddie  Torial

°°°°°°°°°°°°°°°

arc2

 

 Jules Renard

« - Je vous apporte mes vœux ». - « Merci, je tâcherai d’en faire quelque chose ».

Jules Renard

« Tenez, dit l'avare : voici un calendrier neuf, et qu'il vous fasse toute l'année » !

Georg Christoph Lichtenberg

« Janvier est le mois où l’on offre ses meilleurs vœux à ses amis. Les autres mois sont ceux où ils ne se réaliseront pas ».

Voltaire

« Tes destins sont d’un homme, et tes voeux sont d’un Dieu ».

Alphonse de Lamartine

« Borné dans sa nature, infini dans ses vœux, L’homme est un dieu tombé qui se souvient des cieux ».

Guillaume Apollinaire

« Il est grand temps de rallumer les étoiles ».

arc16 

Epicure

« Si les Dieux voulaient exaucer les vœux des mortels, il y a longtemps que la terre serait déserte, car les hommes demandent beaucoup de choses nuisibles au genre humain ».

Jean de La Fontaine

« Par des vœux importuns nous fatiguons les dieux, Souvent pour des sujets même indignes des hommes ».

Jean Racine

« Je condamnai les dieux, et, sans plus rien ouïr, Fis vœu sur leurs autels, de leur désobéir ».

Charles Perrault

« Et comme ton bonheur dépend tout de tes vœux, songes-y bien avant que de les faire ».

Gustave Flaubert

« Elle cherchait dans sa tête quelque vœu à accomplir. Quand elle allait à confesse, elle inventait de petits péchés ».

Julien Green

« Faire en sorte qu'on ne puisse accepter ce que la vie nous donne, là est la plus grande de toutes les fautes. Se ligoter par des vœux est horrible ».

 arc12

Michel Serrault

« Si je ne suis pas devenu prêtre, c’est à cause des vœux de chasteté ».

Jean-François Ducis

« Dans un songe pénible, abusés par leurs vœux, Ils traînent l’impuissance et l’espoir d’être heureux ».

Léon Tolstoï

« Tous les hommes font la même erreur de s’imaginer que bonheur veut dire que tous les vœux se réalisent ».

 

Romain Rolland

« Vivre tranquille. C'était le vœu secret, la volonté de tous, même des plus énergiques ».

Firmin Van den Bosch

« Une année qui finit, c’est une pierre jetée au fond de la citerne des âges et qui tombe avec des résonnances d’adieu ».

Jorge Luis Borges

« Le moment dans lequel je vous parle est déjà loin de moi. »

arc10 

Julien Green

« Chacun vit une fin du monde en vieillissant. »

Voltaire

« Philippe mourut à l'âge de soixante et onze ans, dans ce vaste palais de l'Escurial, qu'il avait fait vœu de bâtir en cas que ses généraux gagnassent la bataille de Saint-Quentin ».

 William-Claude Fields

« Le secret de ma bonne santé, c'est ma tempérance. Je n'ai ni bu d'alcool ni fumé le cigare avant l'âge de neuf ans ».

arc13 

Stéphane Mallarmé

« J'oublie, cependant, le sujet de ma lettre, qui est de vous dire mes vœux de belle et heureuse année ».

Louis Chedid

« Donnez-vous des rendez-vous partout, Dans les champs, dans les choux, Faites-vous des baisers tout de suite, Des serments sur le grand huit. Le temps passe à toute vitesse, Roulez jeunesse ».

arc 

°°°°°°°°°°°°°°°

Peintures : Giuseppe Arcimboldo, 1527-1593, un "pote âgé" à nous, chantre du maniérisme, de l'anthropomorphisme, et chéri par les Surréalistes. NDLR 

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

Repost 0
Publié par Le Caennais déchaîné - dans Humeur
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 18:51

" Rien ne sert de penser, faut réflechir avant ".  Pierre Dac alias André Isaac   

 http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/ gas7.jpg

  

Rapports circonstanciés authentiques, ouïs, enregistrés, et reproduits par nos soins, pour combler vos longues heures d’attentes tant dans les locaux de la Police Nationale que dans ceux de  la Gendarmerie, lors d’une garde à vue, d’un séjour en cellule de dégrisement, d’un dépôt de plainte, d’un témoignage (vrai ou faux), d’une délation (vraie ou fausse), d’aveux, de rétractations, etc. etc. etc. 

    

gas2

Le Code de la route… en déroute

« Soudain, la voiture recula pour mieux avancer ».

« Ce mur avançait à grand pas vers le véhicule ».

« Ayant perdu les deux bras, le conducteur faisait de grands signes pour attirer l’attention des autres automobilistes ».

« C’est à l’intersection de 2 routes que le mur a violemment heurté la voiture  ». Il est à noter que les 2 véhicules sont entrés en collision l’un avec l’autre exactement le même jour ».

« L’accident qui avait provoqué sa mort était bien un accident mortel ».

« L'animal n'a fait qu'une bouchée de la carrosserie du véhicule ».  

« Malgré un taux d’alcoolémie de 3.8, le conducteur avait gardé toute sa lucidité pour écraser l'animal ».

« Très gravement brûlée, elle s’est éteinte pendant son transport à l’hôpital ».

« Mort sur le coup, l’homme avait déjà été victime d’un accident identique l’an dernier ».

 

gas4.jpg

 

  Les petites cellules grises d’Hercule Poirot

 

« Le cadavre de l'homme qui nous a été présenté correspondait bien à la description de la femme qui avait été vue par les différents témoins ».

« Le cadavre ne semblait pas en possession de toutes ses facultés ».

« La tête ne lui tenait plus que par la peau du derrière ».

« L’homme s’est pendu après s’être tranché la gorge ».

« Le pendu est mort noyé ».

« Percé de plusieurs balles, le cadavre flottait quand même dans la rivière ».

« Nous avons été obligés de constater le décès avant que le mort nous décrive son agresseur ».

« Les neuf coups de couteau sur le cou et le visage laissaient croire à une mort qui n’était pas naturelle ».

« Le défunt a formellement reconnu son agresseur ».

« Le coup porté à bout portant lui a enfoncé la moitié des dents dans les oreilles ».

« Les recherches ont permis de retrouver rapidement les 5 cadavres des 2 disparus ».

 

gas5

 

 Flagrants délires au commissariat... ou à la caserne 

  

« Malgré ses 4 frères et soeurs, le jeune homme était fils unique ».

« La mer était sa terre natale ».

« Ses explications étaient si embrouillées que nous avons dû le relâcher, faute d’avoir la preuve que nous pouvions comprendre ses explications ».

« Ses papiers, même s’ils étaient faux, étaient parfaitement en règle ».

« Le suspect étant sans domicile fixe, les policiers purent le cueillir quand il sortit enfin de chez lui ».

« La victime, blessée à une jambe, est venue jusqu'à l'auto-patrouille en copulant sur une jambe ».

« Maitrisés par nos soins, l’homme s’est enfui à toutes jambes, malgré sa jambe artificielle qui s’était décrochée ».

« N'écoutant que son courage, la policière fut obligée de battre en retraite ».

« Sous le coup de la colère, l’homme mangea une pomme en ricanant ».

« Le prévenu a attendu d'avoir fini son repas pour commencer une grève de la faim ».

« Arrêté par les gendarmes, le voleur les a menacé d’appeler la police ».

« Le suspect nous a alors menacé en fronçant les sourcils ».

« Quand nous lui avons demandé de s’expliquer, l’homme a souri comme un coupable ».

« C’est alors que le suspect a eu l’audace de s’endormir pendant que nous l’interrogions ».

« L’homme niant toute culpabilité, nous l’avons arrêté ».

« Interrogé par nos soins, l’homme a alors menacé de nous répondre si on continuait à l’interroger ».

« Si la fenêtre du bureau n’avait pas été ouverte, elle aurait été fermée, ce qui lui aurait permis de s’enfuir ».

« Ses explications ne nous paraissant pas très claires, nous avons sommé l’homme de parler français sous peine d’amende ».

« Pendant tout l’interrogatoire, l’homme n’a cessé de nous dévisager avec ses propres yeux ».

 « Jusqu'au bout, l'homme répondit aimablement à toutes les questions... par un grand silence ».

 « Le suspect s’est alors décidé à passer aux aveux sans même qu’on ait à le frapper ».

« Le suspect s’est alors décidé à passer aux aveux complets pour nous prouver qu’il n’était pour rien dans cette affaire ».

« L’homme nous raconta toute la vérité qui n’était qu’un tissus de mensonge ».

« L'homme a refuse de reconnaître qu'il nous avait menti en affirmant qu'il était mort 16h35 ».

« Pour finir, l’interpelé avoua le vol ainsi que quelques autres meurtres ».

« Le motif du vol était le meurtre ».

« Il rédigea lui-même par écrit son témoignage oral ».

« Non seulement la mère n’est pas morte, comme le prétendent ses enfants, mais il a même été prouvé qu’elle était en vie ».

  b

  Les petites cellules grisées d’Hercule Poivrot

 

« Ivre au milieu de la rue principale du village, l’homme nous a traités de sales flics, ignorant que nous étions des agents de police ».

« Le plaignant visiblement en état d’ébriété prétendait s’appeler Jésus, et signa le formulaire d’une croix ».

« Espèce de gros con ! » dans son dos, le brigadier de service a aussitôt cru se reconnaître et a verbalisé ».

« Comme il devait être pris en charge au plus vite par un asile d’aliénés, il a été conduit au poste de police ».

« Il lui bottait le derrière à tour de bras ». gas6 

Alfred Jarry, le retour

 

« L’infraction fut constatée par la police 2 jours après qu’elle n’ait lieu ».

« Pour sortir, il est clair que l’homme avait dû d’abord entrer ».

« Après avoir enfilé deux sens interdits, l’homme s’en est pris à la conductrice ».

« L’homme a juste eu le temps de déposer sa plainte sur le bureau avant de s’écrouler devant nos yeux qui n’ont rien compris ».

" Nous, X, inspecteur en fonction à la sureté urbaine, mandons et entendons Mademoiselle Y, qui nous déclare : "je suis sourde et muette ». 

« Un violent coup de marteau l’avait cloué au lit depuis 2 jours ».

« L'homme nous déclara qu'il avait effectivement frappé son adversaire avec une manivelle, mais en faisant bien attention à ne pas lui faire mal ».

« L’homme avait essayé de cacher l’arme dans ses bottes, malheureusement pour lui, il s’agissait d’un fusil dont la longueur dépassait ».

 

gas6

  

La moujik adoucit les morses (proverbe russe)

 

« L’homme a insisté pour nous présenter son préjudice qui ne mesurait pas plus de dix centimètres ».

« L’homme qui était aussi sourd que son épouse, ne semblait pas s’entendre très bien avec elle ».

« Le récidiviste n’avait jamais rien eu à se reprocher ».

« Nous avons donc pu constater qu’il n’y avait rien à constater ».

« La disparition de l’enfant a été signalée par ses parents dès son retour ».

« Si les policiers n’étaient pas rapidement intervenus, le viol n’aurait sûrement jamais eu lieu ».

« N’ayant pu abuser de la jeune femme, il la viola sauvagement ».

« Les deux trous de balles étaient parfaitement groupés ensemble ».

« Le trou de balle était si gros que nous avons pu y mettre 2 doigts ».

« L'homme avait tenté de forcer toutes les issues de la femme sans parvenir a s'y introduire ».

« Toutes les entrées de la femme étant verrouillées, les deux cambrioleurs la pénétrèrent par l’arrière ».

« Dès que l’homme fut abattu, nous avons pu procéder à son interrogatoire  ».

« Personne n’ayant donné les ordres nécessaires, il n’était pas difficile d’y obéir ».

« C’est la pluie qui empêcha le policier de s’apercevoir qu’il neigeait ».

 

RIDEAU ! 

 

Dans la video ci-contre, la police telle que vous l’aimez, dans son quotidien de tous les jours - sauf les samedis, dimanches, jours fériés, et mercredis après-midi - (Attention ! Certaines images animées qui bougent montrant des êtres humains vivants, et donc pas morts, peuvent choquer en heurtant la sensibilité des personnes vivantes, et donc pas mortes. Ces âmes sensibles risquent d'être sensiblement sujettes à une déplorable et irrépressible sensiblerie - ce qui ne laisse pas insensible le "Caennais déchaîné", sensiblement sensible lui-même, mais tout de même pas au point de tomber... dans la sensiblerie, faut quand même pas charrier... poil au Brigadier !! ) : 

 

 

  http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

 

Repost 0
Publié par Le Caennais déchaîné - dans Humeur
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 17:02

" Le goût des intrigues et des chicanes qui grouillent dans ces « nœuds de vipères » que sont volontiers ces tribus décadentes (les familles) serrées sur leurs intérêts, sur leurs rancunes jalouses, sur leurs haines aux aguets ". Emmanuel Mounier

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/dullegrietPieter Brueghel, l'Ancien : Dulle Griet ou Margot l'enragée

 

En hommage à François Morel

 

Ferme ta gueule Jean-François Copé, ferme ta gueule !  

  

" Toi qui traite François Hollande de chef de clan, rappelle-moi qui fut ton chef de clan pendant cinq (trop longues) années ?

Ferme ta gueule Jean-François Copé, ferme ta gueule !

Toi qui parle de bataille, de président (de parti) de combat, de chef de guerre, n’as-tu donc pas encore ton compte, alors que ton parti de néo-nazis, de néo-vichystes, à la botte des marchés financiers et des ennemis de l’intérieur, a détruit la France après le quinquennat amoral de ton mentor Sarkozy ?

Ferme ta gueule Jean-François Copé, ferme ta gueule !

Du reste, toi qui a une si grande (et laide*) gueule, peux-tu m’expliquer ce qu’est « un chef de guerre au sens démocratique du terme » ? Ce sont tes propres (!) propos, je te les remémore, car tu dis tant de saloperies, tant de conneries, que depuis bien longtemps tu ne dois plus savoir où donner de ta tête à claques.

Ferme ta gueule Jean-François Copé, ferme ta gueule !

Toi, avec ton attitude simiesque, ton langage primaire, ton intelligence a minima, ton déni de démocratie, ton refus de l’alternance, ta logorrhée haineuse, tu me fais penser aux crinoïdes. Tu sais, ces animaux marins où l’on retrouve l’un près de l’autre… l’anus et la bouche, tant tu donnes l’impression de dégueuler et chier à la fois.

Ferme ta gueule Jean-François Copé, ferme ta gueule !

Toi, le juif arabo-roumain " d’apparence " **, dont le père fuyant l’antisémitisme fut généreusement accueilli par la France, à l’instar de ton mentor Sarkozy, bis repetita, le juif hongrois " d’apparence " ** - sauf que pour ce dernier, c'était plutôt la fuite d’un père au passé opaque face à des Soviétiques avides de questions... embarrassantes.

Ferme ta gueule Jean-François Copé, ferme ta gueule !

Tu n’aimes pas la France du changement ? Tu n’aimes pas la France du redressement ? Tu n’aimes pas la France de l’espoir ? Tu n’aimes pas la France de la liberté ? Tu n’aimes pas MA France ? Tu n’aimes pas NOTRE France ? Tu ne l’aimes donc pas LA France… alors tu LA quittes ! Oui, toi, et tous les tordus de ton acabit ! Dégage ! Dégagez ! Foutez-nous la paix !

Ferme ta gueule Jean-François Copé, ferme ta gueule !

Oui, vivement que tu dégages, toi et ta bande de cancrelats ! Soyez plutôt reconnaissants envers la Nation tolérante de ne pas vous voir suspendus à un croc de boucher ! Parce que, sous d'autres latitudes, telle serait votre sort ! Bande de chiens galeux ! Bande de malfaisants ! Bande d’ordures ! Vous êtes la honte de l’Humanité !

Ferme ta gueule Jean-François Copé, ferme ta gueule ! " 

Mathieu Fessah

  bouche_anus.jpgBrueghel le visionnaire. Détail, en bas à gauche, du tableau plus haut

§§§§§ 

* Référence à Fadela Amara traitée de "moche" par Lionel Lucas : http://news.aufeminin.com/lionnel-luca-valerie-rottweiler-fadela-la-actu3144.html  

** Référence au « musulman d’apparence », selon Sarkozy : http://www.liberation.fr/politiques/01012398389-sarkozy-et-les-musulmans-d-apparence-le-pcf-s-insurge

  http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

Repost 0
Publié par Le Caennais déchaîné - dans Humeur
commenter cet article

Présentation

  • : Le Caennais déchaîné
  • Le Caennais déchaîné
  • : Actualités sans concession sur Caen et ailleurs...
  • Contact

Profils

  • Le Caennais déchaîné
  • Ecrivains, Photographes, Correspondants, Membres de la Société Civile...
  • Ecrivains, Photographes, Correspondants, Membres de la Société Civile...

Rechercher

Archives