Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 10:11

" Beethoven était tellement sourd que, toute sa vie, il a cru qu'il faisait de la peinture. " François Cavanna

   

 http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/ 

DSM%20promo%20-%20256%20ko

Guido Huebner à gauche 

 

ACHTUNG ! ACHTUNG ! La culture - dont la musique - étant devenue presque inexistante à Caen intra-muros, nous vous proposons quelques Konzerts outre-Rhin dans la bonne ville de Köln (Cologne)... en attendant que les allemands reviennent un de ces quatre sous nos cieux pour un long séjour, ce qui serait plus pratique pour nous, vu le prix que ça coûte maintenant pour se déplacer. Ceci dit, mine de rien, ils mettront un pied à Falaise en juillet. NDLR

 

 

12.05.2010 12:30 Uhr

 

lien pour plus d'informations :

ON - Neue Musik Köln (Foyer), Köln

   

lien en français. (Profitez-en pour flinguer votre belle-doche ou égorger votre sale môme que vous avez mal élevé en mettant le son à fond les manettes). http://instantnet.wordpress.com/2009/07/18/vendredi-17-juillet-dsm-%E2%80%93-guido-huebner-%E2%80%93-emmanuel-mieville-%E2%80%93-samuel-loviton-flavien-lavisse/

 

Das Synthetische Mischgewebe

 

 

49 Entgleisungen

  

Ganztägige Klanginstallation mit Abschlußkonzert für Alltagselektronik, mobile Klangerzeuger, Lautsprecher und Projektionen.

  

Das deutsch-französische SoundArt-Duo "Das Synthetische Mischgewebe" wird im Rahmen des ON(at)MusikTriennale (lien) Programms im MediePark 7 eine begehbare Klanginstallation im Foyer von ON - Neue Musik Köln präsentieren. DSM arbeiten auf anschauliche und verblüffende Art und Weise mit Alltagsgegenständen, die sich in jedem Haushalt finden und die zu genuinen Klangerzeugern umfunktioniertwerden. DSM lenken den Blick und das Gehör auf die Schönheit der Alltagsklänge.

 

Die Installation ist von 12.30h bis 22.00h geöffnet. Um 23.00h spielen Das Synthethsche Mischgewbe ein Konzert in ihrer Installation - es ist dies der Abschluß des ON-Tages im Rahmen der MusikTriennale Köln. Der Eintritt zur Klanginstallation und zum Konzert ist frei.

  

Eine Veranstaltung von ON - Neue Musik Köln e.V. in Kooperation mit der MusikTriennale Köln GmbH.

 

 Ort : ON - Neue Musik Köln (Foyer) (lien)
Im MediaPark 7
50670 Köln

 

 

Fr, 14.05.2010, 21:00 Uhr

  

blurred edges - Schwingende Systeme2

 

Projektgruppe aktuelle Musik präsentiert :

Hanna Hartmann: "glücklich auf dem Weg nach unten" (amplified objects)
-
DUO:
Lucio Capece, soprano saxofon, bass clarinet
Birgit Ulher, trumpet, radio, mutes, speaker
-
Das Synthetische Mischgewebe (electro-acoustic, ampified objects)
-
TRIO:
Christoph Schiller, spinett
Michael Maierhof, cello
Heiner Metzger, soundtable
-
Außerdem Videos von Jürgen Albrecht

 

Eintritt: 10 / 8 EUR
Ort :
Westwerk | Admiralitaetstrasse 74
Web : www.westwerk.org

 

 

Guido Huebner  -  collagen

 

18.05. bis 20.08.2010

 

vernissage 18.05. 17.00 Uhr

im Carl Ludwig-Institut dr Medizinischen Fakultät Leipzig

Liebigstr. 27

 

  

Rektor der Universität Professor Dr. jur. Franz Häuser Ritterstraße 26, 04109 Leipzig
Zuständige Aufsichtsbehörde:
Sächsisches Staatsministerium für Wissenschaft und Kunst,
Wigardstraße 17, 01097 Dresden,

 

 

quiet cue #019

at Staalplaat

 

Donnerstag, 27. Mai

 

Flughafenstr. 38 / Berlin-Neukoelln

doors open 8PM

http://quietcue.blogspot.com

 

 

 

Caen / Berlin

 

installation/concert with mulitple object noises,
followed by Tea party slide show and german-french history lesson.

 

Festival Musique en Pays de Falaise

 

 7e édition | 8. - 18. juillet 2010

 

 Das Synthetische Mischgewebe stage et concert samedi 10.07. FORUM

 

 http://stagemd.paysfalaise.fr/prog_festival_falaise_2010.pdf

 

 

                                                              http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 08:09

" La jeunesse croit beaucoup de choses qui sont fausses ; la vieillesse doute de beaucoup de choses qui sont vraies. " Proverbe Allemand.

 

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/ pic realisations

 

         Le Salon du Livre… ou devrait-on plutôt dire Placard du Livre, si l’on se remémore le bilan catastrophique de l’année dernière, s’exhibera cette année avec un nouveau crû dénommé « Passages de Témoins ». Souhaitons qu’il ne devienne pas à son tour « Passage à Vide ».

  

Parce que, voyez-vous, nous craignons le pire quand on découvre que le Maire – Philippe Duron – a décidé, d’un commun accord avec lui-même, de réinventer, d’innover, une formule mise en place par la Municipalité précédente. Formule, dont le succès s’était affirmé d’année en année auprès des lecteurs Caennais, fussent-ils occasionnels ou littérateurs conquis.

  

       Il semble que pour 2010, le thème du Salon – décliné sur cinq jours en des lieux divers et variés – sera : « Nos idéaux, notre jeunesse », dixit le premier Magistrat dans son éditorial.

   

Diantre ! Fichtre ! Tudieu ! Si les idéaux sont à l’image de ceux proches du néant municipal qui plombe cette ville, encore une fois, nous risquons de rester sur notre faim. Au demeurant, Monsieur Duron possède un sacré culot, ou alors il est pétri d’un cynisme sans bornes, puisqu'il ose nous rappeler l’esprit frondeur, idéaliste et utopiste d’une jeunesse Africaine ou Iranienne, quand ici, dans notre (sa) propre ville, il est constaté que la nôtre est ignorée, voire bafouée, pis, rejetée ! Hélas, il n’y a pas que la jeunesse qui est traitée ainsi sous nos latitudes.

   

Un professeur émérite de l’Université de Caen, (dont nous tairons le nom pour ne pas risquer de malmener sa modestie légendaire *), ayant également sévi dans les Universités du Burundi et d’URSS, aujourd’hui Membre de l’Académie de Sciences, Arts, et Belles-Lettres, considéré comme l’un des plus grands spécialistes mondiaux d’André Gide, auteur de remarquables publications sur Alain Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute, Marguerite Duras, Georges Perec, Patrick Modiano, Sylvie Germain, pour ne citer que ceux-là, invité un jour à Berlin, le lendemain à Istanbul, animateur remarqué l’année passée dans la Salle de l’Echiquier lors d'un subtil entretien avec Angelo Rinaldi, s’est vu éconduire par l’association organisatrice du Salon avec ces mots : « (…) nous ne pouvons, ni ne souhaitons votre présence en nos stands (…) », verdict sans appel confirmé par une célèbre libraire sur la place de Caen : « (…) vous êtes trop connu sur Caen ! ». Sic. Nul n’est prophète dans son pays, Luc de Normandie et moi-même en savons quelque chose…

  

Nous défendons, souvent avec âpreté, la jeunesse (et son devenir) étouffée par des aînés peu enclins à céder leur place au soleil. Toutefois, il nous semble logique de faire appel à des valeurs sûres, reconnues et respectées, attirant le quidam comme le miel l’abeille, pour qu’ensuite, rassasié, il se délecte avec la relève.

  

Cette année, la programmation (et sa divulgation) aura été, on ne peut plus, fluctueuse. Nous resterons circonspects quant aux personnalités censées participer à l’évènement. Certaines joueront probablement l’Arlésienne. A contrario, d’autres nous feront la surprise d’être présentes. Citons, sous réserve donc, parmi les plus connues : Jean-Claude Carrière, écrivain, scénariste, parolier, metteur en scène... et l'inévitable Florence Aubenas. Encore que, pour cette dernière, la catégoriser comme écrivain nous semble quelque peu léger. Pour l'heure, elle n'est, ni Albert Londres, ni Jack London, et encore moins le double féminin d'un certain Emile Zola, quand bien même son livre "Le Quai de Ouistreham" ait concouru  à vulgariser le monde des travailleurs précaires.

Bonnes découvertes, et bonnes lectures à consommer sans modération à toutes et tous !    

Germain de Colandon

 

 

* Alain Goulet. NDLR  

  

 

Plus d'informations :  http://www.passagesdetemoins.caen.fr/

 

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/ 

Partager cet article
Repost0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 09:55

 " Il n'y a pas d'homme cultivé. Il n'y a que des hommes qui se cultivent." Ferdinand Foch

   

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

culture_en_danger.jpg

 

Le 23 Avril prochain l’Adada (Association de Défense des Artistes et du Développement des Arts) recevra aux Ateliers Intermédiaires   -  15 bis rue Dumont D'Urville, près du bassin Saint-Pierre, de 17h30 à 19h30  - Madame Pascale Cauchy, Vice-Présidente du Conseil Régional, Déléguée à la Culture.

 

À  cette occasion l’Adada se tiendra à votre disposition dès 16h30 pour vous éclairer sur l’objet et  les motifs de cette rencontre.

 

Devraient participer à cette rencontre pas moins d’une cinquantaine d’artistes et de structures indépendantes issues de toute la Région Basse-Normandie.

 

Vous le savez, dans la période actuelle le secteur de la  Culture, à l’instar de beaucoup de nos concitoyens,  se heurte à d’énormes difficultés.

 

Toutes disciplines confondues, plus de 800 000 personnes en France sont salariées par la Culture (source INSEE/Site Ministère de la Culture) … Il importe donc d’apporter au plus vite des réponses appropriées et efficaces. C’est dans ce contexte de crise que s’inscrit la rencontre de mardi prochain qui revêt de ce fait une importance capitale.

 

Recevez Monsieur le Rédacteur en chef l’expression de nos sentiments les meilleurs,

   

Jean-Pierre Dupuy

 

Président Adada

 

http://adada14.wordpress.com/2010/04/06/assemblee-generale-extraordinaire-de-l%e2%80%99adada-a-le-mardi-27-avril-a-17h30-aux-ateliers-intermediaires-a-caen-en-presence-de-pascale-cauchy-vice-presidente-culture-du-conseil-regional-de-norman/

   

   http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/ 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 08:09

 « Nous sommes des nids de poussière, de lune et d'étoile polaire. Nous sommes les fils du Phénix égarés dans la série X ".

Brigitte Fontaine 

 

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

brigitte-fontaine 80

  

Tandis qu’au-dessus de la lande un orage dantesque secouait l’atmosphère, Brigitte Fontaine, tout juste sortie du ventre maternel, eut à subir comme vision originale de l’Humanité de drôles de spécimens entrain de gesticuler au-dessus du berceau à bascule : Papa, Mémé, Tata, Tonton, le cousin Agénor, accompagné de sa petite peste de sœur Rosette.

 berlioz_caricature_150-1-.jpg

Penchés au-dessus de sa frêle trombine et tandis qu’on entendait le Lacrimosa de la « Grande Messe des Morts » de Berlioz  à fond la caisse, (c’était Pépé prénommé… Hector, sourd comme un pot, doté d’un caractère de cochon, enfermé dans sa chambre pendant qu’il attendait la fin du monde), ils s’acharnaient en « gouzis gouzis », « areu areu », « poulou poulou », sur une chorégraphie que n’eût point renié Saint Guy, histoire de faire comprendre à la gamine qu’elle n’était pas tombée chez les Papous. Ne sommes-nous pas une grande nation civilisée regorgeant d’esthètes ?!

Devant ce touchant tableau érotico-apocalyptique, la pouponne, de souche Bretonne, aurait gazouillé au risque de faire calancher Mémé : « Je suis jeune et je  vous encule tous avec votre look de tubercule (poil à la libellule), passez votre chemin bâtards, soiffards, connards ! ». Le ton était donné, ça allait débourrer sec dans la chaumière Fontaine. 

  17956X.jpg

          Exemple. Alors qu’elle fêtait sa première année terrestre en sirotant jusqu'à plus soif du chouchen tout en grillant jusqu'à plus respirer son deuxième paquet de boyard papier maïs sans filtre, le curé - dépêché par l'Evêque de Quimper et Léon - déboula, dans la tanière familiale enfumée de toute part, pour vociférer sous le nez des géniteurs médusés : « Que tardez-vous donc ! Il faut baptiser au plus vite la créature ! ».

 

          La chétive, pécore, précoce et véloce, mit à profit l’ébahissement de l’aréopage pour escalader le manteau de la cheminée au-dessus duquel était accroché le fusil paternel. Deux coups et quatre-vingts plombs de chevrotine plus tard, les bourses du religieux ressemblaient au gruyère qu’on avait l’habitude de contempler sur la table les jours de bombance. D’une voix suraigüe, le dévot (qui finira sa vie comme… chanteuse de charme dans un claque de Hambourg, le même où Johannes Brahms fit ses débuts en tant que pianiste, mais lui, avec tous ses attributs) entonna en breton la célèbre comptine pour enfants « le Curé de Camaret ». Brigitte eut la révélation de sa vie, un jour elle serait chanteuse… et chieuse à la fois !

  cchauve2.jpg                                                       Christophe Berthelot 

 

           Sauf qu’à 17 ans elle se lance avant tout dans le théâtre. Au programme : « La Cantatrice Chauve du Roumain Eugen Ionescu.

 

De nos jours, les Roumains qui débarquent chez nous, franchement, ils nous les brisent menu. Mais, à l’époque ils étaient les bienvenus, et pour cause : Constantin Brâncusi, Emil Michel Cioran, Tristan Tzara alias Samuel Rosenstock, George Enescu, Constantin Virgil Gheorghiu, Vladimir Cosma (aucun rapport avec Joseph), Anna-Elisabeth de Noailles (née princesse Bibesco Bassaraba de Brancovan), Elvira Popescu, Sergiu Celibidache, Radu Lupu, Angela Gherghiu, pour ne citer que les plus célèbres, auront enrichi de façon indéniable le patrimoine et la culture française avec éclat !

 

           Revenons à notre Brigitte. Dans les années 60, elle rencontre Monique Andrée Serf, plus connue sous le nom de Barbara. Dans la foulée, Georges Brassens, Jacques Higelin, et Jacques Narcy dit Rufus. Elle rencontre et se marie avec Areski Belkacem, un compère d’Higelin. Elle croise les chemins de Serge Gainsbourg, qui, déjà, perce sous Lucien Ginsburg. Puis, Jean-Claude Vannier et le groupe Sonic Youth.

   giacometti_jean_genet_5.jpg

 

           Dans les années 80, elle revient à ses premières amours : le théâtre, avec « Les Bonnes »  de Jean Genet surnommé par l’hilarant François Mauriac : « l’excrémentiel ». Bref, rien que des écorchés vifs, des déglingués, des poètes fous. Un monde à l’antipode de ces minables de la Star Academy (en français : l’Académie des Tares), qui reprennent en les massacrant, les chefs-d’œuvre de leurs aînés, nos idoles quoi !

   eighties-20mere-20denis-204.jpg         

           Années 90, et c’est la découverte de l’étonnant univers de Björk Guðmundsdóttir (prière de prononcer son nom si seulement on est exempt de tout rhume, rhinite, coryza, voire catarrhe… sinon utiliser de grands rouleaux de papiers à usage domestique et jetables partout, sauf sur la voie publique : le Grenelle de l’environnement ce n’est pas fait pour les chiens !) Toujours dans cette période, elle croise les chemins d’Etienne Daho, et du groupe britannique Massive Attack (ne pas confondre avec « Ma lessive attaque », air inlassablement tonitrué par la Mère Denis après l'absorption systématique de trois litres de Calva entre chaque séance de tournage pour une « réclame » vantant les mérites d’une marque de machine à laver. Il fallait déjà se les farcir ces vedettes !) 

 

           A l’aube des années 2000, elle rencontre Alain Bashung. Hein ? Non, pas la Mère Denis, mais Brigitte qui rencontre Alain ! La Mère Denis, il y avait longtemps qu’elle s’était fait la panière avec un petit jeunot, à ce qu’il se raconte aux confins de sa Bretagne natale... et du Pays d’Auge. Enfin, tout ça c’est probablement des ragots de vieilles taupes…

 

  accueil.gif                                                                                      http://cyberkeke.free.fr/

 

           Depuis dix ans, ce sont albums à répétition, avec contribution, participation, interprétation, chacune plus saugrenue l’une que l’autre, avec force métissages de musiques, genres, cultures : Noir Désir, Archie Shepp, Jarvis Cocker (encore appelé Darren Spooner), Arthur H (le fils de son père), Lee Ranaldo, Grace Jones, Philippe Katerine alias Philippe Blanchard, etc.etc. Et ça marche du tonnerre de Dieu (une réminiscence de son enfance, rappelez-vous : Berlioz, l’orage !), puisqu’elle collectionnera nombre « Disques d’or »…   

 

N’oublions pas également que la gourgandine est un Auteur à succès de pièces de théâtre, de recueils, de romans, ou de la plupart de ses chansons. Qu’elle a - entre autres - pris position contre la guerre en Irak, qu’elle défend la cause des étrangers en situation irrégulière, s’insurge contre le système pénitencier...

           Pourquoi cet article ? A ce qu’il paraît, elle devrait sévir au Cargö le 7 Mai 2010, dans le cadre du Salon du Livre de Caen intitulé : « Passage de Témoins », ("Passage à vide" serait plus approprié quand on voit ce que ça a donné l'année passée !) De toute manière, qu’elle rapplique ou pas, cela nous fait plaisir de vous parler du phénomène.

 

          Si, effectivement, elle nous rend visite, le "Caennais déchaîné" a la ferme intention de lui proposer le poste d'Adjointe à la culture à la Mairie, vacant depuis près de deux ans, histoire de secouer la morne plaine culturelle qui sert de décor à cette ville...  

 

                                       Eddie Torial

 

PS : Histoire de vous réconcilier avec les voeux de "Bonne Année" : http://blogs.lexpress.fr/all-access/2010/01/les-voeux-de-brigitte-fontaine.php

 

                                    http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/     

Partager cet article
Repost0
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 11:11

"Un art qui a de la vie ne reproduit pas le passé; il le continue."

Auguste Rodin

 
http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/
danse-des-squelettes 940x705
La danse en Basse-Normandie, bientôt réduite à l'état squelettique ?
 (Photo :
Bertrand Linet)
 


         Communiqué chorégraphes associés
       

          
Communiqué ADADA  11 février 2010

      
          JP Dupuy à Journalistes, 13 février 2010

 
Affaire Hippocampe ! Un révélateur du conservatisme de l’actuelle politique culturelle suivie dans notre Région !

           Il y a sur CAEN capitale régionale UNE PÉNURIE DE LIEUX qui affecte gravement le secteur indépendant des arts et de la culture. Cette situation de pénurie perdure depuis des années.

L’absence de soutien des responsables politiques a conduit nombre d’artistes à prendre des initiatives courageuses mais risquées en matière d’équipement alors que le plus souvent ils vivent avec des moyens insuffisants pour leur fonctionnement. Force est de constater que les responsables politiques (de droite hier ou de gauche aujourd’hui) conduisent la même politique de mépris et d’aveuglement. Alors que partout en France se développent des lieux alternatifs soutenus par les pouvoirs publics, ils restent à CAEN maintenus dans un état de précarité insoutenable. La puissance publique ne prend même pas la peine d’accompagner à sa juste mesure ce mouvement irréversible !

Il s'agit d'une politique délibérée que conduisent aussi bien les responsables politiques régionaux que locaux qui renforce l’inertie de la politique de l’État!

Nos responsables politiques se livrent avec Drac et Département à une surenchère cynique  du  « je t’aide ou ne t’aiderai pas ! », chacun servant d’alibi à l’autre pour laisser « crever » le secteur indépendant ! Et pendant ce temps-là s’étale scandaleusement à coups de millions d’euros une politique de prestige qui signifie clairement qu’en matière artistique il vaut mieux, à Caen et en Basse Normandie, être un artiste mort plutôt que vivant ! (Voir commentaire d’Yvan Messac suite à notre article "Caen, la ville aux cent complexes". NDLR)

Et l’on prétend se donner bonne conscience avec « les Droits de l’Homme » en laissant les artistes vivants à la rue et sans moyens décents ! Nous disons : ça suffit ! STOP ! Nous ne voulons pas de cette politique qui transforme la France en musées et parcs d’attractions culturels ! Nous refusons que la Normandie devienne un Disneyland culturel pour peintres impressionnistes devenus fleuron d’une politique culturelle d’antiquaires. Des millions d’Euros d’un côté et le sempiternel il n’y a pas d’argent de l’autre. Des millions d’euros pour les banquiers véreux et des milliers de chômeurs (600 000 ! NDLR) privés de droit. C’EST TOUJOURS LA MÊME POLITIQUE !

Dans ce contexte l’affaire de l’hippocampe pourrait bien être la goutte d’eau qui fait déborder le vase !

L'ADADA soutient la danse indépendante et estime indispensable l'existence de lieux autonomes. Il s'agit d'une nouvelle politique culturelle attentive à la proximité accordant au secteur indépendant les mêmes droits devoirs et moyens que ceux consacrés au secteur institutionnel.

Une nouvelle politique est possible, elle passe par la reconnaissance de l'Hippocampe comme lieu au service d'une politique publique de la danse. Elle passe par un maillage du territoire (tout le territoire Bas-Normand, Caen compris) en lieux dirigés et animés par les artistes en personne ! Elle passe par une volonté d’équité et par des préoccupations de partage des œuvres avec nos concitoyens  dans des outils de proximité.

Halte au mauvais traitement de milliers d’artistes ! Halte à la transformation massive des artistes en travailleurs pauvres ! Accordons enfin aux artistes vivants des moyens décents de vie et de travail. L’avenir du pays passe par la culture. Il exige un investissement massif dans la recherche et la culture. Sauver l’hippocampe, soutenir le secteur indépendant, c’est préserver notre avenir et celui de nos enfants et donner à notre Région une impulsion nouvelle. Il est grand temps que nos responsables politiques ouvrent les yeux ! Il est grand temps qu’ils mesurent les enjeux nouveaux du développement culturel et qu’ils réalisent bien la misère aussi morale que matérielle que leur politique génère.

JP Dupuy à Journalistes, 13 février 2010

Communiqué chorégraphes associés

la pétition est à signer ici : 

http://www.mesopinions.com/detail-petition.php?ID_PETITION=0b638eaf77c2959df631ff3a30a523c9


L'Hippocampe

6 impasse Dumont à Caen
gestion : Compagnie AlleRetour
tél 02 31 85 93 52

http://www.alleretour.com/alleretour2010/Hpp.html

Memorandum :

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-sortir-a-caen-oui-mais-ou-43200305.html

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-caen-une-ville-qui-a-peur-de-grandir-39489115.html

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-31431570.html

                                                      
                                         http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/
Partager cet article
Repost0