Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 17:33

" Je préfère un Futur imprévisible à un futur Imposteur ". Maurice Schumann 

  http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/  imposteur-invraisemblable-tom-castro.jpg" El impostor inverosimil ", (l'imposteur invraisemblable), Tom Castro 

COMMUNIQUE DE PRESSE

OPPOSITION A L’ELECTION PRESIDENTIELLE

 de Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA

dit Nicolas SARKOZY

Nicolas SARKOZY inconnu des mairies de tous les arrondissements de Paris
Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA

dit Nicolas SARKOZY

ne bénéficie d’aucune immunité présidentielle
Plainte du 9 février 2012 dirigée à l’encontre de

Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA

dit Nicolas SARKOZY et

ses complices du Conseil Constitutionnel

______ 

                                                                                                                                                                             Nice, le 20 mars 2012  

Mesdames et Messieurs les Journalistes

Mesdames et Messieurs les Députés et Sénateurs

Monsieur le Président du CSM

Monsieur le Premier Président de la Cour de Cassation 

 Mesdames et Messieurs, 

Parce qu’il arrive un moment où les escroqueries dirigées à l’encontre du Peuple Français,  que les crimes commis contre la nation et les crimes commis contre l’Humanité doivent cesser ! Nous tenions à vous informer qu’en date du 9 février 2012 Sos Justice et Droits de l’Homme a déposé plainte auprès de Monsieur le Procureur de la République de Nice *, à l’encontre de Monsieur Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA dit Nicolas SARKOZY et de ses complices du Conseil Constitutionnel pour l’avoir laissé usurper durant 5 ans,  les titres de Président de la République et de Chef des Armées, alors que celui-ci, s'est présenté aux élections présidentielles de 2007 sous le nom d'usage de « Nicolas SARKOZY » qui n'existe dans aucune mairie des arrondissements de Paris.  

Ce qui ne lui confère aucune immunité présidentielle, Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOSCA n’ayant jamais été élu par le Peuple Français et Nicolas SARKOZY étant inconnu de l’état Civil des mairies de tous les arrondissements de Paris.  

En effet, comment le Conseil Constitutionnel peut-il proclamer les résultats d’une élection présidentielle et faire publier les résultats de cette élection au Journal Officiel de la République, lorsqu’il s’agit d’une personne inconnue de l’état civil  et d’un sans papiers, sans que cette personne ne puisse bénéficier de complicités au sein du Conseil Constitutionnel qui produit des faux en écritures publiques ? 

Nous nous trouvons donc à la tête de l’Etat, avec un Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA et un Nicolas SARKOZY, un sans papiers qui occupent illégalement le Palais de l’Elysée à grands frais pour le Peuple Français depuis mai 2007. 

Néanmoins, ce fut une jolie manière pour le Conseil Constitutionnel de lui fournir les moyens en utilisant un nom d’emprunt : 

1 - de se soustraire à la Justice, aux enquêtes judiciaires, aux poursuites judiciaires et au fisc, 

2 - de l’autoriser à ruiner la France, 

3 - de procéder à des mutations de magistrats au gré de sa fantaisie et en fonction de ses propres besoins politiques, 

4 - de détruire l’armée française, 

5 - de lancer des guerres criminelles à l’encontre de peuples innocents,  

6 - de modifier la Constitution, 

7 - de violer la Souveraineté Nationale et les droits élémentaires des français pour les contraindre contre leur gré à accepter par la force, le Traité Liberticide de Lisbonne, 

8 - de fabriquer des faux en écritures publiques qui n’ont aucune valeur juridique, car signés d’une signature « Nicolas SARKOZY » qui n’existe dans aucune des mairies des arrondissements de Paris. Et faux en écritures publiques que le Conseil Constitutionnel et le Journal Officiel de la République continuent de valider.

Cette escroquerie dirigée à l’encontre du peuple Français perdure depuis que Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA est entré en politique, soit depuis 1977 en utilisant le nom d’emprunt de Nicolas SARKOZY pour cacher son véritable patronyme au Peuple Français et signer des actes qui n’ont aucune valeur juridique.


En effet, sa signature n'a aucune valeur juridique pour lui permettre d'engager la France et les Pays Européens dans des conflits armés, d’entraîner vers la ruine les Peuples Français et Européens, de donner des ordres aux militaires afin qu’ils aillent massacrer des innocents dans leurs pays respectifs, sans qu’ils ne représentent un quelconque danger pour les Français, et ce sans droits ni titre.
 

Afin de l'empêcher de se représenter aux prochaines élections présidentielles de 2012 et de l'empêcher de continuer à ruiner la France et les pays Européens, ainsi que de poursuivre le massacre d’innocents dans les pays étrangers. Nous avons mis opposition à sa candidature en déposant plainte à son encontre et à celle de ses complices, notamment les membres du Conseil Constitutionnel qui lui auront fourni les moyens durant 5 ans  pour le faire au détriment des Peuples Français, Européens et étrangers. 

Le Conseil Constitutionnel vient de récidiver aujourd’hui, le 20 mars 2012, en acceptant la candidature de « Nicolas SARKOZY » aux élections présidentielles de 2012, sous son nom d’emprunt, tel que vous pourrez le constater sur le site de la Commission Nationale de Contrôle de la Campagne des élections présidentielles de 2012 à la rubrique candidats : http://www.cnccep.fr/les-candidats/ 

Les candidats

Liste des candidats arrêtée par le Conseil constitutionnel : 

·         Madame Eva JOLY

·         Madame Marine LE PEN

·         Monsieur Nicolas SARKOZY

·         Monsieur Jean-Luc MÉLENCHON

·         Monsieur Philippe POUTOU

·         Madame Nathalie ARTHAUD

·         Monsieur Jacques CHEMINADE

·         Monsieur François BAYROU

·         Monsieur Nicolas DUPONT-AIGNAN

·         Monsieur François HOLLANDE

 

Pour arrêter ces massacres, le 9 février 2012, nous avons saisi le Parquet de Nice, d'une plainte déposée à l'encontre de Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA dit Nicolas SARKOZY et de ses complices, aux motifs de : 

Faux en écritures publiques - Usage de faux en écritures publiques et complicités,
Escroqueries dirigées contre le Peuple Français -  Crimes commis contre la Nation, 
Crimes commis contre l’Humanité – Génocide financier de la France.
 

Pour votre bonne information, vous trouverez  les copies : de la plainte, des courriers d'accompagnement de nos actes et des 2 mémoires de pièces que nous avons été amenés à communiquer au Parquet de Nice, depuis le 9 février 2012. 

Le dernier mémoire datant du 15 mars 2012 et la dernière lettre RAR ayant été adressée au Parquet de Nice, datant du 20 mars 2012. 

Ces documents sont au format PDF et vous pourrez aisément les télécharger dans votre ordinateur pour en prendre connaissance et en conserver les traces officielles.

Afin de permettre à celles et ceux qui souhaitent participer à cette action salvatrice pour la France, en saisissant le Parquet de leur ville ou de leur juridiction, d’une plainte. Ils trouveront dans les pièces ci-dessous, un modèle de plainte à laquelle ils pourront joindre les copies de tous nos actes et des deux mémoires de pièces ainsi que les pièces annexes qui constitueront un précédent judiciaire.

Nous vous demandons de prendre attentivement connaissance de nos actes et notamment de nos deux mémoires qui nous ont demandé un travail considérable en recherches et en mise en forme.

De nombreuses images parsèment les mémoires afin que les magistrats qui seront saisis de ces affaires dans différentes juridictions, ne puissent pas ignorer ces pièces qui nous semblent capitales pour étayer notre plainte et les vôtres.

Nous demandons aux journalistes de faire connaître cette affaire publiquement, et aux Députés et Sénateurs, ainsi qu’au Président du Conseil Supérieur de la Magistrature et au Premier Président de la Cour de Cassation, de faire le nécessaire promptement, afin que Monsieur Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA dit Nicolas SARKOZY « QUI NE BENEFICIE D’AUCUNE IMMUNITE PRESIDENTIELLE », soit empêché de se présenter aux élections présidentielles et qu’il soit interpellé immédiatement et mis hors d’état de nuire au Peuple Français.

Pour celles et ceux qui souhaitent s'informer sur la véracité de nos différentes saisines du Parquet de Nice depuis le 9 février 2012.

Nous vous communiquons le numéro de téléphone du Parquet, afin qu'ils puissent prendre leurs renseignements auprès de Monsieur le Procureur de la République de Nice au numéro suivant : 04 92 17 72 01

Nous vous remercions par avance pour votre attention et pour votre entière participation à ce combat civique qui vise, comme l'aurez compris, à libérer la France des corrompus qui nous gouvernent et qui nous ruinent depuis trop longtemps.

Dans l’attente de votre entier soutien et de vos réactions salvatrices pour le Peuple Français, nous vous souhaitons bonne réception du présent communiqué de presse et vous prions d’agréer, l’expression de nos meilleures salutations.

Mirella  CARBONATTO
Présidente
 

contact@sos-justice.com

* Après treize années singulières, remarquables - ceux qui connaissent Nice, savent ce que cela veut dire -, le Procureur Eric de Montgolfier vient d'être fraîchement muté à Bourges. Son successeur aura-t-il le même cran ? NDLR

_ _ _

Actes et pièces à télécharger :

MODELE DE PLAINTE A TELECHARGER POUR CEUX QUI SOUHAITENT SAISIR LE PARQUET DE LEUR VILLE OU DE LEUR JURIDICTION

Modèle de Plainte - Election illégale de Sarkozy.doc
http://www.dossiers-sos-justice.com/media/02/00/3988168363.doc

 

LES ACTES 

Plainte Parquet de Nice du 9 février 2012 - Election illégale de Sarkozy.pdf
http://www.dossiers-sos-justice.com/media/02/00/2391453975.pdf

Lettre RAR Parquet de Nice du 14-02-2011 - demande de jonctions des instances.pdf
http://www.dossiers-sos-justice.com/media/01/00/2369664375.pdf

Election illégale de Sarkozy - Mémoire de Pièces du 16 février 2012- Lois et preuves.pdf
http://www.dossiers-sos-justice.com/media/01/02/2500253830.pdf

Lettre d'accompagnement du mémoire du 16 février 2012.pdf
http://www.dossiers-sos-justice.com/media/01/01/2592341658.pdf

Complément au mémoire du 16 février 2012 - du 15 mars 2012.pdf
http://www.dossiers-sos-justice.com/media/00/00/1919400162.pdf

Lettre d'accompagnement du 2ème mémoire du 15 mars 2012.pdf
http://www.dossiers-sos-justice.com/media/02/01/4016968808.pdf

Lettre RAR du 20 mars 2012 - Complicité et récidive du Conseil Constitutionnel.pdf
http://www.dossiers-sos-justice.com/media/02/02/3184777880.pdf

LES PIECES COMPLEMENTAIRES 


Nicolas SARKOZY inconnu des Mairies de Paris.pdf


http://www.dossiers-sos-justice.com/media/02/02/2926086301.pdf

 

DECLARATIONS MENSONGERES ET FAUX EN ECRITURES PUBLIQUES DE NICOLAS SARKOZY et DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL
PUBLICATIONS AU JOURNAL OFFICIEL

 

Déclaration patrimoniale de NS du 17 mars 2007.pdf
http://www.dossiers-sos-justice.com/media/00/00/2401111784.pdf

Proclamation du Conseil Constitutionnel de l'élection de Sarkozy du 11 mai 2007.pdf
http://www.dossiers-sos-justice.com/media/02/00/3479409954.pdf

Modification de la Constitution - Traité de Lisbonne.pdf

http://www.dossiers-sos-justice.com/media/02/00/3895807538.pdf

Extrait de la Publication au JO du Traité de Lisbonne sous Sarkozy le 2 décembre 2009.pdf

http://www.dossiers-sos-justice.com/media/00/01/1312865930.pdf

 

Mémentos des Candidats aux élections législatives, cantonales et sénatoriales.
Mémentos fournis par le Conseil Constitutionnel qui autorise les candidats et leurs remplaçants à se présenter aux élections sous un nom d'usage.

Extrait du mémento élections législatives de 2007.pdf
http://www.dossiers-sos-justice.com/media/00/01/1942056412.pdf
Extrait mémento des candidats - Elections cantonales mars 2011.pdf

http://www.dossiers-sos-justice.com/media/00/01/1942056412.pdf

Extrait mémento des candidats - Elections sénatoriales 25 septembre 2011.pdf
http://www.dossiers-sos-justice.com/media/02/00/3796763095.pdf

_________________________

  http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

Repost 0
Publié par Le Caennais déchaîné - dans Opinion
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 12:22

« Partisan du tout à l’ego, le mégalomane a souvent des fins de moi difficiles ». Bruno Masure

  http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/mo3.jpgMonet, Gare Saint-Lazare 

 

Le train de l’illusion

Les économistes – dignes de ce nom – affirment que l’effet du TGV ou LGV (Ligne à Grande Vitesse) sur la croissance d’une région est proprement surestimé. Que, si le train rapide accentue celle-ci, en aucun cas il ne la crée. Que, s’il est un élément déclencheur, il est loin d’être la panacée. Pour faire court, si la région est dynamique, la croissance, la prospérité, peuvent effectivement être prometteuses. Dans le cas contraire, ce sont les difficultés qui finissent par prendre le pas sur le développement espéré.

Un TGV – mais également une ligne de métro ou de tram – peut faire ostensiblement grimper le foncier, transformer une cité en un centre de congrès attrayant, développer des services sans équivalent ailleurs, faire la nique au transport aérien etc.

Les métropoles rouennaise et havraise, dynamiques, investisseuses, audacieuses, peuvent raisonnablement tirer des avantages non négligeables pour améliorer, accélérer, étendre, tant économiquement - que culturellement, au sens large du terme - l’influence de leurs aires urbaines totalisant plus d’un million d’habitants.

Le train de la désillusion

Tel ne sera pas le cas d’une ville moyenne comme Caen - belle endormie vivant frileusement à l’ombre de Guillaume, agrémentée d’un Mémorial en perte de vitesse, plombée par une classe politique inepte - qui verra s’étioler sa force vive au profit des deux métropoles haut-normandes précitées. Et que penser des autres cités à l’instar de Lisieux - déjà bien sinistrée - de Bayeux, de Cherbourg, pour ne citer que celles-ci ?

Pas de train-train au TGV Club

Quand hier, il fut question d’entreprendre les tracés Rhin-Rhône, il fut créé à l’initiative de la SNCF un « club TGV ». On en fera de même prochainement pour la Bretagne. Qu’est-ce donc ?

Un club TGV est composé d’organismes consulaires, de chefs d’entreprises, d’universitaires, d’offices du tourisme, de chambres de commerce, chambres des métiers et de l’artisanat, d’associations culturelles, sportives, d’hommes et de femmes politiques, à seule fin de préparer l’arrivée du TGV aux conditions les plus optimales. A ce jour, où en sommes-nous pour le TGV Normand ? Difficile d’en obtenir une idée précise, tant sont divergentes, selon l’interlocuteur du moment, les réponses à nos questions.

Le train de vie de nos chers Elus

L’Elu Normand réclame à cor et à cri le TGV ou LGV. Pourquoi ? Parce que c’est avant tout pour immortaliser son nom dans une réalisation tape-à-l’œil, orgueilleuse, savamment enfumée avec des soi-disant intérêts pour le territoire. C’est ce qui s’appelle de la malhonnêteté intellectuelle.

Il faut bien réaliser qu’un TGV ou LGV sert d’abord et avant tout l’Elu : il peut faire promptement la navette entre sa Mairie, ses Conseils Général et Régional, ici, et la Chambre des Députés, le Sénat, un Ministère, une quelconque Institution de la République, là, à Paris, centralisme jacobin oblige. Un Paris où ses horribles habitants n’ont que mépris pour la « basse » Normandie...  

Un train peut en chasser un autre

Egalement, il convient de rappeler que l’Elu - probablement pas assez défrayé à son goût - voyage automatiquement aux frais… du contribuable. Ce dernier sachant pertinemment que pour une ligne de TGV ouverte, ce sont - sans concertation aucune - des fermetures de gares, des suppressions de trains classiques, une explosion du prix du billet, en un mot une vraie gabegie. Seule consolation, les vaches ne seront plus les seules indigènes à regarder les trains passer. Ne pas oublier les travaux pharaoniques, les paysages dévastés, les norias de camions, la pollution en tout genre... et le coût astronomique afférent au gaspillage.

Somme toute, il est assez comique de s’entendre dire qu’il n’y a pas de budget pour maintenir et moderniser les lignes normandes existantes - voire, pour oser rouvrir d’anciennes lignes comme : l’axe Thury-Clécy-Pont-d’Ouilly ; ou les axes Caen-Ouistreham ; Caen-Courseulles ; Caen-Cabourg  - quand on entrevoit ce que des technocrates et des politicards - véritables petits vassaux d’un autre temps - nous préparent comme gâchis au nom d’une mégalomanie mal placée.

L'on rétorquera que le jeu en vaut la chandelle, puisque Caen "ne sera plus qu'à" 1 h 15 de Paris. Petite anecdote : un jour, à la fin des années 70, le légendaire turbotrain qui reliait Caen à Paris en 1 h 50 partit de Saint-Lazare avec 15 minutes de retard... pour parvenir à l'heure pile à Caen. Faisons un rapide calcul : 1 h 50 moins 15 minutes... et l'on arrive à 1 h 35, soient 20 minutes de plus hier que le TGV demain ! Précisons qu'à cette époque, les voies n'avaient pas été remaniées en profondeur comme elles le sont aujourd'hui pour des "Corail" supposés rouler à 200 km/h. Par quelle malédiction - à moins que ce ne soit un complot - ne renouvelle-t-on pas quotidiennement "l'exploit" du passé ?    

" Brazil " : terminus du train

Après les gares TGV en plein champ, vivent les gares TGV en pleine banlieue ! Exit la gare Saint-Lazare et ses vénérables marquises ! La nouvelle « gare Normande » sera rivée à la Défense située à plus de dix kilomètres à l’ouest du cœur de Paris, qu’on ne pourra atteindre que si l’on s’enfourne dans des transports en commun au bord de l'asphyxie – l’une des grandes fiertés de la Défense étant ses 500 000 voyageurs, dont 180 000 salariés, transitant chaque jour de la semaine, en RER, métro, tram, bus, taxis, et voitures particulières. 

D'après nos propres calculs, il faudrait proportionnellement plus de temps pour parcourir Mantes-La-Jolie-La Défense (60 kms), que Caen-Mantes-La-Jolie (180 kms) au vu de l'incroyable trafic - 130 millions de voyageurs/an - qui emprunte le réseau de la Gare Saint-Lazare, troisième gare d'Europe.  Que de belles retrouvailles en perspective entre la proviiiince, Paris, et sa banlieue… ! 

Camille Syssaëns-Moinzin

 

  http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

Repost 0
Publié par Le Caennais déchaîné - dans Opinion
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 19:29
 
« Le peuple a trahi la confiance du gouvernement, et ce n’est qu’en redoublant d’efforts qu’il peut la regagner. » 

« Ne serait-il pas plus simple pour le gouvernement de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ? » Bertolt Brecht

 http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/drapeau_grec.jpg 

LE "CAENNAIS DECHAÎNE"

 

SOUTIENT LE

 

 PEUPLE GREC



CONTRE

LA FRANÇALLEMAGNE,

 l'EUROPE,

ET

LE RESTE

DU MONDE ! 

 

NOTAMMENT LE MONDE

 

DU F.M.I. (1)

DES BANQUIERS,

DES SPECULATEURS,  

DES PROFITEURS,

DES POLITIQUES,

DU G20,

DES DONNEURS DE LEÇONS, 

TOUS,

SANS EXCEPTION : 

CORROMPUS,

 INCAPABLES,

HYPOCRITES, 

& LÂCHES... 

...A QUI NOUS DEDIONS

L'OEUVRE D'ART CI-DESSOUS : 

doigt-d-honneur-mamie

 

PS : Nous ne sommes pas toujours en accord avec Daniel Cohn-Bendit, loin s'en faut. Cependant nous vous proposons d'écouter son sentiment sur le référendum grec, et la Grèce en général :

http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=208141

 

Première parution le 03 novembre 2011, version remaniée.

 

(1) Salaire de Christine Lagarde patronne "nulle de chez nul" du FMI : 50 000 dollars par mois non soumis à l'impôt. Et cette gourdasse voudrait que les autres se serrent la ceinture ?! 

 http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

Repost 0
Publié par Le Caennais déchaîné - dans Opinion
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 20:10

« Nous lancerons-nous dans une révolte absurde et sans merci ? », s’exclame Alexandre Sergueïevitch Pouchkine. Ce à quoi lui rétorque Nikolaï Mikhaïlovitch Karamzine : « Continuerons-nous à endurer ce que seule la lâcheté rend concevable de supporter ? »  

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/  riche-4.jpg

 

Non seulement nous devrons tout reprendre, mais également il faudra exiger des dommages et intérêts à tous les complices de l’ETAT-UMP !

Commençons par les 75 milliards d'€uros distribués à tous ces chiens bien au chaud dans leurs niches fiscales !

Continuons par les grands patrons et industriels qui, eux, fraudent plus de 50 milliards d’€uros au nez et à la barbe du Fisc. Précisons pour ceux qui l’ignorent, que leur taux d’imposition est de 9%... contre 33% pour les Petites et Moyennes Entreprises.

De plus, ces patrons se comportent en mauvais payeurs, en réglant leurs fournisseurs en retard, mettant de fait en danger de mort des milliers de petites et moyennes entreprises.

Entre autres mafieux, ne pas omettre en ces temps désastreux, les Banksters et leurs immondes émoluments. Des exemples ?

Robert Diamond de la Barclays a perçu en 2010 11,6 millions d’€uros, soit… 1 700 % de plus que l’année précédente ! Une paille… Toujours la même année, les banksters Français eux, ont augmenté leurs « salaires » de 44,8 %. Minable. Heureusement, que certains d’entre eux ont fait mieux. Espérons qu’ils décrocheront la galvaudée Légion d’Honneur tel... François Pérol, Président de la Banque Populaire et de la Caisse d’Epargne, qui, en 2010, s’est vu augmenté de 240 % par rapport à l’année précédente, soit, 1,6 millions d’€uros. Mais il y a encore mieux.

Laurent Mignon, patron de la banque on ne peut plus pourrie de Natixis, qui se torche avec des liasses de billets totalisant 2 millions d’€uros (composés en parts fixes et en parts variables).

Mais encore Didier Patault, Président de la Caisse d’Epargne Bretagne & Pays de la Loire qui, lui, a vu son salaire augmenter de 163 % en 7 ans, tandis que dans la même période ses salariés voyaient leur salaire augmenter de 4,8 % !

N’oublions pas les « petits » avantages » de ces messieurs : système de retraite supplémentaire dit de « type additif », jetons de présence (jusqu’à 162 000 €uros pour une année !), logement de fonction, voiture avec chauffeur, porte-flingue… et tout ce qu’on ne nous dit pas.

Les Assureurs, quant à eux, tournent autour des 2,5 millions d’Euros l’an. Jetons la pierre au pauvre extrémiste (de gauche, bien évidemment) qui clame haut et fort que la hausse des primes d’assurances est due au dérèglement capitalistique. Nous, gens biens, savons qu’on la doit uniquement au dérèglement climatique... 

En 2012, ne tergiversons pas !

Reprenons-leur tout ce qu'ils nous ont spolié ! 

Eric Eyrac

Sources : Politis, Le Figaro

riche-2.jpg

(re)lire notre article sur les "banquiers" : http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-banquiers-86116411.html  

 http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

Repost 0
Publié par Le Caennais déchaîné - dans Opinion
commenter cet article
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 12:12
" Ainsi commence le fascisme. Il ne dit jamais son nom, il rampe, il flotte, quand il montre le bout de son nez, on dit : c'est lui ? Vous croyez ? Il ne faut rien exagérer ! Et puis, un jour on le prend dans la gueule, et il est trop tard pour l'expulser. " Françoise Giroud alias Lea France Gourdji 

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/devedjian

 

Après les têtes à claques de Wauquiez, de Bertrand, et d'Apparu, voici la tête de turc du « Caennais déchaîné » : Patrick Devedjian.

Ah Paaaaatriiiiick ! Si tu n'avais point existé, il eût fallu t’inventer ! Voici un florilège (prière de rire seulement à la fin s’il vous plaît, sinon ça fait désordre) dont tu as le secret - rappelez-vous " cette salope d'Anne-Marie Comparini ", dixit le maestro en pleine inspiration.

« La Turquie est un pays qui menace tout le monde. J'ai compté, en moins d'une année, elle a menacé plus de sept pays : est-ce que vous croyez que c'est une bonne manière de conduire les relations internationales ? "

Sept pays, selon " l’Apôtre de la Paix Saint-Patrick " : Israël, Chypre, la Grèce. Oui, il en manque quatre. Permettez-moi de compléter : la Chine, la Russie, le Brésil, la principauté de Monaco. Et plein d’autres : le Monde de Oui-Oui, l’Île aux Enfants, l’Empire Sith et, aux dernières nouvelles, le nouvel Empire de Geneviève de Fontenay au nom terrible de « Comite Miss Nationale ». Fichtre, ils n’ont pas froid aux yeux les Ottomans ! Je poursuis.

« Dans notre pays, nous demandons que la Turquie cesse de diffuser sa propagande négationniste ». (Génocide Arménien non reconnu par les Autorités Turques. Et la France, elle reconnaît quand les siens ?) Plus loin : « L'Etat Turc aurait organisé des manifestations violentes en France au moment du vote de la loi. » (Question manifestations violentes, il en connaît un rayon le bougre ! Voir plus loin.) 

Dire qu’on a viré ce boute-en-train d’Hortefeux, et qu’on l’a remplacé par ce grand dadais de Guéant… Voilà où on en est maintenant : « Un Turc ça va, c’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes. »  Et les bruits qui courent comme quoi ce serait le Mossad (service secrets Israéliens), sur ordre de Sarkozy, qui serait à l’origine des émeutes dans les banlieues françaises en 2005 ? Il n’en parle pas « Pat' La Balance » ? A nouveau, je lui laisse la parole.

« Au moment où la Turquie veut entrer dans l'Union européenne, et apparaître comme un pays qui défend les droits de l'homme, cette loi permet de révéler l'attitude de la Turquie sur la scène internationale et montre bien que la Turquie n'est pas le pays des droits de l'homme. »

Dans une France dévastée par l’UMP crypto-nazie, je m’esclaffe. Allez, une petite dernière de " Pat' le Pataud ". 

« Je crois beaucoup dans la société civile turque. Malheureusement, quand la Turquie a un Prix Nobel brillant comme Orhan Pamuk, elle le poursuit parce qu'il dit que le génocide arménien est une évidence ».

Je rassure le bon Samaritain Devedjian. Ces poursuites eurent bien lieu, elles firent couler beaucoup d’encre… pour être officiellement abandonnées fin décembre 2005.

Mais, assez parlé de " Pat' la Zizanie " et de ses turqueries présentes, pour nous pencher sur son passé tellement plus drolatique. Egalement sur celui de son petit copain de l’époque, le très sémillant Alain Madelin. Qui, mieux que Quentin Girard *, (voir lien en fin d’article), peut nous narrer la navrante, la désolante, l’affligeante vie de Patrick Devedjian, et de son petit copain Alain Madelin ? (mais ça je l’ai déjà dit.)

Camille Syssaëns-Moinzin 

madelin-devedjian2.jpg

" Occident " 

le passé qui ne passe pas,

de Madelin et Devedjian 

 

De l’agitation étudiante dans les années 60, on retient surtout Mai-68 et les mouvances gauchistes. Mais on oublie souvent Occident, un mouvement de droite très violent. Vincent Peillon a créé une polémique en ressortant des archives le passé de Patrick Devedjian et Alain Madelin.

« Il est naturel que des étudiants discutent et qu’ils le fassent avec passion. Mais l’usage de la barre de fer n’a rien à voir avec la passion intellectuelle ou politique.»

Frédéric Grendel, dans le journal La Nation du 9/11/66 à propos du mouvement Occident.

L’histoire les a pratiquement oubliés. Et ils ne s’en plaignent pas. « Ils », ce sont les membres fondateurs du mouvement, les Patrick Devedjian, Alain Madelin, Gérard Longuet

La vieille affaire ressortie en direct sur LCI par le socialiste Vincent Peillon sur l’équipée sauvage qu’auraient mené les deux premiers dans le sud de la France, au volant d’une Simca 1000, ne leur a pas plu du tout. Ils auraient, selon un article du Petit Varois de l’époque siphonné de l’essence, volé des papiers et été en possession d’une arme à feu. Patrick Devedjian et Alain Madelin ont porté plainte contre Vincent Peillon pour diffamation. Le député européen a été critiqué par son Parti pour avoir utilisé les mêmes méthodes que la droite dans l’affaire Soumaré.

Avérée ou pas, l’affaire de la Simca 1000 n’est qu’un événement bien anecdotique dans la jeunesse militante de l’actuel ministre de la Relance et de l’ancien ministre de l’Économie et des Finances. Le mouvement Occident fut dans les années 60 l’une des plus violentes associations étudiantes, n’hésitant pas à s’en prendre aux étudiants communistes mais aussi aux étudiants gaullistes.

Occident est né d’une séparation avec la FEN, la Fédération des Etudiants Nationalistes dirigée à l’époque par le futur directeur de Valeurs Actuelles François d’Orcival. La FEN avait été créée en 1960 en opposition à la prise de position de l’Unef sur la question algérienne.

" Une scission à l’origine d’Occident " 

Après les accords d’Evian, et donc la perte de l’Algérie, des tensions apparaissent dans la FEN en 1963 et 1964. Alain Madelin et d’autres futurs dissidents n’acceptent pas la ligne de conduite de la nouvelle direction. Pour le journaliste Frédéric Charpier dans Génération Occident, l’un des rares livres consacrés à ce sujet, «ils n’acceptent ni la critique de l’armée, ni le rejet du christianisme, ni le ralliement à une nouvelle patrie européenne» et critiquent donc de manière virulente les dirigeants et le leader historique, François d’Orcival.

En février 1964, la FEN annonce alors la «mise en dehors des activités de la communauté nationalistes (de) huit militants qui ont eu des responsabilités au sein de l’organisation parisienne: Gérard Longuet, Jean-Claude Jacquart, ancien responsable lillois, Alain Robert, Alain Madelin, Gilles Revest, B. Pacaud, Frédéric Brigaud, François Duprat. (…) Cette décision a été prise après diverses tentatives des éléments cités de s’emparer des fichiers nationaux de la FEN, de créer des activités fractionnelles, à la suite d’une personnalisation systématique des problèmes et d’un activisme détraqué».

devedjian-es-lami-L-1.jpg

« Occident »

En avril 1964, les statuts de la nouvelle organisation, « Occident », sont déposés. Leur programme est proche de celui du mouvement nationaliste dissous des années 50, Jeune Nation, et ils reprennent même le symbole de la Croix celtique. Il faut, selon un de leur tract intitulé Qu’est-ce que le mouvement Occident, « en finir avec le régime », « placer l’homme dans son cadre normal : la famille, la profession, la province, la nation », supprimer « le suffrage universel politique, néfaste aux intérêts de la nation » ou encore faire une « une seconde Révolution française antilibérale et antimarxiste » pour être «le point de départ d’un mouvement qui rendra l’Europe libre et impériale».

« Tuez tous les communistes où ils se trouvent ! »

Occident est dès le départ, et le restera toujours, un mouvement minoritaire. Au plus fort, 500 à 600 personnes seront encartées. « Dans son ensemble, la base d’Occident est plutôt petite-bourgeoise. Mais le mouvement recèle aussi une frange de militants aux origines modestes et une quantité non négligeable d’éléments déclassés et marginaux », explique Frédéric Charpier. Une centaine de personnes seront vraiment actives, pas mal sont étudiants en droit à Assas ou à Sciences-Po. L’immense majorité des étudiants n’adhèrent pas à leurs idéaux et n’adhèrera jamais. Mais cela ne les dérange pas. Ils aiment bien ce sentiment d’être marginaux. D’avoir raison seuls contre tous. Et, surtout, ils ont une méthode pour devenir incontournables dans le débat : la violence.

En 1965, le mouvement soutient activement le candidat d’extrême droite Jean-Louis Tixier-Vignancour qui, après des sondages flatteurs en début de campagne, échoue lamentablement au premier tour. C’est le moment pour Occident de prendre ses distances avec leurs inspirateurs historiques, comme Pierre Sidos.

Pour l’auteur de Génération Occident Frédéric Charpier, « Occident est un petit milieu fermé, replié sur lui-même, qui se développe en vase-clos, selon ses valeurs, ses critères et ses modèles. (…) Occident représente les cinq pour cent d’étudiants qui, au Quartier Latin, rejettent l’influence des étudiants marxistes ». Dès 1965, à plusieurs reprises, ils s’attaquent à des réunions d’étudiants gaullistes et communistes avec des barres de fer et des coups de poings américains. Quand la majorité des étudiants s’enthousiasment pour Ho Chi Minh ou le Che, eux préfèrent soutenir les Etats-Unis au Vietnam ou les régimes de l’apartheid de Rhodésie et d’Afrique du Sud. En mars 1966, ils attaquent avec la FEN la Sorbonne et les étudiants en lettres. Entre les coups, ils diffusent un tract qui marque le coup et restera dans les annales : « Tuez tous les communistes où ils se trouvent! », reprenant alors un slogan du général indonésien Suharto.

" Le rituel de la scène des pets " 

L’un des principaux objectifs d’Occident est de défendre l’honneur de l’armée et de s’en prendre à tous ceux qui la critiquent. Jean Genet, avec sa pièce « Les Paravents », va entrer dans leur collimateur. Une des scènes va faire polémique, celle des pets, où des soldats français en Algérie pètent autour d’un des leurs, agonisant, pour qu’il meure en respirant «un peu d’air de chez nous». La pièce est jouée au théâtre de l’Odéon et a été financée avec de l’argent public. Par deux fois, des commandos d’Occident vont donc attaquer violemment la scène avec des fumigènes au moment fatidique et l’Unef doit venir protéger l’entrée du théâtre les jours suivants. Puis, tous les soirs, ils reviennent la critiquer bruyamment. Comme le raconte le livre Génération Occident, « Alain Madelin, Patricia, sa compagne, et Patrice Gelinet ne ratent quasiment aucune représentation. Ils ont presque leur place réservée au balcon où ils doivent attendre la sacrilège scène des pets pour déclencher le raffut. Au début, pas encore familiarisés avec le texte, il leur est arrivé de démarrer trop tôt. »

" Hitler n’est pas mort "

De 1966 à 1968, les actions d’Occident vont être une succession de violences comme en témoignent les articles de l’époque. Ils décident de s’en prendre à l’Université de Nanterre notamment, déjà connue pour être un repère d’étudiants gauchistes. Après un premier coup d’éclat qui laisse plusieurs étudiants à terre et en sang, ils sont accueillis les fois suivantes de manière musclée par l’Unef. Paris Match est là pour prendre des photos. Alain Madelin et Patrick Devedjian ont droit à une pleine page dans le magazine. Le gaulliste de gauche Frédéric Grendel les critique alors violemment dans le journal La Nation : «Hitler n’est pas mort. C’est lui qui arme les bras de ces énergumènes, et qui les transforme en sauvages. (…) Certes, ils ne sont qu’une infime minorité, mais leur faiblesse numérique est en elle-même un danger. Comme est dangereuse leur faiblesse intellectuelle. Pour les faibles, le couteau, le revolver ou la barre de fer sont des renforts précieux. L’espace d’un instant, quand ils frappent, ils se croient des hommes. »

En décembre 1966, pour la première fois, une des attaques d’Occident a des conséquences vraiment graves. Un étudiant de l’Unef, Pierre Rousset, fils de l’écrivain prix Renaudot David Rousset, est grièvement blessé et doit être trépané. L’Express note alors : « A la brutalité comme moyen ultime, ils ont substitué la brutalité comme premier et seul argument».

gud.jpg

" Devedjian torturé par les siens " 

En 1967, un commando, dont Alain Madelin et Alain Robert, l’autre leader, font partie, attaque violemment la faculté de Rouen (1) , poussant une partie de la classe politique, même de droite, à protester et la police à mener une enquête fouillée. Une vingtaine de suspects est arrêtée. Certains balancent à la police, instaurant un climat détestable dans l’association. François Duprat, un des futurs leaders de l’extrême-droite, qui mourra dans l’explosion de sa voiture piégée, est exclu du mouvement. Patrick Devedjian est lui fortement soupçonné. Génération Occident raconte cette scène hallucinante : Patrick Devedjian « est convoqué rue Soufflot. A peine a-t-il franchi le pas de la porte qu’il est frappé, déshabillé, jeté dans une baignoire. Quatre de ses camarades l’accusent d’avoir balancé aux flics et l’immergent sous l’eau. Ils veulent lui faire signer des aveux. Glissant entre leurs doigts, Devedjian heurte du front le robinet de la baignoire, un choc qui lui laissera une cicatrice. Il s’échappe, se précipite vers une fenêtre qu’il enjambe et se laisse pendre dans le vide, accroché à une corniche. Puis il se lâche et atterrit sur le trottoir, entièrement nu, avant d’être embarqué par une ronde de police ». L’actuel ministre de la Relance quitte alors rapidement le mouvement.

Occident, diminué, rejoint alors le Front Uni de soutien au Sud-Vietnam. Mai-68 marque pour le mouvement la fin des illusions. Les gauchistes sont trop nombreux, ils n’hésitent plus à être violents eux aussi. Certains veulent rejoindre les mouvements de masse et se battre dans la rue. Les leaders historiques, les deux Alain, Robert et Madelin, pensent qu’il faut soutenir la police. Après un mai compliqué et un été passé à tenter de recoller les morceaux, le mouvement reprend ses affrontements contre les gauchistes. En octobre 1968, ils saccagent le local du Snesup et la rédaction du journal Action. En représailles, le Relais de l’Odéon, un de leur QG, est brûlé. Le soir-même, une bombe détruit une librairie maoïste. Le Conseil des ministres annonce alors la dissolution d’Occident. Alain Madelin s’éloigne du mouvement et se lance dans la carrière que l’on connaît. Il ne renie toutefois pas son engagement comme il l’écrit  sur son site internet : « Le communisme était pour moi le totalitarisme de ma génération. Les goulags, les grandes répressions, les procès staliniens et tout un système fondé sur le mensonge, voilà ce que je voulais combattre. (…) Cela m’a conduit aussi à un anticommunisme militant, extrême et passionné, qui a accompagné une bonne partie de ma vie d’étudiant. Et comme à ce moment-là, la France de l’anticommunisme était marginalisée, nous avons été systématiquement confinés à l’extrême-droite. En face, ils étaient pour Mao et Pol Pot, pour les Gardes rouges et pour les Khmers rouges. Je ne regrette pas de ne pas avoir choisi ce camp-là. » (Il l’expliquait également chez Ardisson, à partir de la 12e minute de l’interview.)

Certains ne quittent pas ces mouvement violents et lancent le GUD et Ordre Nouveau, comme Alain Robert, qui se rapproche ensuite de Jean-Marie Le Pen. Aujourd’hui, les mouvements étudiants d’extrême-droite sont marginaux en France mais souvent très actifs sur Internet, comme le Bloc Identitaire. Dire à quelqu’un qu’il aurait été chez Occident est devenu une sorte de point Godwin (longue discussion pouvant amener à remplacer des arguments par des analogies extrêmes. NDLR) dans un débat entre étudiants de Sciences-Po. De temps à autre, le GUD ressurgit et colle quelques affiches à Assas. D’autres ont monté le Projet Apache, un mouvement identitaire régionaliste qui essaye de défendre la « grandeur de Paris » et s’inquiète du racisme anti-blanc. Peut-être que l’un d’eux, dans quelques années, deviendra un ministre respecté d’un gouvernement de droite modéré.

Quentin Girard,

du magazine Megapolis

(1) L'attaque de la Fac de Rouen, (12 janvier 1967) : "Une vingtaine d'invidus, blousons et manteaux de cuir noir a transpercé le brouillard. Ils brandissent des barres de fer, l'un d'eux, un trident. Ils hurlent " Occident vaincra, Occident passera, De Gaulle au poteau! ", se ruent avec une hargne incroyable sur les porteurs de pancarte du Comité Viet-Nâm et s'emparent du drapeau Viet-Cong. [...] Certains militants agressés ne se relèvent pas. Ils gisent à terre au milieu des débris de verre, des boulons des barres de fer et des chaises tordues, dans des flaques de sang. Un militant de la JCR, Serge Bolloch [qui deviendra journaliste au Monde] est dans le coma. Un coup de clé anglaise lui a enfoncé la boîte cranienne. On retrouvera dans sa chair un éclat de métal, c'est dire avec quelle violence le coup a été asséné." Frederic Charpier

* Tout, tout, tout, vous saurez tout sur Devedjian :

http://www.slate.fr/search/node/devedjian  

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

Repost 0
Publié par Le Caennais déchaîné - dans Opinion
commenter cet article

Présentation

  • : Le Caennais déchaîné
  • Le Caennais déchaîné
  • : Actualités sans concession sur Caen et ailleurs...
  • Contact

Profils

  • Le Caennais déchaîné
  • Ecrivains, Photographes, Correspondants, Membres de la Société Civile...
  • Ecrivains, Photographes, Correspondants, Membres de la Société Civile...

Rechercher

Archives