Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 12:21

« Les dictatures militaires sont comme le supplice du pal : elles commencent bien, mais elles finissent mal ». Georges Clemenceau 

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/ ectac-revolte-apres-la-tunisie-l-egypte-03

  Soutenons les révolutions dans le Monde Arabe !

 

RÉUNION PUBLIQUE

 

MERCREDI 16 MARS

à 20H

Espace Malraux

Grâce-de-Dieu CAEN

Comité de soutien à la révolution Tunisienne et Arabe contact : collectif.tunisie14@yahoo.fr

Entrée libre

 

Comité de soutien à la révolution tunisienne et arabe

 

Pour nous contacter : collectif.tunisie14@yahoo.fr

 

Invitation

Réunion publique en soutien aux révolutions dans le monde arabe

Mercredi 16 mars 2011

Espace Malraux (quartier Grâce-de-Dieu) - 20 h - Caen   t-k-2.jpgManifestation place de la Kasbah à Tunis

 

La chute du dictateur tunisien Ben Ali a lancé une révolution dans tout le Monde Arabe.

Celle de son comparse Egyptien Moubarak en février a renforcé cette dynamique.

Le peuple libyen s'est levé à son tour.

Une vague de contestation déferle au Barheïn, au Yemen, au Maroc, en Algérie, en Jordanie, en Iran.

En Irak, les peuples relèvent la tête et se battent contre la corruption, le chômage et la misère, pour la dignité, les libertés fondamentales, les droits de l'homme et la démocratie.

Mais la chute des tyrans ne règle pas les problèmes.

En Tunisie comme en Egypte, le peuple ne veut pas se faire voler la victoire.

Les Peuples Arabes ne se sont pas fait que des amis.

Ils défient l'ordre impérialiste.

Nous devons leur apporter notre soutien.

C'est pourquoi nous avons créé à Caen un

« Comité de soutien aux révolutions Tunisienne et Arabe ».

Nous voulons apporter une solidarité matérielle et morale aux peuples en lutte.

Le Comité organise une réunion publique mercredi 16 mars. Des ami.e.s Tunisien.ne.s, pour certain.e.s de retour de leur pays, apporteront leur témoignage, et nous pourrons échanger sur la situation qui ne cesse d'évoluer, ainsi que sur notre nécessaire solidarité.  

Nous comptons sur ta présence. A mercredi !

 

les-jeunes-de-kasserine-chantent-oummati.jpg"Révolution pluvieuse... révolution heureuse."NDLR.  Jeunes de Kasserine entonnant "Oummati" (Ma Nation)

 

Et en Occident, dites,

c'est quand les jeunes

(et les moins jeunes),

que vous vous bougez ?? NDLR 

  

   http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/  

 

Repost 0
Publié par Le Caennais déchaîné - dans Opinion
commenter cet article
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 19:09

"Il est des fous qui se prennent pour Alexandre le Grand ou Napoléon. Combien d'hommes s'identifient aux modèles que les conventions sociales leur proposent !" Manuel de Diéguez 

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/Manuel_de_Dieguez.gif"Manuel de Dieguez" par Serge Santucci. Médaille commandée et éditée par la Monnaie de Paris

1 - M. Alain Juppé, lecteur de Thucydide
2 - Le sionisme au Quai d'Orsay
3 - Le sionisme en France et aux Etats-Unis
4 - Les nouveaux Huguenots
5 - Le sionisme aux postes-clés de l'Etat
6 - La Libye et l'OTAN
7 - La Libye de demain
8 - L'avenir de l'Europe de la raison
9 - Le destin retrouvé de la France

1 - M. Alain Juppé, lecteur de Thucydide

On n'imagine pas un seul acteur de la France des "hautes sphères" de l'Etat, comme on dit, qui ne se trouverait pas informé des circonstances extraordinaires qui ont permis à M. Juppé de s'adresser au Président de la République dans des termes qui ont contraint ce dernier à se séparer de ses deux plus proches conseillers, MM. Guéant et Lévitte, tellement seuls les intérêts supérieurs du pays pouvaient conduire aussi subitement M. Nicolas Sarkozy à bouleverser l'échiquier atlantiste de la politique étrangère de la France. Il importe donc de recourir à la méthode de Thucydide, qui rapportait, disait-il, des discours de Périclès ou d'Alcibiade et qui, dans le même temps, précisait à ses lecteurs qu'il faisait tenir aux plus grands personnages de l'histoire de son temps le langage que la logique de la situation leur aurait imposé s'ils avaient pris effectivement la parole devant le peuple. Voici donc le discours véritable que Thucydide a mis dans la bouche de M. Alain Juppé et qui a mis l'Elysée en demeure de rebattre les cartes de notre pays sur la scène internationale.

" Monsieur le Président, si je m'adressais à vous en ma qualité de citoyen ou d'homme politique accouru de Bordeaux à votre appel et si je me fiais à la rumeur qui court à Paris selon laquelle vous auriez l'intention de me confier la conduite de la France sur le théâtre du monde, je me retirerais sur l'heure de cette arène, parce que je ne pourrais exercer une charge aussi lourde et dans le seul intérêt supérieur de la République sans entrer en conflit avec vos deux principaux conseillers, MM. Guéant et Levitte, qui me contraignent, hélas, à soulever, en outre, la question de fond qui se pose depuis des années au monde entier, celle du rôle que joue le sionisme dans la conduite du globe terrestre. Car MM. Guéant et Lévitte ont nécessairement occupé la scène en acteurs responsables, et à vos côtés, d'un désastre diplomatique immense et sans remède - le naufrage, par la faute d'Israël, d'une Union des peuples riverains de la Méditerranée qui devait redonner à notre pays la vocation, prophétisée par le Général de Gaulle, de piloter un jour le débarquement d'un Islam moderne dans la civilisation mondiale.

Puisque l'appui à peine masqué ou franchement affiché de la France à l'expansion territoriale d'Israël en Cisjordanie et au blocus inhumain de Gaza a fait tomber ce projet dans un échec tragique, il s'agit de rien de moins, pour la France, que de faire renaître les conditions sine qua non de la renaissance de l'influence de l'Occident dans le monde arabe, tellement la planète courra inexorablement en direction du nouveau centre de gravité dont l'Asie et l'islam nouveau feront battre le cœur.

2 - Le sionisme au Quai d'Orsay

Vous savez que les sionistes français occupent des postes-clés dans ce pays, et notamment dans notre corps diplomatique. Si, de ce fait, nous devions nous trouver empêchés d'emboîter le pas à l'histoire réelle du monde, nous assisterions à l'effacement rapide et définitif d'une politique digne de la France sur les cinq continents.

Pour que la nation se lève et crie de nouveau à la face du monde qu'elle s'appelle la France, il faut que vous preniez en mains les vraies armes du pays; mais elles vous seraient arrachées si le Quai d'Orsay persévérait à placer une sioniste à la tête de notre diplomatie en Cisjordanie, Mme Valérie Hoffenberg. Savez-vous que cette représentante de la France pour le processus de paix au Proche-Orient a imposé à notre Ministre des affaires étrangères d'hier, alors en visite à Gaza, le préalable de rencontrer les parents du soldat Shalit? Savez-vous qu'elle a qualifié de crime de guerre, non point le génocide de cette ville sous les bombes au phosphore de Tsahal, comme le rapport Goldstone l'a établi, mais la capture par le Hamas de ce seul soldat sur son tank, et qu'elle a confirmé ses propos sur France Inter. Croyez-vous vraiment Monsieur le Président, que la vocation de la France et de l'Europe de libérer Gaza demeurera un objectif crédible de notre diplomatie si, à la tête de l'institution de la République dont le haut enseignement m'a formé, l'Ecole Normale supérieure, une autre sioniste, Mme Canto-Sperber, dispose de l'autorité d'interdire aux intellectuels français tout débat sur Gaza et si le tribunal administratif a condamné cette atteinte à la liberté d'expression ? Serait-ce se montrer non point anti-français, mais antisémite, donc passible des tribunaux de la République, de demander à notre pays de demeurer fidèle à sa vocation de combattante de la Liberté et du droit?

Monsieur le Président, gouverner c'est prévoir, et le premier prévisionniste de la politique s'appelle la raison. Aussi longtemps que le "peuple élu" de nationalité française défendait son identité religieuse ou ethnique sur notre territoire, la loi de 1905 demeurait un instrument politique de nature à favoriser son intégration culturelle. A partir de l'instant où son identité bipolaire la conduit à souffrir d'un conflit d'intérêts entre deux patries, le devoir de la République est de prendre acte d'une dichotomie lourde des difficultés juridiques qui se présenteront fatalement et sous peu dans l'histoire du pays sur la scène internationale. Le chef de l'Etat a le devoir d'évaluer le péril avec des yeux grand ouverts, donc à l'école du réalisme politique dont sa conscience de l'avenir du pays est appelée à assumer la responsabilité. Sur une communauté de six cent mille Français juifs, une proportion considérable a déjà lancé un manifeste de protestation retentissant contre les directives du Comité des institutions juives de France, qui feint de regrouper tous les juifs du pays. Mais quand d'autres sionistes noyautent la politique étrangère de notre pays, votre devoir est d'autant plus absolu d'y porter remède que le Crif et ses alliés tentent maintenant de porter un sioniste à la présidence de la République.

Souvenez-vous du Sénateur Kennedy, qui a mené inutilement un combat de trente ans afin que le groupe de pression tout-puissant de la communauté juive américaine soit placé sous l'autorité du droit qui régit les associations étrangères; et s'il y a échoué, c'est parce qu'en Amérique comme en France, les juifs jouissent de la nationalité du pays où ils résident. Notre droit public n'avait jamais eu à connaître de la défection politique d'une partie du peuple français au profit des intérêts d'un Etat étranger. Vos fonctions de chef de l'Etat vous interdisent d'ignorer davantage une réalité aussi gigantesque, dès lors que c'est maintenant à l'échelle du globe terrestre que cette réalité nous offre le spectacle de l'enchaînement et du bâillonnement du Président des Etats-Unis.

Monsieur le Président, si vous ne prenez conscience de ce que le sionisme français pose à la République le même problème politique que le sionisme américain aux Etats-Unis, les historiens de demain verront, dans votre quinquennat une panne mémorable et sans doute irréparable dans l'histoire de la civilisation mondiale - la panne du silence et de la peur devant Israël.

3 - Le sionisme en France et aux Etats-Unis

Monsieur le Président, si le schisme international, aussi puissant que dévot, dont l'Israël français se veut le missionnaire est un fait confessionnel et apostolique dont il vous est aussi impossible d'ignorer l'orthodoxie qu'interdit d'en accepter la doctrine, c'est que votre éventuel refus d'en prendre acte n'asphyxieront pas seulement l'avenir d'une France et d'une Europe qui voudraient demeurer vivantes et respirantes, mais vous ferait passer outre au spectacle le plus criante, et également le plus incroyable qui se puisse imaginer sur le théâtre des cinq continents, celui d'un Président des Etats-Unis ficelé par le groupe de sionistes qui, depuis des décennies, a fait main basse sur les institutions politiques qui donnaient autrefois son souffle à l'Amérique et leur inspiration démocratique aux élus de la nation. Un M. Barack Obama étroitement enchaîné par Israël tant au Sénat qu'à la chambre des Représentants ne s'est-il pas vu condamné, le 19 février 2011, à opposer tout seul le veto de l'empire du Nouveau Monde à la demande, combien naturelle et légitime, que la ligue arabe a adressée aux quinze membres du Conseil de sécurité aux fins de faire cesser l'expansion de la colonisation sioniste en Cisjordanie et la levée du blocus de Gaza?

Vous savez que quatorze membres du Conseil, dont la France, ont approuvé cette initiative tant de fois recommencée depuis 1947. Mais cette fois-ci, la Maison Blanche s'est vue piteusement contrainte d'obéir à Israël sous les yeux atterrés du monde entier, cette fois-ci, en raison du brusque réveil de tout le monde arabe, cette capitulation a ruiné le prestige démocratique du Nouveau Monde sur les cinq continents et définitivement ridiculisé la prétention à l'hégémonie que cette nation se complaisait à afficher face au globe terrestre tout entier depuis 1945. Savez-vous que, le 4 décembre 2010, Israël a obtenu de la Maison Blanche l'autorisation expresse de conquérir la Cisjordanie en violation du droit international, ainsi que la promesse d'opposer le veto américain à toute contestation future de la politique d'Israël au Moyen Orient. Il en résulte que M. Mahmoud Abbas se voit sommé de négocier avec M. Benjamin Netanyahou avec un pistolet sur la tempe? Pensez-vous, Monsieur le Président, qu'un diplomate sérieux pourrait se vanter de conduire efficacement et loyalement la politique étrangère de la France s'il affectait d'ignorer le déséquilibre artificiel des forces qui étouffe le monde entier et si le groupe de pression d'Israël en France exerçait sur l'Elysée la même domination absolue que l'Aipac sur la Maison Blanche? Savez-vous qu'en ce moment même M. Barack Obama s'entretient avec une sorte d'Etat parallèle, composé les cinquante personnalités juives les plus puissantes du pays?

4 - Les nouveaux Huguenots

La nation que vous présidez se trouve donc dans la même situation qu'Henri IV face aux protestants de l'époque. En ce temps-là, un grand nombre de sujets du roi avaient tourné le dos à l'alliance multiséculaire de la religion catholique, apostolique et romaine avec la monarchie dite de droit divin, parce que leur refus de pratiquer les rites et de croire aux dogmes révélés et officialisés depuis Clovis déchirait leur esprit et leur cœur entre deux identités religieuses incompatibles entre elles: l'une les attachait profondément à leur patrie et au trône des Capétiens, tandis que l'autre les persuadait de partager les croyances plus évangéliques, donc plus utopiques de Luther le Germain et de Calvin le Genevois. Monsieur le Président, sachez que les sionistes français se trouvent dans une aporie religieuse aussi douloureuse que les Huguenots du XVIe siècle.

Le premier roi de France qui avait compris à quel point le contenu théologique des têtes fonde la politique et combien le modelage du monde répond au remplissage des boîtes osseuses par le sacré s'appelait Henri IV. C'est pourquoi ce grand roi a accordé aux Réformés des provinces entières du territoire de la France et de nombreuses places fortes, afin que les Huguenots fussent en mesure de défendre leur vraie patrie, la cérébrale. Mais aussitôt, les protestants gaulois se sont alliés avec les Anglais, et cela du seul fait qu'ils partageaient la même cosmologie mythique; et il a fallu que Louis XIV abolît, en 1685, l'édit de Nantes de 1598. De nos jours, vous n'aurez pas à donner aux sionistes français une autre patrie et d'autres forteresses à défendre, puisqu'ils possèdent déjà leur Edit de Nantes et que leurs cerveaux suffisent à les rendre propriétaires de leurs fiefs.

Si je vous demande le renvoi préalable de deux représentants du sionisme français dont le regard ne porte pas sur la carte à venir du monde et sur les véritables intérêts de la France de demain - MM. Guéant et Lévitte - c'est parce que ces Français se dévouent corps et âme à légitimer l'expansion illégale d'Israël en Cisjordanie, et cela au détriment non seulement du monde arabe au Moyen Orient, mais sur tout le pourtour de la Méditerranée.

J'ai déjà dit que je comprends la souffrance psychique qui scinde la personnalité de ces Français-là et je sais qu'ils ne sont pas responsables de la bipolarité qui les déchire entre deux identités nationales violemment incompatibles entre elles. Mais comment avez-vous pu croire un seul instant, Monsieur le Président, que la Ligue arabe allait tout soudainement se désolidariser du peuple palestinien sur les seules instances de la France et d'Israël, comment avez-vous pu croire un seul instant que Tel-Aviv ne tenterait pas aussitôt de régner à son seul profit sur les peuples riverains de la Méditerranée, dès lors qu'une France complice du peuple hébreu les y aidait, comment avez-vous pu ignorer un seul instant l'origine et l'évolution multimillénaire de l'univers onirique et de la cosmologie mythique dont le peuple biblique se trouve habité, comment avez-vous pu songer un seul instant à métamorphoser en une génération un peuple nourri des écrits de son ciel en un partenaire immergé parmi toutes les autres nations de la terre?

Mais la France est le pays des "armes et des lois". Si vous buvez jusqu'à la lie la coupe de la complicité de la France avec Israël, ce sera de tout le droit international public qu'il vous faudra dénouer les attaches, tellement l'expansion guerrière du peuple hébreu en Cisjordanie et le blocus de Gaza rompent les ponts avec le "droit des gens", c'est-à-dire des gentes.

5 - Le sionisme aux postes-clés de l'Etat

Monsieur le Président, c'est la civilisation mondiale qui se trouve à la croisée des chemins: si la France ne relevait pas le défi que lui lance Israël, jamais l'Occident ne se remettrait de la honte de s'être trahi jusqu'à la moelle, jamais la vocation à l'universalité de l'humanisme dont le Vieux Monde était le berceau n'effacerait la salissure qui entacherait à jamais son histoire dans la mémoire du genre humain. Un furoncle immense pourrit sous nos yeux à Gaza. Comment le cancer d'une ville de quinze cent mille hommes, femmes et enfants ne rongerait-il les esprits et les âmes sous le soleil des droits de l'homme? Comment cet ulcère ne dévorerait-il pas les autels que la Démocratie mondiale dresse à la Liberté et à la Justice? Croyez-vous, Monsieur le Président, que l'Europe survivrait dans l'ordre politique et dans l'ordre de l'esprit si vous ne preniez la tête de la croisade des nations civilisées au Moyen Orient et si vous ne les placiez sous la bannière du pays des droits de l'homme?

Dans le cas où la France trahirait sa vocation, croyez-vous qu'aux yeux de la conscience universelle, le coupable en serait l'Amérique aux bras croisés? Non, je vous le dis, Monsieur le Président, seule la civilisation d'Antigone en serait accusée aux yeux de la terre entière et pour des siècles, seule la civilisation de Sophocle en porterait à jamais les cicatrices, seule la civilisation de la pensée descendrait à jamais dans le sépulcre de Gaza.

6 - La Libye et l'OTAN

Mais ce n'est pas tout, Monsieur le Président. Face à l'insurrection du peuple libyen contre le Colonel Kadhafi et en raison des difficultés que le renversement du dictateur rencontre sur le terrain, les Etats-Unis vont s'empresser de placer à nouveau les pays de l'OTAN sous leur sceptre et les mener à livrer une bataille parallèle à celle qui a conduit ses vassaux à l'assaut de l'Irak en 2003. Par bonheur, l'empire américain n'est plus tellement puissant qu'aucun pays européen, la France exceptée, n'osera s'opposer à sa volonté. Il y a huit ans, MM. Chirac et Villepin étaient parvenus à contraindre, si je puis dire, la Maison Blanche à commettre une faute diplomatique titanesque, celle de se ruer en aveugle sur Bagdad en violation du droit international et au mépris de l'autorité des Nations Unies, parce que nous avons su menacer, à la face du monde, l'empire du Nouveau Monde d'opposer notre veto à l'invasion du pays de Saddam Hussein.

Aujourd'hui - à quelque chose malheur est bon - nous pouvons recouvrer rapidement une partie non négligeable de notre capital politique en Afrique du Nord si nous rejetons un débarquement américain en Libye, qui serait calqué sur le précédent en Irak et qui remettrait M. Kadhafi en selle, puisque cette nouvelle violation au droit des gentes par Washington devrait se trouver chapeautée par l'OTAN. Mais notre retour apparent sous le joug dont souffrent les nations asservies de l'Europe à l'égard du commandement militaire unifié de l'Alliance atlantique nous donne désormais un droit de veto au sein de ce "protectorat" militaire - et ce veto prendra tout son poids du seul fait que notre servitude se trouve allégée de ce que nous avons réussi à chasser l'occupant américain de notre territoire en 1966, vingt et un ans après la fin de la seconde guerre mondiale.

7 - La Lybie de demain

Monsieur le Président, un autre rendez-vous du monde entier avec Israël est sur le point d'enflammer la planète: il est inéluctable que dans trois mois au plus tard, Gaza et la Cisjordanie se placeront au cœur de l'échiquier politique mondial. Soyons réalistes : au mois de mai, la seconde flottille de la Liberté se présentera sous les murs de Gaza. Croyez-vous vraiment que la France et l'Europe pourront se permettre d'ignorer pour la seconde fois la tragédie vers laquelle le peuple élu précipite la communauté internationale tout entière depuis 1947, croyez-vous vraiment que le drame international du sionisme ne montera pas sur les planches de l'histoire, et cela non seulement en Europe, mais également aux Etats-Unis? Souvenez-vous, Monsieur le Président, des premières scènes de la pièce, quand M. Barack Obama et M. Ben-ki-Moon ont déclaré à vingt-quatre heures d'intervalle que le blocus de Gaza était intenable dans la durée et que néanmoins le sionisme international était tout de suite parvenu à faire battre en retraite aussi bien le secrétaire général des Nations Unies que le locataire flottant de la Maison Blanche. Mais vous savez bien qu'à la suite du réveil des peuples arabes sur le théâtre du monde, le rideau va immanquablement se lever sur le second acte et que la France et l'Europe se trouveront contraintes de condamner Israël sur un double front, celui de l'expansion illégale du peuple hébreu en Cisjordanie et celui du blocus d'une ville qu'Israël affame au cœur d'une civilisation mondiale de plus en plus abusivement qualifiée de démocratique. Voyez-vous, Monsieur le Président, Dieu a déménagé. Savez-vous que ce personnage a installé son quartier général au cœur de la démocratie mondiale et que c'est sur la terre qu'il écrit et réécrit sans cesse sa divine comédie?

Voici le scénario dantesque qui nous attend: le sionisme mondial en appellera à l'invasion de la Libye par les Etats-Unis, parce que l'installation d'une gigantesque base américaine "de la Liberté", donc un puissant intéressement pétrolier de Washington dans la région paraîtra valider le siège de Gaza et la colonisation de la Cisjordanie. Croyez-vous, Monsieur le Président, qu'il sera possible à la France d'ignorer la délégitimation mondiale d'une démocratie purulente sous le soleil et à laquelle le sionisme français entraîne la nation? Le rendez-vous avec les Huguenots d'aujourd'hui est proche, Monsieur le Président, mais nous saurons nous protéger sans révoquer l'édit de Nantes.

8 - L'avenir de l'Europe de la raison

Monsieur le Président, le globe terrestre souffre d'une paralysie cérébrale qui remonte à Thucydide; car cet historien de génie est aussi le premier visionnaire de la politique pestilentielle de son temps et le premier prophète qui ait introduit dans le récit de la guerre du Péloponnèse des analyses profondes de l'odeur de la boîte osseuse des peuples et des nations. Mais notre siècle a rendez-vous avec une science des âmes et des têtes qui dépassera de loin celle des aromes et des odorances dont disposait la Grèce du Ve siècle avant notre ère, parce qu'Israël posera au monde entier la même question que le grand historien grec, celle de connaître les relations que les cultures et les mythes sacrés entretiennent avec les usages, les moeurs et les divers systèmes de gouvernement.

Pour l'instant, nous vivons dans un panégyrique continu et lassant des simples cultures, pour l'instant nous sommes devenus des apologistes aussi inconditionnels que naïfs de la diversité des cosmologies sacrées qu'on appelle des religions, pour l'instant nous nous livrons à l'apologie fatigante d'une civilisation sans tête, pour l'instant nous plaidons inlassablement pour l'acéphalie d'une géopolitique des sentiments, pour l'instant, nous refusons obstinément de hiérarchiser les Etats à l'école des progrès mondiaux de la raison et de la pensée. Mais si la science politique et l' anthropologie critique de l'Europe et de la France n'apprenaient pas à percer sur toute la terre habitée les secrets d'un animal crypté de naissance, jamais nous ne disposerons des armes d'un humanisme ambitieux de répondre au défi que le chancre saignant de Gaza adresse à notre humanisme en perdition, et nous descendrons au tombeau dans le mutisme de l'âme et de l'intelligence de la France. Voulez-vous, Monsieur le Président, conduire ce convoi funèbre, voulez-vous orchestrer les funérailles de la civilisation de la pensée cartésienne?

Je ne vous tiens pas d'autre langage, Monsieur le Président, que celui de la France que nous aimons. Mais si je vous en tenais un autre, ce ne serait plus de notre pays que je vous parlerais. Vous n'avez d'autre choix que d'engager le combat pour la survie politique et morale du pays ou d'accompagner le naufrage de notre diplomatie sur l'océan tempétueux de la politique et de l'histoire d'un monde sans tête. Allez-vous vous laisser réduire à la même extrémité de l'impuissance et du désarroi que le Président actuel des Etats-Unis, dont vous voyez bien qu'Israël l'a réduit à une potiche, mais également à un fantoche coupable de trahir les intérêts supérieurs de la nation qui l'a élu ? Par bonheur, la France n'est pas encore l'Amérique, par bonheur chaque fois que le destin de notre nation est en jeu, le génie naturel du peuple français le conduit à descendre dans la rue et à dicter à l'Etat du moment les lois de la liberté et de la justice. Un peuple armé des pavés de la capitale, Monsieur le Président, n'acceptera jamais que le chef de l'Etat se change en otage d'un empire étranger et cesse d'illustrer l'esprit et l'âme de la nation.

9 - Le destin retrouvé de la France

Et maintenant, Monsieur le Président, voyez le chemin que la révolution arabe a tout de suite emprunté: l'Egypte a aussitôt cessé de fulminer bêtement contre l'Iran au profit d'Israël, l'Egypte n'a mis que dix jours pour autoriser deux navires de guerre de la Perse à franchir le canal de Suez, Mme Merkel a d'ores et déjà pris le train en marche, puisqu'elle a osé dire à M. Benjamin Netanyahou, qui lui reprochait vertement son approbation de la motion de la Ligue arabe dont je vous ai parlé plus haut: "Que vous permettez-vous, Monsieur !"

Si vous désirez me nommer au poste de Ministre des affaires étrangères de mon pays, je considèrerais qu'il n'appartient ni à la France, ni à l'Europe de légitimer, donc de pérenniser l'hégémonie que les Etats-Unis prétendent exercer sur le reste du monde depuis 1945, je soutiendrais que la politique de tout pays souverain, donc de la France, lui enjoint de secouer un joug américain dans lequel je ne vois que le lâche consentement de nos aînés, je rapprocherais la France et l'Europe d'une Russie appelée à retrouver son statut de grande puissance, je me tournerais résolument vers un monde islamique en ascension, je nouerais avec la Chine des relations fécondes afin d'associer sa puissance future à celle de l'Europe de demain, je favoriserais l'émergence de la Turquie, du Brésil et de l'Iran à titre de contrepoids aux ambitions suicidaires d'Israël, je dénoncerais la politique des simulacres, des simagrées et des subterfuges d'un Etat qui feint de se trouver menacé, alors qu'il dispose de l'arme nucléaire et qu'il n'est mis en danger par personne, et surtout, comme je l'ai dit plus haut, j'initierais nos diplomates à un décryptage anthropologique nouveau de la psychophysiologie des peuples et des fondements de la vie onirique des évadés de la zoologie, ce qui replacera la France à la tête de la réflexion et de la recherche scientifique et philosophique mondiales sur les secrets du cerveau humain.

Si j'échouais à redonner au pays de Descartes le rang de chef de file de la pensée au sein d'une humanité à remettre en marche, sachez que la relève des intelligences s'impatiente déjà dans une haute attente de la France de demain, sachez que l'élite de notre jeunesse remettra, plus sûrement qu'un homme de mon âge la nation sur le chemin de ses retrouvailles avec son destin."

Manuel de Diéguez

6 mars 2011

En savoir plus sur l'Auteur :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Manuel_de_Di%C3%A9guez

 http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

Repost 0
Publié par Le Caennais déchaîné - dans Opinion
commenter cet article
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 11:11

"La barbarie ne vient pas pas de la barbarie. Elle vient des affaires qu'on ne peut plus faire sans elle."

Bertolt Brecht alias Eugen Berthold Friedrich Brecht

 http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/la-defense-panoramique-321 Arnaud FrichPhoto : Arnaud Frich (lien vers son site en fin d'article)

   

La vérité sur l’Economie Nationale…..
telle que l’on ne vous l’indique jamais !!!

 

PIB ! PNB ! Indices nationaux ! Prévisions à moyen et court terme ! Indice d’inflation !...  Quésako ???

  (par Kelly-Eric Guillon)

 

De façon plus simple, je me suis immergé pendant de nombreux mois, au cœur de l’économie nationale parmi les quelques 958 394 entreprises Françaises significatives recensées par la revue « l’Expansion »

Parti du classement des 1000 premières (année 2009) pour :
le Chiffre d’affaire
le Résultat net
l’effectif
soit 3 000 entreprises, je suis arrivé à une première conclusion.

Seules 2 170, sur les 3 000 analysées (ayant les CA les plus élevés), sont réellement « fiables » dans la mesure où elles renseignent effectivement sur l’ensemble des 3 informations utiles pour une analyse comparative objective :
   

Chiffre d’affaire 2008 (- 443)
Résultat 2009 (- 220)
Effectif 2009 (- 278)

Pour mémoire et sans la moindre incidence sur l’analyse, 1 001 entreprises (un tiers) ne sont pas renseignées quant à leur date de création.
J’ai donc œuvré sur les 2170 entreprises « valables », essentiellement classées selon le « Chiffre d’affaire », qui va de 131 327 millions à 44 millions pour un total de 2 118 milliards (la dette Nationale "n’est que" de 1 800 milliards – soit 85% du CA 2009 de ces 2170 entreprises) pour un « résultat net » de 56 milliards (il ne faut que 32 ans de « résultat net » de ces entreprises pour payer cette dette Publique et si on ne compte que les bénéfices de 79 milliards, en ignorant les pertes, cela ramène à 23 ans de « bénéfices »).
Si nous devons être puristes, ce nombre d’entreprises analysées doit être ramené à 2 159 (elles sont renseignées sur le CA de 2008). Ces mêmes 2 159 entités enregistrent une perte de CA de -7,94%
Les différents maximum et minimum sont (la première ligne indique le maximum et le premier chiffre après la parenthèse, le « N°-position » attribué dans la liste des 3 000 entreprises. La seconde ligne indique le minimum.La 3éme ligne, soulignée, est celle de la moyenne) :
   

CA (en millions)
 TOTAL ( 1 – 131 327)
Nord Alsace Automobiles (1753 – 44,063)
976,257

CA (2008) (en millions)
TOTAL (1 – 179 900)
Nord Alsace Automobiles (1753 – 8,741)
1 063,142
 

Résultat 2009 (en millions)
TOTAL (1 – 8 447)
Renault (13 - - 3 125)
25 999
 
Effectif
CARREFOUR (2 – 475 976)
PEUGEOT - CITROEN Poissy (243 – 1)
4 125
 
Résultat / CA
STRICKER France (2200 – 149,7%)
Alcan (1849 - -138,5%)
2%
 
Productivité en CA (en €)
PEUGEOT - CITROEN Passy (243 – 1 713 581 000)
ONET Service (645 – 17 263)
3 699776
 
Productivité en Résultat
ERIC SOCCER (2193 – 10 807 903)
PEUGEOT - CITROEN Passy (243 –  - 69 145 000)
– 6 387

Constater que le CA des 2 159 entreprises a baissé de 182 milliards (soit une perte de – 7,94% entre 2008 et 2009.
Et la parité, à savoir le nombre de femmes qui dirigent des entreprises, me direz vous ?
Je ne l’ai pas oubliée.
Elle sont 83 femmes qui dirigent sur 3 000 (un "grand" 2,77%).
Que faites-vous, femmes ?
Vous avez du pain sur la planche et il est long le chemin vers le pouvoir (combien êtes-vous en politique ?)
Que donne l’analyse relative aux seules femmes :
 

CA (en millions)

AREVA (55 – 8 529)
SSR (2874 – 2,874)
414,739
 
CA (2008) (en millions)
AREVA ( 55 – 8 092)
Daiichi Sankyo - France (1753 – 60,809)
428,092
 
Résultat 2009 (en millions)
ETAM Lingerie (1066 – 8 447)
SDEI (1026 -  - 3 125)
506,864
 
Effectif
WOLKSWAGEN – France (2877 – 379 749)
CMD (243 – 13 740)
75 027
 
Résultat / CA
ETAM Lingerie (1066 – 2820%)
SDEI (1026 -  -996,2%)
201,1%
 
Productivité en CA (en €)
AREVA (55 – 107 359)
BAI (916 – 2 208)
5 433
 
Productivité en Résultat (en €)
ETAM Lingerie (1066 – 87 636)
SDEI (1026 -  - 25 737)
7 000

Les ventilations et densités géographiques en habitants pour une entreprise :
Alors qu’en toute logique, on serait tenté de penser que le département de Paris et la Région Ile de France devraient être les champions toutes catégories :
 

Vrai pour Paris
CA 2009 = 847 230 millions
Résultat  =    27 344 millions
Effectif   = 3 976 544 salariés
Nombre total d’entreprises = 94 656
Densité de population pour une entreprise = 23,4 (la pire = 118,6 en Pas de Calais)
 
Faux  pour Paris
Population (Nord = 2 564 959 / Paris = 2 211 297)
Sociétés analysées (Hauts de Seine = 358 soit 3,53% / Paris = 308)
Export (Hauts de Seine = 599 821 millions soit 42,47% / Paris = 375 291)
Résultat par rapport au CA (Charente = 18,07% / Paris = 3,23%)
Productivité en CA (Aude = 3 299 684 € / Paris = 213 057)
Productivité en Résultat (Charente = 120 771 € / Paris = 6 876)

Se souvenir du fameux épisode politique de l’EPAD fin 2009 qui mit aux prises, un jeune loup politique avec de vieilles pointures départementales….

  Vrai pour « Ile de France » (le « soit » correspond au total de chaque item)Population = 11 659 260 soit 19%
Sociétés « Expansion » = 233 483 soit 24%
Sociétés analysées = 1031 soit 33%
CA = 1 692 917 millions soit 81%
Résultat = 46 928 millions soit 83%
Effectif = 7 259 813 soit 81%
Export = 1 012 735 millions soit 72%

Faux  pour « Ile de France » (soit correspond au total de chaque item)Densité (Corse = 44,5 / Ile de France = 49,9)
Résultat / CA ( Poitou = 5,80% / Ile de France = 2,77%)
Productivité en CA (Champagne = 577 648 € / Ile de France = 233 176)
Productivité en Résultat ( Poitou = 22 197 € / Ile de France = 6 464)

La densité moyenne en Département et en Région étant de 64,8 habitants / entreprise
 

 En Départements
Le mieux loti = Paris (23,4 Habitants / entreprise)
Le moins bien = Pas de Calais (118,6 Habitants / entreprise)
 

En Régions
Le mieux = Corse (44,5 Habitants / Entreprise
Le moins = Haute Normandie (99,1 Habitants / entreprise)
En appliquant le même ratio qu’à Paris (département), cela indiquerait pour l’ensemble des départements  : 2 659 727 entreprises soit 2,78 fois plus (au niveau des régions = 1 397 066 soit 1,46)
 

Mais il ne suffit pas de constater cela pour que l’économie reparte d’un bon pied.
Cela donne quand même à réfléchir sur les moyens à mettre en œuvre pour tenter d’harmoniser un peu mieux le maillage entreprise-population sur l’ensemble du territoire, même en n’utilisant que le ratio moyen de 64,8 (Département et Région), ce qui « équilibrerait peut-être de façon plus harmonieuse les écarts en matière de chômage selon les départements et régions….

 

Tout comme il ne suffit pas de dire « on va créer de l’emploi » pour faire repartir l’économie, on ne peut dire « on va créer plus d’entreprises » pour que l’économie reparte.
 

Ces volontés sont stériles face à l’absence de consommation qui est le vrai moteur de l’économie.
 

Si la consommation baisse par perte de pouvoir d’achat (ce qui est le cas actuellement en 2011 comme en 2010) la production baisse et baissera (avec ou sans problème de délocalisation. Ce dernier élément n’étant que facteur aggravant), il devient difficile malgré les exhortations et vœux pieux gouvernementaux et MEDEFiques d’enrayer un déclin auquel nous assistons depuis le bord du chemin.
 

En économie comme en beaucoup de problèmes, le « YAQUA », le « ILFAUTQUE » ne sont que redondances d’aveux d’impuissance.
 

Il ne suffit pas de vouloir pour pouvoir…..
 ll faut simplement oser agir sur des bases saines.
 

Si on ne veut pas vraiment, il est sûr que l’on ne pourra pas…. et ce, avec succès et brio.

Et si les gouvernants décidaient de mettre en œuvre la perspective la moins haute de 1,46 fois le nombre d’entreprises actuelles (soit 1 400 000 entreprises au lieu des 958 000 considérées) en se donnant (ainsi qu’aux entreprises) le moyen réel de cette relance…. Sans pour autant détruire ce qui était la fierté de la France (les systèmes sociaux d’avant 2007 (et cela est possible.)

Il est certain que cela diminuerait dans les mêmes proportions l’ensemble des problèmes (chômage, rentrées fiscales et charges sociales,…..). A réfléchir !!!!
 
Ce travail fait suite à un précédent (Janvier 2011) qui analyse la situation cumulée des revenus de 300 mandataires sociaux comparés au seuil de pÔvreté…. Et des pistes qui permettraient de résorber des écarts, par trop vertigineux
 
Kelly-Eric Guillon

 

Site d'Arnaud Frich : http://www.arnaudfrichphoto.com/

 

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

Repost 0
Publié par Le Caennais déchaîné - dans Opinion
commenter cet article
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 09:59

’’En ces temps d’Universelle imposture, dire la vérité est un acte révolutionnaire.’’ Georges Orwell alias Eric Arthur Blair

 http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/volcan2.jpg  Eruption du volcan Eyjafjöll en 2010. Prémisse de la fin d'un monde ?

 

Révolution
Quand l’Islande réinvente la démocratie
l’Assemblée constituante élue en novembre...  

Il y a quelques mois, un anglais passant par Paris, rencontré à la librairie Lady Long Solo, nous alertait sur la révolution en Islande. Quelle révolution ? On n’en entend parler nulle part. Une rapide recherche google ne donne rien du tout, aujourd’hui, ni en associant le mot « révolution », ni même « crise », où l’on ne trouve que des détails sur la crise financière, effectivement à l’origine de cette révolution, qui a eu lieu en 2008, dans ce pays d’à peine plus de 300 000 habitants, classé au deuxième rang mondial sur l’indice du développement humain, l’IDH, derrière la Norvège, à la veille de cette crise, en 2006.

Confronté alors à la faillite brutale du système bancaire, le peuple était descendu dans la rue. Du jamais vu au pays des jeysers d’eau chaude. La droite avait aussitôt dû céder la place à la gauche. Et, pour commencer, les banques avaient été nationalisées. Notre informateur anglais en avait entendu parler pour les projets législatifs de liberté totale pour internet, tels que des sites anglais pensaient à s’héberger là. Plus encore, il insistait pour parler d’une véritable révolution, sans pouvoir la décrire plus, mais s’étonnant qu’on n’en ait jamais entendu parler.

Cherchant alors avec obstination, on a fini par voir des images du palais présidentiel assiégé par une foule qu’on qualifierait ici sans hésiter d’anarcho-autonome. En plus des drapeaux noirs, on pouvait deviner dans la foule une forte composante de citoyenneté de type écologiste. Et on comprenait que le pauvre malheureux flic, tout seul devant le palais présidentiel, ait rapidement dû se rendre sous la pression de la foule. Celle-ci, néanmoins pacifique, n’usait que de casseroles et autres objets bruyants, selon la méthode argentine du cacerolazo, qui a su s’avérer très payante aussi là-bas.

Le président avait plié bagage. Un nouveau gouvernement s’était institué. Mais, quelques temps plus tard, celui-ci avait la mauvaise idée de proposer le remboursement de la dette des banques vis-à-vis du Danemark ou de la Grande Bretagne. Le peuple est de nouveau descendu dans la rue. Un référendum sur la question était imposé par volonté populaire, et une petite majorité de 93% rejetait l’accord prévu par les gentils gouvernants.

Parmi les informations glanées, cette image saisissante de l’agora dans les bains publics chauds, où le peuple s’assemble tous les matins pour débattre de comment refaire le monde.

Consécration de cette révolution, l’élection d’une Assemblée constituante, le 27 novembre 2010, événement peut-être plus considérable que la nuit du 4 août 1789 où était votée l’abolition des privilèges, dont on ne se serait pas aperçu sans la vigilance de Truks en vrac, de notre ami B.Bec, du Gers, relayant le CADTM, ou de Jean-Luc Mélenchon, qui trouve là une similitude avec ses propres thèses constitutionnalistes, mais ne semble pas voir plus loin que le bout de son nez anti-capitaliste.

Merveille de la désinformation. Un événement aussi considérable qu’une véritable révolution démocratique, telle qu’on n’en a jamais vue en Europe, peut se produire sans que la presse, ni google, ne permettent d’en savoir quoi que ce soit. C’est sûr qu’à l’heure de la consolidation anti-démocratique que vivent la plupart des pays européens, l’exemple islandais ne fait pas vraiment l’affaire de nos régimes policiers, qui montrent là encore leur aptitude à verrouiller rigoureusement la conscience collective.

On aimerait assurément en savoir plus sur cette révolution islandaise. Voilà des mois que Paris s’éveille rêve de téléporter sa rédaction pour un reportage approfondi au pays des chasseurs de baleines et d’utopie. S’immerger dans les bains chauds de la révolution démocratique fait certes envie, surtout vu du cœur de notre hiver sécuritaire.

Il faut s’imaginer les 25 « simples citoyens » qui vont plancher sur la constitution idéale. Le souffle de l’humanité devrait se retenir. Où l’on verra probablement qu’il n’est pas difficile de faire mieux que toutes les figures de pseudo-démocraties qui se sont déclinées jusqu’ici sur les cinq continents.

Cet article se voudrait un appel à qui aurait plus d’informations sur cette extraordinaire histoire islandaise. On peut m’écrire à : michelsitbon@gmail.com, et je relayerai avec plaisir. Un dossier sur la révolution islandaise tente de rassembler les articles qu’on peut trouver sur le sujet.  

Michel Sitbon

parl.jpg Parlement Islandais 

Depuis le samedi 27 novembre, l’Islande dispose d’une Assemblée constituante composée de 25 simples citoyens élus par leurs pairs. Son but : réécrire entièrement la constitution de 1944 en tirant notamment les leçons de la crise financière qui, en 2008, a frappé le pays de plein fouet.

Depuis cette crise dont elle est loin d’être remise, l’Islande a connu un certain nombre de changements assez spectaculaires, à commencer par la nationalisation des trois principales banques, suivie de la démission du gouvernement de droite sous la pression populaire. Les élections législatives de 2009 ont amené au pouvoir une coalition de gauche formée de l’Alliance (groupement de partis composé des sociaux-démocrates, de féministes et d’ex-communistes) et du Mouvement des Verts de gauche. C’était une première pour l’Islande, tout comme la nomination d’une femme, Johanna Sigurdardottir, au poste de Premier ministre.

Très vite, le nouveau gouvernement se trouve face à un problème épineux : le règlement aux Pays-Bas et au Royaume-Uni d’une dette de 3,5 milliards d’euros suite à la faillite d’Icesave, banque en ligne dont les opérations étaient tournées principalement vers ces deux pays. Sous la pression de l’Union européenne, à laquelle les sociaux-démocrates souhaiteraient adhérer, le gouvernement fait voter en janvier 2010 une loi autorisant ce remboursement, ce qui reviendrait, pour chaque Islandais, à débourser pendant huit ans une somme d’environ 100 euros par mois. Mais le président de la République refuse de ratifier la loi, dont le texte est alors soumis à un référendum. À plus de 93%, les Islandais votent contre le remboursement de la dette (6 mars), et depuis le problème reste en suspens.

C’est dans ce contexte que l’Islande décide de modifier sa constitution, qui en fait n’a jamais été vraiment rédigée : lorsqu’en 1944 la république avait été proclamée, on s’était contenté de recopier dans les grandes lignes la constitution du Danemark, pays dont l’Islande dépendait depuis plusieurs décennies, en remplaçant simplement le terme de “roi” par celui de “président de la République”. C’est donc une nouvelle constitution qu’il s’agit d’écrire entièrement, et pour cela on a décidé de faire confiance au peuple souverain. Il y a eu d’abord un appel à candidatures (tout le monde pouvait se présenter à l’exception des élus nationaux, à condition d’avoir dix-huit ans révolus et d’être soutenu par au moins trente personnes) auquel ont répondu 522 citoyennes et citoyens. C’est parmi eux qu’ont été élus les 25 constituants.

Ces derniers commenceront à se réunir à la mi-février et rendront leur copie avant l’été. Parmi les propositions qui reviennent le plus souvent, on peut noter la séparation de l’Église et de l’État, la nationalisation de l’ensemble des ressources naturelles et une séparation claire des pouvoirs exécutif et législatif.

Certes, l’Islande n’est qu’un petit pays d’environ 320 000 habitants. Elle donne cependant là une belle leçon de démocratie aux grands États dont la France : songeons que, dans notre pays, la réforme constitutionnelle de 2008 a été entièrement rédigée à l’Élysée, et que les parlementaires ne l’ont adoptée qu’à deux voix près après avoir été soumis pendant des semaines à des pressions intolérables de la part du chef de l’État.

[Source : truks en vracs ; CADTM]

http://www.cadtm.org/Quand-l-Islande-reinvente-la

 

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/ 

Repost 0
Publié par Le Caennais déchaîné - dans Opinion
commenter cet article
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 18:05

 http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/palflag

 

PALESTINE/CAEN :

flottille Gaza ! à Caen le 18 février 2011
 

GAZA EST EN DANGER

VENEZ DIRE VOTRE INDIGNATION !
Le bateau du "Gaza-Tour" pour la flottille 2011

arrive à Caen !
 
Rejoignez-nous à CAEN,

le Vendredi 18 février 2011
 

* 14h : Accueil du bateau place Malraux

(Grâce de Dieu)

 

* 15h : Projection-débat à l'Espace Malraux

(Grâce de Dieu)
 

« Gaza nous arrivons ! »

(L'épopée de la flottille de mai 2010)

 

* 17h00 : RASSEMBLEMENT place Bouchard

o Prise de parole

o Musique

o Distribution de tracts

o Collecte de dons
 

LE BLOCUS DOIT ÊTRE BRISÉ !

NOUS DEVONS TOUS Y CONTRIBUER !!
 
Concert slamusiquegraffiti :

 

LE MILIEU+Oré !!!

 

FreePalestine

 

Pour plus de renseignements sur l'action internationale :

http://www.france-palestine.org/article16717.html

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

Repost 0
Publié par Le Caennais déchaîné - dans Opinion
commenter cet article

Présentation

  • : Le Caennais déchaîné
  • Le Caennais déchaîné
  • : Actualités sans concession sur Caen et ailleurs...
  • Contact

Profils

  • Le Caennais déchaîné
  • Ecrivains, Photographes, Correspondants, Membres de la Société Civile...
  • Ecrivains, Photographes, Correspondants, Membres de la Société Civile...

Rechercher

Archives